COVID-19 Quelles conséquences pour le continent africain. Deuxieme Partie. L'impact de Covid 19 sur les systèmes sociaux, politiques et de santé en Afrique

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Lug 30

COVID-19 Quelles conséquences pour le continent africain. Deuxieme Partie. L'impact de Covid 19 sur les systèmes sociaux, politiques et de santé en Afrique

Dans la première partie de la recherche sur l'impact de la pandémie Covid19 sur l'Afrique, nous avons examiné l'aspect purement économique. Dans cette seconde partie, nous examinerons les aspects sociaux et sanitaires liés aux problèmes économiques créés par la pandémie

di Fulvio Beltrami

covid19, africa, public health, social unrest, pandemy, who, youth revolution, african diaspora

Fulvio Beltrami 30 07 2020

L'article original est paru dans Il Faro di Roma (http://www.farodiroma.it/centinaia-di-milioni-non-hanno-accesso-allassistenza-sanitaria-o-allacqua-pulita-limpatto-del-covid-19-sui-sistemi-sanitari-dellafrica-di-f-beltrami/)

Dépendance aux importations de produits alimentaires et pharmaceutiques

En Afrique de l'Ouest et dans la région du Sahel, on estime que 11,4 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire immédiate. Cette situation risque de s'aggraver, principalement en raison de l'impact de la pandémie. D'ici juin-août 2020, 17 millions de personnes devraient se trouver dans une situation critique de sécurité alimentaire.

Les pays déjà touchés par la crise alimentaire pré-pandémique sont les plus exposés: (Niger, Mali, Burkina Faso) où 2,5 millions d'enfants sont sous-alimentés. Les pays fortement dépendants des importations alimentaires (Mauritanie, Libéria, Sierra Leone, Gambie) souffriront si les restrictions de trafic et de transport réduisent l'accès aux marchés ou si les producteurs de produits agricoles, comme le riz, imposent des restrictions à l'exportation ou interdictions, comme lors de la crise des prix alimentaires de 2008. Seuls les pays ayant une bonne capacité de production agricole (Côte d'Ivoire, Sénégal, Ghana, Cabo Verde) pourront relancer la production locale et, en partie, remplacer les importations alimentaires en provenance de l'Ouest et d'Asie venant en aide à d'autres pays pour atténuer le risque de famines.

De nombreux pays africains pourraient connaître une hausse de l'inflation des prix des denrées alimentaires en raison des chaînes d'approvisionnement concernées. Lorsque l'épidémie d'Ebola a frappé l'Afrique de l'Ouest en 2014, les prix des produits alimentaires de base ont considérablement augmenté. Le prix du riz a augmenté de plus de 30% et du manioc de 150%. Étant donné que la crise actuelle menace les chaînes d'approvisionnement alimentaire, des accumulations spéculatives peuvent se produire et des augmentations de prix peuvent se déclencher.

À leur tour, la hausse des prix des denrées alimentaires est susceptible de signaler des pénuries imminentes. Ces effets peuvent s’aggraver mutuellement dans un cercle vicieux qui peut provoquer des troubles sociaux. En outre, la baisse des importations de denrées alimentaires et de biens de consommation de base pourrait encore accroître l'inflation et nuire aux entreprises et aux consommateurs.

Les augmentations de prix localisées dues à la panique des achats alimentaires au Rwanda et en Afrique du Sud ont obligé les gouvernements de ces pays à imposer des prix fixes pour les produits de base tels que le riz et l'huile de cuisson. En outre, de nombreux petits importateurs, commerçants et consommateurs pauvres dans des pays comme le Mozambique, le Niger, le Nigéria et l'Ouganda sont gravement touchés par la crise tout en gagnant leur vie en échangeant des produits chinois tels que les textiles, l'électronique et les articles ménagers.

Les produits pharmaceutiques et les équipements de protection sont importés en grande partie d'Europe et d'autres pays touchés par le COVID-19. La demande mondiale de ces produits augmentant rapidement, l'augmentation des prix peut entraîner une diminution de la disponibilité pour l'Afrique. L'aide médicale offerte par la Chine à travers la gestion logistique de l'Éthiopie représentait une solution à court terme pour mieux lutter contre l'endiguement de l'épidémie, mais à moyen terme, elle ne résoudra pas le problème car des dons improvisés dictés par un marketing politique vision stratégique de la santé à long terme.

Les pays africains importent environ 90% de leurs produits pharmaceutiques en dehors du continent. Les produits médicaux et pharmaceutiques sont importés de l'UE 27 (51,5% des importations totales), d'Inde (19,3%) et, dans une moindre mesure, de Suisse (7,7%), de Chine (5, 2%), aux États-Unis (4,3%) et au Royaume-Uni (3,3%) (Cour des comptes, 2020 [12]). À la fin du mois de mars, le Centre africain de contrôle des maladies (CDC) et l'OMS avaient effectué plus de 75 000 tests COVID-19 à travers le continent.

Le partenariat entre la Fondation Jack Ma et le Premier ministre éthiopien a permis à chacun des 55 États membres de réaliser 20 000 tests, pour un total de 1,1 million de tests supplémentaires. Cependant, malgré la grande aide médicale promise par les donateurs traditionnels et la Chine, il y a une pénurie de matériel de diagnostic, d'équipement de protection individuelle et d'autres équipements médicaux.

Par exemple, selon l'OMS, moins de 2 000 fans doivent servir des centaines de millions de personnes dans les hôpitaux publics de 41 pays africains, contre plus de 170 000 aux États-Unis. Contrairement à l'épidémie d'Ebola en 2014, la nature mondiale de la pandémie actuelle et les récentes restrictions à l'exportation de fournitures médicales liées au COVID-19 adoptées par les pays européens, les États-Unis et l'Inde affectent négativement l'Afrique. La seule chance qu'a le continent est que le virus maléfique a du mal à se propager comme en Asie, en Europe et dans les Amériques.

Impact social sur les principaux flux financiers: investissements étrangers et envois de fonds de la diaspora

Aucune des principales sources de financement du développement n'a suivi le rythme de la croissance démographique. En 2018, en moyenne, les gouvernements africains ont déclaré des revenus de 397 USD par habitant, contre plus de 15000 pour les pays européens et à revenu élevé. Non seulement les Africains disposent de moins de sources de financement externes, mais leur capacité à mobiliser des revenus nationaux par le biais de l'épargne privée ou des impôts a diminué avec la baisse de la croissance réelle par habitant en Afrique après 2015.

La contraction de l'activité économique réduira les recettes fiscales et non fiscales intérieures de l'Afrique et la réduction pourrait être plus que proportionnelle à la contraction du PIB. Une réduction de l'activité économique réduira les assiettes fiscales et réduira généralement la relation entre l'impôt et le PIB. La crise affectera également les revenus non fiscaux, en particulier les loyers résultant de l'exploitation des ressources naturelles. Cela se traduira par l'impossibilité pour les gouvernements de renforcer la santé publique pour prévenir toute vague de Covid19 ou d'autres épidémies.

L'épargne privée sera également affectée par les perturbations économiques sans mesures de soutien du revenu que la plupart des gouvernements pourraient avoir du mal à financer. La suspension des activités économiques qui répriment les salaires et les revenus des entreprises, qui ne s'accompagne pas de l'annulation ou de la restructuration du paiement de la dette et des loyers, est susceptible de réduire l'épargne des ménages en augmentant le risque d'extrême pauvreté.

Les investissements étrangers privés seront affectés par les conditions économiques tant en Afrique que dans les pays investisseurs. Si le COVID-19 continue d'agir comme un frein pour les pays à revenu élevé, moins de fonds seront disponibles pour l'investissement en Afrique, tandis que la persistance du risque - réel ou perçu - et des perspectives de croissance plus faibles en Afrique réduiront l'attrait de ses investissements. L'OCDE s'attend à ce que les flux mondiaux d'investissements étrangers diminuent de plus de 30% en 2020, même dans le scénario le plus optimiste. La CNUCED estime une baisse allant jusqu'à 40% par rapport à 2020-2021.

Les envois de fonds de la diaspora africaine en Occident, au Moyen-Orient et en Asie pourraient diminuer si la dépression économique dans les pays de l'OCDE et dans les pays producteurs de pétrole s'aggravait dans la période post-pandémique, entraînant la perte de travail des migrants africains ou réduisant leurs salaires en réduisant les flux de trésorerie disponibles pour les familles restées en Afrique.

Les envois de fonds sont la principale source de flux financiers externes vers l'Afrique (82,8 milliards USD en 2018 uniquement en provenance des États-Unis et de l'Europe). Ils représentent jusqu'à 5% du PIB dans 13 pays. L'Égypte et le Nigéria représentent 60% du total des envois de fonds vers le continent. En outre, les envois de fonds ont tendance à être beaucoup plus stables en tant que source de revenus que les autres flux financiers extérieurs qui ont augmenté presque régulièrement depuis 2000.

Cependant, le ralentissement économique et les mesures de confinement qui empêchent la diaspora africaine de travailler et de gagner de l'argent réduiront les envois de fonds en provenance d'Afrique dans les mois à venir. La Banque mondiale estime que les envois de fonds vers l'Afrique subsaharienne diminueront de 23% en 2020, contre 20% dans le monde. Cette diminution aggravera la situation économique déjà précaire en Afrique, augmentant le pourcentage de personnes en situation d'extrême pauvreté. Les travailleurs informels qui complètent leurs faibles revenus mensuels par des envois de fonds de la diaspora sont les plus exposés à la crise économique à laquelle leurs frères et sœurs sont confrontés à l'étranger.

Impact sur les systèmes de santé

Le nombre croissant de patients atteints de COVID-19 est susceptible de surcharger les établissements de santé et les patients atteints de maladies à forte charge telles que le sida, la tuberculose et le paludisme peuvent ne pas avoir un accès et / ou un traitement adéquats. Les patients atteints d'autres maladies actives telles que la fièvre de Lassa2 au Nigéria et Ebola en République démocratique du Congo3 peuvent également être touchés.

La crise sanitaire pourrait avoir un impact sur le traitement d'autres maladies en Afrique. En Europe, les gouvernements ont reporté les traitements non urgents après le blocus. Lorsque la Guinée a fait face à la crise d'Ebola en 2013-14, les consultations médicales primaires ont diminué de 58%, les hospitalisations de 54% et les vaccinations de 30% et au moins 74000 cas de paludisme n'ont pas été traités dans les centres médicaux Publique. En outre, la mise en œuvre de politiques de blocage pourrait avoir un impact négatif sur d'autres maladies infectieuses, comme la tuberculose.

Le plein impact sur la santé de la pandémie en Afrique n'est pas encore connu. Cependant, de nombreux pays africains auront besoin d'un soutien et de ressources internationales pour minimiser les pertes en vies humaines et protéger et restaurer les moyens de subsistance. Étant donné que l'impact du virus a jusqu'à présent été plus grave pour les populations plus âgées, certains analystes prédisent que l'impact sur la santé du COVID-19 pour l'Afrique pourrait en fait être moindre qu'en Chine ou dans les pays européens, en raison des différences caractéristiques démographiques du continent.

Si le pourcentage de la population européenne de plus de 50 ans est de 40%, il n'est que de 10% pour l'Afrique subsaharienne. Cependant, l'avantage d'une population plus jeune peut être compensé par le fait que le système immunitaire de nombreuses personnes il est gravement affaibli par d'autres conditions telles que la malnutrition ou le VIH et par la capacité plus limitée de tester, protéger, traiter et guérir. En effet, l'Afrique est la région du monde la moins préparée à faire face et à gérer les impacts d'une pandémie mondiale, et par conséquent, les initiatives majeures visant à mobiliser des ressources nationales et internationales pour soutenir les systèmes de santé nationaux fragiles doivent être priorisées et coordonnées au niveau. continental.

Les pays d'Afrique occidentale et centrale peuvent avoir des leçons utiles à offrir de leur récente expérience de la crise Ebola de 2014-16. L'OMS a reconnu comment la lutte contre le virus Ebola a contribué à des développements significatifs, tels que l'infrastructure et les compétences pour les tests de laboratoire, les échanges de capacités entre les pays, les partenariats entre les agences techniques, les organisations internationales et le secteur privé et la sensibilisation à la santé publique parmi population. Par exemple, le secteur minier en Guinée a joué un rôle important dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola et cette expérience et les institutions créées à l'époque sont maintenant mobilisées pour lutter contre la pandémie actuelle.

Les systèmes de santé locaux en Sierra Leone ont fourni des réponses efficaces, les centres de soins communautaires testant, traitant et isolant les patients. La République démocratique du Congo a également montré une capacité à répondre à l'épidémie d'Ebola qui a débuté en 2018. Malheureusement, la réponse sanitaire a été entravée par les deux maux qui sévissent en RDC depuis 20 ans: la corruption et les guerres de faible intensité dans les provinces de l'Est.

A cela s'ajoute l'influence inquiétante des sectes religieuses qui ont entravé le travail des médecins et du ministère de la Santé en déclarant qu'Ebola était un virus apporté par les Européens ou les Rwandais pour exterminer la population congolaise et voler leurs terres. Cette théorie du complot a poussé une partie de la population de l'est du Congo à attaquer et à incendier les centres de traitement d'Ebola. La première vague épidémiologique étant anéantie, le Congo fait maintenant face à une deuxième vague au milieu de l'épidémie de rougeole et de la pandémie de Covid19. Malheureusement, les financements pour lutter contre cette triple menace virologique sont pénalisés par l'achat d'armes, dont beaucoup sont «Made in Italy».

Travail informel et vulnérabilité sociale

La main-d'œuvre informelle est la plus vulnérable en raison des mauvaises conditions de santé et de sécurité au travail et du manque de filets de sécurité. Environ 86% de l'emploi total en Afrique est informel, avec un maximum de 91% dans les pays d'Afrique de l'Ouest. Alors que de plus en plus de pays africains subissent le blocus des coronavirus, la survie de beaucoup peut être menacée non seulement par le COVID-19, mais aussi par l'incapacité de travailler. Divers pays africains, comme le Sénégal, ont choisi de ne pas appliquer le verrouillage total en imposant un couvre-feu le soir et des mesures d'hygiène préventives strictes. Cela a permis à l'économie et, surtout, aux travailleurs informels de poursuivre leurs activités.

C'est dans les pays qui ont choisi le verrouillage total comme l'Ouganda ou le Rwanda que les travailleurs informels tels que les commerçants, les détaillants et les ouvriers sont parmi les plus durement touchés en raison de l'incapacité de travailler. Compte tenu de leurs mauvaises conditions de travail et de vie, il est peu probable que les travailleurs informels soient en mesure de prendre nombre des précautions suggérées par les autorités sanitaires, telles que l'éloignement social ou l'auto-isolement. Ils ne pourront plus reprendre les petites entreprises une fois le verrouillage total terminé.

Les travailleurs informels ne sont pas comptabilisés et ne bénéficient pas de mesures de protection sociale. L'absence de filets de sécurité pour faire face aux conséquences de ce choc aggravera donc ses conséquences sur de larges segments de la population. L'Organisation internationale du travail a estimé que 82% des Africains sont sans protection sociale et que seule une petite partie de la population économiquement active est couverte par des régimes de sécurité sociale obligatoires, dont la plupart sont des pensions de vieillesse.

Augmentation des inégalités et des risques de troubles sociaux.

La crise du COVID-19 risque d'aggraver les inégalités dans les pays africains et d'augmenter les troubles sociaux. Les plus pauvres d'Afrique sont les plus menacés. Sans une intervention politique forte, la crise pourrait exacerber le ressentiment parmi les communautés les plus vulnérables. L'Afrique du Sud, actuellement le pays africain le plus touché par l'infection, se classe parmi les 5 pays les plus inégaux au monde. Le pic initial de cas de COVID-19 en Afrique du Sud a peut-être principalement affecté la population la plus riche et la plus mobile au niveau international, mais si le virus n'est pas contenu et que la transmission communautaire s'intensifie, cela pourrait poser un risque élevé pour la population à faible revenu. qui dépend des transports publics, n'a pas d'économies, doit continuer à travailler, n'a pas les moyens d'acheter des produits d'hygiène, vit dans des familles nombreuses et vit dans des quartiers informels.

Les vulnérabilités sociales et politiques préexistantes risquent d'amplifier les effets de la crise. La Banque mondiale estime que la crise du COVID-19 pourrait pousser 49 millions de personnes dans le monde dans l'extrême pauvreté en 2020, dont près de 23 millions en Afrique subsaharienne (Banque mondiale, 2020. Les pays les plus exposés sont le Soudan du Sud, République démocratique du Congo, Soudan, Nigéria, Mali, Niger, République centrafricaine, Burundi, Libye, Éthiopie, Libéria, Tchad en raison de la pauvreté, des conflits armés existants, d'une faible productivité agricole, du chômage endémique des jeunes, de fortes concentrations de personnes déplacées dans les camps réfugiés, dictatures, faible transparence du gouvernement et confiance dans les institutions publiques.

Si au Mali on assiste à une révolution sociale aux résultats incertains, d'autres pays africains peuvent courir le risque de graves bouleversements sociaux. Par exemple au Soudan, où la révolution laïque a été menée à mi-chemin ou en Ouganda où la population est fatiguée du "Père de la Nation", Yoweri Kaguta Museveni, au pouvoir depuis 33 ans. Museveni vient de déclarer son intention d'accéder au cinquième mandat présidentiel en 2021... La continuité de l'apartheid dans le secteur économique en Afrique du Sud et l'échec de l'amélioration des conditions des masses noires sont des facteurs qui, combinés à la crise sanitaire, créent le risque de troubles sociaux. Plusieurs pays d'Afrique du Nord sont également menacés: le système monarchique au Maroc, la révolution inachevée en Tunisie, la dictature des généraux en Algérie. Dans ces pays, il y a aussi le risque d'une dérive extrémiste au plein avantage de l'islam radical.

La pandémie a déjà un impact sur l’aide humanitaire. Pour les populations les plus vulnérables, un soutien international pour limiter la propagation du virus à un stade précoce sera vital, ainsi que l'amélioration de l'orientation transparente et de la communication de la santé publique par les pouvoirs publics. Malheureusement, peu d'ONG internationales sont en mesure d'apporter une aide précieuse. Parmi eux MSF et Medicus Mundi. En Italie uniquement au CUAMM - Médecins pour l'Afrique est en mesure d'aider les pays africains à lutter contre la pandémie.

Presque tous les projets financés par l'UE, l'USAID, les agences des Nations Unies et l'AICS sont en fait bloqués ou les activités sont lentes. La majorité des expatriés ont fui l'Afrique, donnant un signal extrêmement négatif aux populations locales. Selon divers experts africains, la pandémie de Covid19 intensifiera les hostilités envers les ONG occidentales qui se révèlent de plus en plus incapables de faire face aux défis du développement de l'Afrique, en se concentrant sur l'urgence et l'assistance.

Cela viendra s'ajouter à la tendance enregistrée ces 5 dernières années par les principaux bailleurs occidentaux à rétrécir progressivement le champ d'action des ONG car le modèle chinois a rendu le secteur humanitaire "peu commode" pour gagner la guerre commerciale et stratégique en Afrique contre Pékin. Cette tendance des donateurs occidentaux n'est pas déclarée pour des raisons de commodité politique, mais mise en œuvre méthodiquement à travers la diminution progressive silencieuse mais meurtrière du financement des ONG.

© Riproduzione riservata

568 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: