Élections au Burundi. Le sanglante règlement de compte des 27 ans des problèmes non résolus

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Mag 19

Élections au Burundi. Le sanglante règlement de compte des 27 ans des problèmes non résolus

Deux partis et deux hommes se disputent le résultat des urnes. Ce sont les mêmes acteurs hutus de la guerre civile qui a commencé en 1993 et ​​ s'est terminée en 2004. La la minorité tutsie a quitté la scène politique il y a longtemps. Ils restent Piere Nkurunziza et Aghaton Rwasa prêtes à s'affrontent en duel à mort. Aucun d'eux ne peut se permettre de perdre l'élection. Comme lors du génocide rwandais, l'armée burundaise procède à une distribution massive d'armes à feu aux milices du régime HutuPower: les Imbonerakure et les ex-guérilleros FDD. La juenesse du CNL de Rwasa s’arme aussi prêt à défendre les résultats électorales avec le fusil. En marge de l'affrontement CNDD vs CNL, la lutte pour le pouvoir entre les deux dirigeants du régime: le Dictateur suprême, Nkurunziza, et le futur président, Evariste. Les observateurs internationaux craignent un bain de sang

di Fulvio Beltrami

burundi, cndd-fdd, cnl, pierre nkurunziza, Évariste ndayishimiye, agathon rwasa, covid19, elections

DI FULVIO BELTRAMI 19 MAI 2020 18: 30

Les élections du 20 mai 2020 ont un scénario déjà établi. La victoire du Général Evariste Ndayishimiye contraste manifestement avec la réalité des urnes. Divers observateurs et les rares étrangers (africains et occidentaux) restés au Burundi confirment que la majorité de la population votera pour le candidat de l'opposition Agathon Rwasa, leader du CNL-Congrès de Libération Nationale. Rwasa a un sombre passé de chef de guerre Hutupower. Au cours des 6 dernières années, il semble avoir abandonné l'idéologie de la suprématie raciale pour évoluer vers un programme politique démocratique et interethnique. En fait, le CNL (contrairement au CNDD-FDD de Nkurunziza) ne peut être considéré comme un parti hutu mais comme un parti national.

Comme le dictateur Pierre Nkurunziza, Agathon Rwasa a également obtenu une amnistie de facto pour des crimes commis pendant la guerre civile (1993-2004) lorsqu'il a commandé la deuxième guérilla Hutupower contre le gouvernement de Pierre Buyoya, les Forces de Libération Nationale-FNL. Malgré son passé, Rwasa est actuellement la seule figure politique crédible à surmonter la crise politique burundaise. Pour cela, il est soutenu par différentes puissances régionales, les États-Unis, la France et l'Union Européenne.

Le rassemblement de clôture de la campagne électorale du CNDD-FDD qui s'est tenue à Bujumbura, en plus de présenter un semblant d'unité de parti (avec la présence de Nkurunziza et du Général Ndayishimiye), a été conçu et mené comme une véritable démonstration de la force nécessaire envoyer le message à l'opinion nationale et internationale d'une certaine victoire et fruit d'une volonté populaire. La réalité est loin de la propagande du régime. Au cours des sept derniers jours, le CNDD-FDD aurait perdu un autre 10% des consentements. Sa popularité est à un niveau record et la lutte pour le pouvoir entre Nkurunziza et le «Petit Evariste» déchire le parti de l'intérieur.

Les élections qui auront lieu demain représentent une date historique pour le pays. Quelqu'un les compare aux élections de 1993 lorsqu'un président hutu Melchiorre Ndadaye, chef du parti hutu FRODEBU (Front pour la Démocratie au Burundi), élu démocratiquement, a été tué lors d'un coup d'État trois mois après avoir assumé les fonctions présidentielles. Le coup d'État a été organisé par l'armée pour éviter le plan de génocide du président Ndadaye contre les Tutsis.

La comparaison entre les deux élections ne convient pas car celle de 1993 a été un affrontement politique et social clair entre la majorité hutue et la minorité tutsie qui contrôlait la présidence et le pouvoir depuis l'indépendance, tandis que les élections actuelles représentent le choc de deux visions différentes du pouvoir proposé par deux dirigeants hutus.

Pour le CNDD-FDD, une défaite électorale est inacceptable. En plus de perdre le contrôle du pays, la défaite ouvrirait les portes au système judiciaire burundais et à la Cour Pénale Internationale et aux procès pour crimes contre l'humanité commis en 15 ans. Crimes qui ont quadruplé lors de la crise qui a débuté en 2015. La défaite électorale est également inacceptable pour la CNL car elle est assurée si les élections sont transparentes et sans aucune manipulation des résultats.

Le choc électoral entre Evariste et Agathon va au-delà des visions opposées de la gestion du pouvoir pour s'inscrire dans la mentalité culturelle de la société burundaise des querelles et des vendettas qui lient tous Burundais constamment au passé. Tout au long de la guerre civile, Rwasa et Nkurunziza ont été des ennemis acharnés bien qu'ils aient tous deux favorisé l'imposition de la suprématie raciale hutu par la force des baïonnettes (pour mieux dire: des machettes). Pour Agathon Rwasa, les élections de demain sont également une excellente occasion de régler les comptes en transformant le test électoral en le dernier acte de la guerre civile qui a été résolue par une paix à mi-chemin avec les conséquences du chaos et de la violence dont le pays est témoin aujourd'hui.

Polarisation politique, mécontentement populaire pendant plus de 15 ans de pouvoir et de violence `` mafieux du professeur de gymnastique Monsieur Nkurunziza '', détermination du CNDD-FDD à continuer de régner sur une pile de cadavres et sur une nation détruite économiquement. Les comptes du passé à régler. Tous ces facteurs sont destinés à créer au Burundi une situation sécuritaire explosive qui est associée à la tragédie sanitaire imminente et probable provoquée par les contagions massives de coronavirus garanties pendant la campagne électorale.

Nos sources informent que l'armée burundaise procède à une distribution massive d'armes à feu aux milices Imbonerakure et aux anciennes guérilleros FDD rappelées par Nkurunziza pour semer la mort et la terreur. La distribution d'armes a commencé le 5 mai et s'est terminée le 18. Le coordinateur était le Général de brigade «Ignace» en charge de la logistique et le Commandant «Aron» du camp militaire de 212MB à Rukoko. Les noms d'Ignace et d'Aron seraient les noms de bataille de deux officiers Hutupower bien connus de l'armée burundaise.

La nouvelle était censée être vraie par les services de renseignement régionaux et les diplomaties occidentales qui ont tenté de convoquer une réunion d'urgence au Conseil de Sécurité de l'ONU. La réunion n'a jamais eu lieu en raison du veto de la Russie et de la Chine, les alliés du régime. La formation militaire a suivi la distribution d'armes, quoique sommaire et improvisée. Dans la folie qui le caractérise aujourd'hui, le régime essaie même de former des enfants dans les zones rurales entre 9 et 14 ans, essayant de créer une organisation endoctrinée sur le modèle de la «jeunesse hitlérienne».

La distribution d'armes et la formation des miliciens suivent le scénario du Rwanda 1993, avant le début de l'Holocauste africain. À l'époque, la Garde Présidentielle et l'armée rwandaise ont distribué des armes automatiques et des machettes aux milices Intereahamwe contrôlées par le MRND (Mouvement Républicain pour le Développement et la Démocratie - parti hutupower au pouvoir depuis 30 ans) et aux milices Impuzamugambi contrôlés par la CDR (Coalition pour la défense de la République), l'aile extrémiste au sein du MRND dirigée par l'épouse du président, Agathe Habyarimana. Le CDR a pris le pouvoir et a activé la solution finale (1 million de morts) le 6 avril 1994 après qu'Agathe a accusé son mari de trahison pour avoir signé de la paix avec la guérilla tutsi de Paul Kagame en faisant assassiner Juvenal en blâmant les Tutsis pour sa mort pour déclencher le génocide.

Les milices du régime burundais, désormais armées et sommairement entraînées, auront de sérieuses difficultés à remplir avec zèle la tâche qui leur est assignée: le massacre de chaque citoyen burundais qui s'opposera aux faux résultats électoraux nécessaires pour élire le président général Evariste et assurer la continuité du pouvoir du CNDD-FDD.

Les mêmes sources informent que les jeunes du parti Rwasa, le CNL, reçoivent également des armes et une formation sommaires. Les armes proviennent des dépôts secrets de l'arsenal de guérilla des FNL. En 2009, les FNL ont signé la paix avec le gouvernement de Nkurunziza mais n'ont jamais remis les armes, les cachant. Les formations militaires sont assurées par les ex-guérilleros des FNL que Rwasa a rappelé en action. Toutes les conditions sont créées pour une confrontation militaire entre les deux partis: le parti Hutu du CNDD-FDD et le parti national du CNL.

Les premiers signes d'une guerre civile imminente déclenchée par les deux parties sont les affrontements qui ont eu lieu hier à Rumonge (au sud de Bujumbura) et à Ngozi, près du domicile d'Agathon Rwasa. À Ngozi, l'affrontement entre les Imbonerakure et les jeunes du CNL a été modéré. Au contraire, Rumonge a connu une véritable bataille avec la défaite des miliciens du régime qui ont subi de nombreuses pertes. Tous les bureaux du CNDD dans la région de Rumonge ont été incendiés. Aucune intervention de l'armée et de la police.

La situation est plus compliquée car le règlement des comptes entre le dictateur suprême, Nkurunziza, et le futur président, Evariste, entre également en jeu. Selon les informations recueillies par l'organisation belge de prévention des conflits, Crisis Group, après les élections, le conflit politique entre les deux dirigeants du CNDD-FDD pourrait se transformer en affrontement armé.

Les sources diplomatiques qui ont contacté le Crisis Group doutent que Nkurunziza ait accepté de renoncer au pouvoir présidentiel. Alors qu'Evariste a le soutien de l'Etat-Major de l'armée, Nkurunziza bénéficie du soutien des terroristes rwandais FDLR et contrôle les Imbonerakure et la plupart de la police nationale. Un groupe de 800 mercenaires congolais appartenant aux milices Mai Mai alliés des FDLR est entré au Burundi en traversant la frontière avec la Tanzanie: ils ont été embauchés par Nkurunziza à la fois pour soutenir les milices dans la répression des manifestations populaires et pour vaincre militairement les partisans de son rival interne Evariste.

Concernant la situation de contagion de Covid-19, certaines sources de santé rapportent que la situation est catastrophique. Selon leurs calculs, il pourrait déjà y avoir plus de 4000 infections. Il y a plus de 150 décès "suspects" enregistrés dans les hôpitaux publics et privés. Aucune donnée n'est disponible car le régime a jusqu'à présent littéralement éliminé ceux qui ont osé fournir des informations sur l'infection. Les médecins offrent des informations protégées par l'anonymat et sont très inquiets, en particulier après l'expulsion des experts de l'OMS.

Après deux mois de déni de la pandémie (appelé canular des blancs), le Ministère de la Santé augmente désormais le nombre de cas d'infection. Du 17 il y a trois jours au 42 hier. Pour justifier le verrouillage total prévu le jeudi 21 dans le seul but d'empêcher les manifestations populaires, le ministère de la Santé devrait déclarer au moins 1 500 cas. Une augmentation faite en 48 heures qui nous fera comprendre l'usage politique de la pandémie.

Des nouvelles arrivent que de hauts responsables du parti et des généraux de l'armée évacuent leurs familles. Deux avions privés ont atterri à l'aéroport de Bujumbura malgré le fait que l'espace aérien national a été fermé pendant un mois à titre préventif contre l'infection à Cornavirus. Les familles du chef d'état-major de l'armée de Niyongabo, du général Nyabenda et des officiers et officiers supérieurs du parti ont été secourus à Dar Es Salam, la capitale économique de la Tanzanie. Même la famille du dictateur Pierre Nkurunziza était sur ces deux avions...

© Riproduzione riservata

632 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: