Massacre terroriste au Niger. Sécurité et engagement humanitaire. Deuxième Partie. Les mesures prévues par le code de sécurité ont-elles été respectées?

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Ago 18

Massacre terroriste au Niger. Sécurité et engagement humanitaire. Deuxième Partie. Les mesures prévues par le code de sécurité ont-elles été respectées?

Dans une première partie, nous avons tenté de comprendre si le quartier de Kourè, théâtre de l'horrible massacre de 8 personnes qui a eu lieu dimanche dernier au Niger, était vraiment une "zone de sécurité" comme l'affirment l'ONG française ACTED et son avocat. Dans une seconde partie, nous analyserons en détail si le respect des procédures de sécurité internes a été garanti. Malheureusement, il semble que non. Agi même depuis juin dernier, ACTED au Niger avait découvert le poste de chef de la sécurité... Depuis 2013, la liste des accidents mortels d'ACTED est impressionnante. ACTED, bien qu'opérant dans des pays instables, est-il vraiment sûr pour ses employés?

di Fulvio Beltrami

L'employé britannique d'ACTED David Haiens décapité en Syrie en septembre 2014 après 18 mois de son enlèvement par le DAESH (ISIS).

Fulvio Beltrami 18 aout 2020

Dans une première partie, nous avons tenté de comprendre si le quartier de Kourè, théâtre de l'horrible massacre de 8 personnes qui a eu lieu dimanche dernier au Niger, était vraiment une "zone de sécurité" comme l'affirment l'ONG française ACTED et son avocat. Les opinions contradictoires recueillies ne permettent pas de clarifier le dilemme. Seul un fait incontestable demeure. Selon le degré de sécurité des Nations Unies, la zone est considérée comme "orange", donc théoriquement praticable. Cependant, cela n'est pas recommandé sauf s'il y a une raison valable. En cas de voyage, il serait impératif de contacter l'Ambassade concernée à l'avance. Contact qui, semble-t-il, n'a pas eu lieu.

Face à cette question d'importance fondamentale, il est nécessaire d'analyser si le respect des procédures de sécurité interne a été garanti. «Toutes les ONG ont leurs propres procédures de sécurité: qui sont de véritables protocoles très précis et stricts à respecter. Ces protocoles sont gérés par le représentant du pays. Dans les ONG internationales les plus structurées et les plus riches, le Représentant Pays est assisté par un expert en sécurité, généralement un ancien militaire. », Explique Pierre-Yves Arnaud, directeur de la sécurité en Afrique de l'Ouest depuis 2002 pour les groupes privés et divers acteurs institutionnels.

Dans tous les communiqués de presse et les différentes déclarations faites par l'ONG ACTED et leur avocat, on note l'absence totale de spécification de la gestion interne de la sécurité. Tout tourne autour de la question de savoir si le parc des girafes était vraiment le «plus zen du Niger» et quelles mesures de sécurité ont été prises avant de faire le voyage du dimanche qui s'est terminé par une tragédie.

Dans la liste établie par OCHA (Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Actions Humanitaires) concernant la présence des expatriés et des humanitaires au Niger en 2020, on note qu'ACTED avait un Responsable Sécurité Pays en charge: M. Poirson Tim (tim. poirson @ agi) tandis que la représentante du pays est Mlle Alice Dorrer

Les informations recueillies au Niger confirment le profil Linkedin de M. Poirson qui met en évidence une solide expérience de la sécurité des ONG dans des contextes extrêmement instables: Moyen-Orient, Afghanistan et Afrique. A la mission d'ACTED au Niger, il a occupé le poste de Country Safety Managers de juin 2019 à juin 2020. Après avoir terminé son poste chez ACTED Poirson, il a pris le poste de Directeur Pays Adjoint à INSO (International NGO Safety Organization) une agence internationale spécialisée en accompagnant les ONG et les acteurs humanitaires en termes de sécurité et d'analyse des contextes à haut risque, comme le Niger. INSO est connu pour ses critères de sélection de personnel stricts, par conséquent M. Poirson doit posséder un haut degré de professionnalisme qui lui a permis d'occuper le poste de directeur adjoint.

Après la fin du poste de Poirson, on ne sait pas si l’ONG française l’a rapidement remplacé par un autre expert en sécurité, car le contexte politique militaire au Niger se détériore. Depuis mai dernier, les différents groupes terroristes islamiques mènent une manœuvre pour encercler la capitale Niamey dans le but de la conquérir militairement. La capitale n'est pas encore tombée entre leurs mains uniquement grâce à la présence de l'armée française activement engagée dans la lutte contre les terroristes. Ces groupes bénéficient d'une grande mobilité, d'une excellente connaissance du terrain et du soutien d'une partie de la population fatiguée de la présence française et de divers et influents imams nigériens. Dans la région de Tillabéri, la police et l'armée régulière ne contrôlent plus le territoire, malgré leur présence continue.

Selon les informations reçues du Niger, le protocole de sécurité interne d'ACTED prévoit l'analyse de la situation sécuritaire pour chaque déplacement (pour des raisons professionnelles ou récréatives) en dehors de la capitale Niamey effectuée par le Country Security Manager. Le service de sécurité du bureau en France doit être informé. Malheureusement, Poirson Tim, expert en sécurité et grand connaisseur de la dynamique politique et militaire du Niger, n'était pas en service depuis juin dernier. Qui a fait l'analyse de sécurité pour le voyage du dimanche et qui l'a autorisée? Était-ce une imprudence fatale ou une sous-estimation du danger?

En défense de l'ONG fracnaise vient la déclaration du député du parti «Agir des Français», la plate-forme politique de droite pour l'Europe et libérale fondée en mai 2017 par l'ancien député Frank Riester. Agir est un petit parti (9 députés, 5 sénateurs et 1 député européen) qui connaît une modeste augmentation des voix depuis deux ans. «Les humanitaires tués dimanche n'ont fait preuve d'aucune imprudence. Ils ont suivi les recommandations de nos postes consulaires locaux et des autorités nigérianes, qui revoient également le niveau de sécurité dans cette zone car, en fait, ces motos terroristes ont dépassé les radars de surveillance. Désormais, nous n'avons plus à nous rendre dans cette zone », explique le député de l'AGIR M'jid El Guerrab interrogé ce lundi matin par Franceinfo.

Pour le moment, aucune autre déclaration officielle sur la question brûlante de savoir si l'ONG française a agi en respectant ou non le protocole de sécurité, ne vient du monde politique français. Le député M'jid El Guerrab a été condamné en mars dernier à 3 ans de prison et à 45 000 euros d'amende pour avoir frappé le premier secrétaire de la fédération des Français à l'étranger du Parti socialiste: Boris Faure avec un casque de moto. Un épisode violent, qui a eu lieu à Paris en 2017.

Selon les informations recueillies au Niger, ACTED souffrirait en général d'un manque de gestion de la sécurité. Une pénurie qui ne se limite pas au seul Niger. La cause de cette pénurie est l'âge des expatriés qu'il engage pour des missions à l'étranger. Un âge allant de 26 à 32 ans avec une expérience professionnelle de 1 à 4 ans. ACTED ferait également appel à de nombreux bénévoles âgés de 23 à 24 ans sans expérience.

La directrice générale, Marie-Pierre Caley a qualifié le massacre de dimanche "d'événement sans précédent pour ACTED". Si Mme Caley fait référence au nombre considérable d'expatriés tués dans un seul attentat à la bombe, elle a certainement raison. Malheureusement, cette ONG française a une longue liste d'attaques depuis 2013, dont la quasi-totalité a entraîné la mort de personnel expatrié et local.

En septembre 2013, deux employés locaux d'ACTED ont été tués en République centrafricaine. En novembre 2013, six Afghans qui travaillaient pour Acted ont été tués dans une embuscade en Afghanistan. En septembre 2014, le britannique David Haiens a été décapité en Syrie 18 mois après son enlèvement par le DAESH (ISIS).

A la longue liste des assassinats de salariés nationaux et expatriés d'ACTED s'ajoutent d'autres incidents de sécurité majeurs. Parmi eux, le coordinateur de nationalité italo-suisse enlevé en 2013 en Syrie par le DAESH (ISIS): Federico Motka. Notre compatriote a été libéré le 26 mai 2014 grâce à l'intervention de la Farnesina puis du premier ministre Matteo Renzi. «Federiko Motka a été kidnappée le 12 mars 2013 à Atmeh, un village du nord de la Syrie où se trouve un grand camp de réfugiés. A l'époque, M. Motka occupait le poste de coordinateur de projet pour l'ONG française ACTED.

M. Motka informe qu'il a été torturé et transféré à plusieurs reprises par ses ravisseurs », rapporte le journal La Repubblica. La dynamique de l'enlèvement ou celle de la libération sont encore inconnues car "De nombreux détails de l'enlèvement de M. Motka sont encore inconnus des médias, les autorités ayant demandé la confidentialité pour des raisons de sécurité", a indiqué La Repubblica en mai 2014.

La longue liste d'incidents de sécurité, souvent mortels, est incompréhensible pour une ONG qui opère principalement dans le secteur de l'urgence sur les théâtres de guerre ou de conflit social. Le nombre d'accidents devient impressionnant si on le compare à celui subi par d'autres ONG françaises et internationales dans les mêmes pays d'intervention.

Selon les témoignages d'anciens salariés "présumés" d'ACTED, les épisodes de sécurité répétés et cycliques à l'issue fatale sont dus à l'inexpérience des expatriés engagés par l'ONG française, très jeunes et peu expérimentés. Ces déclarations sont à prendre avec un grain de sel car elles pourraient être le résultat d'une opération informelle contre ACTED.

Cependant, on ne peut que constater que parmi les six victimes du massacre au Niger, seules deux avaient une expérience dans des contextes difficiles en Afrique, ne dépassant pas 2 ans. En outre, la liste des expatriés d'OCHA au Niger 2020 indique en tant que représentante pays d'ACTED au Niger Mme Alice Dorrer de 27 ans avec 4 ans d'expérience chez ACTED. Certains observateurs nigérians s'interrogent sur le jeune âge du coordinateur de mission dans l'un des pays les plus dangereux et les plus difficiles d'Afrique de l'Ouest après le Mali. Malheureusement, il n'a pas été possible de vérifier les expériences de Dorrer car sa page LinkedIn semble désormais inaccessible, peut-être en raison d'un problème technique temporaire.

Comme nous l'avons vu, de nombreuses questions se posent sur la bonne application du protocole de sécurité interne. Cela n'enlève rien au massacre barbare qui a eu lieu la semaine dernière même si les nuances de gris doivent conduire à un débat sérieux sur la gestion de la sécurité par les ONG dans les pays en conflit et à haut risque et si l'engagement des volontaires et des travailleurs humanitaires en ces zones sont vraiment sûres.

Malheureusement, le lundi 10 août, Benoit Maria, directeur français de l'ONG Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, a été tué lors d'une attaque au Guatemala. Selon le dernier rapport des Nations Unies sur la sécurité en coopération, 483 travailleurs humanitaires (nationaux ou expatriés) ont été attaqués en 2019 dont 125 ont été tués, 234 blessés et 124 enlevés.

Consterné par la tragédie de dimanche contre les membres de son organisation, Frédéric Roussel, président d'Acted, s'est plaint que la communauté internationale laisse les travailleurs humanitaires «seuls» face aux violences et leur a demandé d'avoir le même statut d'inviolabilité. des diplomates. Cette demande est impossible à satisfaire car la législation juridique internationale ne permet pas de comparer les travailleurs humanitaires avec le corps diplomatique d'un pays. Un entretien spécifique sur la gestion de la sécurité au Niger sera prochainement envoyé aux bureaux d'ACTED au Niger et en France.

© Riproduzione riservata

706 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: