Afrique: ECO, la tromperie de la France Afrique

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Apr 4

Afrique: ECO, la tromperie de la France Afrique

L'esclavage financier en Afrique de l'Ouest continue. La nouvelle monnaie unique sera également imprimée en France. Pas de changement des taux de change et de la politique monétaire toujours décidés par Paris. Avec l'arrivée de la pandémie COVID19, l'introduction de l'ECO sera probablement reportée avec un grand soulagement de la France

di Fulvio Beltrami

afrique, cfa, eco, france, france afrique, colonialisme, uemoa, cemac, indépendance financière

DI FULVIO BELTRAMI 04/04/2020

D'ici 2020, une nouvelle monnaie sera introduite dans une partie des anciennes colonies françaises africaines destinées à remplacer la monnaie coloniale, le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) créè en 1945 et renommé par la suite : Franc de la Communauté Financière Africaine afin de cacher la vraie nature coloniale de cette monnaie, dont le seul objectif est d'empêcher la souveraineté économique des États africains francophones et de contrôler leurs ressources financières au profit de l'économie de la Patrie: la France.

Le FCFA est utilisé par la majorité des anciennes colonies africaines françaises. Dans la zone CEMAC (Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale): Cameroun, Tchad, Gabon, République Centrafricaine, République du Congo à laquelle la Guinée Equatoriale a adhéré. Dans la zone UEMOA (Union économique et monétaire de l'Afrique de l'Ouest): Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Toto auquel la Guinée Bissau a adhéré.

Le FCFA est sous le contrôle strict de la Banque centrale de Paris qui décide de son échange (fixe) avec l'euro, de l'émission de papier-monnaie, des politiques financières des différents pays de l’union monetaire, de la gestion de leurs réserves de devises précieuses (conservées en France), la dévaluation et les politiques inflationnistes. En un mot, la FCFA est une arme financière très puissante pour la France au fin de maintenir l'Empire d'outre-mer.

À la suite du mécontentement populaire progressiste dans les anciennes colonies africaines, leurs chefs d'État respectifs (souvent sous le contrôle de la Cellule Africaine de l'Élysée dite FranceAfrique) ont été contraints de promouvoir une révision radicale de la monnaie unique dans le but de la remplacer par une nouvelle monnaie capable de faire acquérir aux pays africains le manque de souveraineté financière et économique.

La nécessité de dépasser la FCFA a des origines profondes, étroitement liées à la lutte des pays africains de l'espace francophone pour acquérir une véritable indépendance. La première tentative a été proposée par le colonel Kadhafi avec le projet de créer un Dinar Or pour remplacer le FCFA assurant sa convertibilité internationale grâce aux immenses réserves d'or de la Banque Centrale de Tripoli. Un projet qui a conduit la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis à la décision de renverser un régime stable malgré le scénario actuel de guerre civile perpétuelle et de chaos politique, déjà à l’époque très prévisible.

En 2016, l'idée de passer la FCFA a été re-proposée par le président tchadien Idriss Deby Itno. Bien que contraint d'abandonner prématurément la proposition (pour éviter la fin réservée à la Libye), le président Itno a eu le mérite d'ouvrir les portes d'un débat sérieux contre la FCFA visant à conquérir la souveraineté monétaire et financière des pays africains de l'espace francophone. Un débat qui a immédiatement trouvé le plein soutien populaire en créant un mouvement de traversée de l'indépendance extrêmement dangereux pour la France.

Pour contenir le danger dans un premier temps, le président Emmanuel Macron a proposé une modification des mécanismes de régulation de la monnaie coloniale FCFA. Proposition jugée insuffisante et donc rejetée par la majorité des pays satellites africains. Tout le monde s'accorde (au moins officiellement) sur la nécessité de dépasser le FCFA en introduisant une monnaie unique de l'espace francophone associée à la souveraineté financière de la région.

Ne pouvant contester ouvertement le projet, Paris a travaillé en coulisses pour faire dérailler le projet ECO en agissant sur deux fronts: limiter l'introduction de la nouvelle monnaie à l'UEMOA uniquement, à l'exclusion de la majorité des pays de la CEMAC; contrôler la phase de transition en modélisant la création de l'ECO selon les principes fondamentaux qui régissent le FCFA assurant ainsi le contrôle français sur la nouvelle monnaie et empêchant l'indépendance monétaire et financière des modernes colonies d'outre-mer.

Avec l'aide d'experts économiques africains, nous sommes en mesure d'expliquer la tromperie de l'ECO conçu par FranceAfrique. Cette année, ECO devrait remplacer le FCFA en marquant une transition historique de la dépendance à l'indépendance économique des pays de l'Afrique de l'Ouest et du Centre. À long terme, l'ECO devrait s'étendre aux 15 pays de la CEDEAO (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest). L'ECO devrait se différencier radicalement du FCFA, une monnaie vivement critiquée pour le contrôle exercé par la France et pour son lien financier avec l'EURO.

En réalité, le projet, habilement déraillé par FranceAfrique avec la complicité de certains chefs d'État africains, risque de couler. Il est fort probable que la FCFA ne changera que le nom, sauvegardant le mécanisme d'exploitation et le contrôle financier exercés par Paris sur les colonies d'outre-mer. "ECO est un stratagème français pour empêcher une véritable réforme monétaire capable d'abroger l'esclavage financier des pays africains", explique Ndongo Samba Sylla, économiste du développement de la Fondation Rosa Luxemburg et auteur de l'essai économique 'L'arme invisible de la Françafrique. Une histoire du franc CFA '.

La CEDEAO compte 356 millions d'habitants avec un PIB mondial annuel de 817 milliards de dollars américains. Depuis sa création en 1975, la CEDEAO a tenté une intégration politique et économique régionale qui doit passer par la création d'une monnaie unique et indépendante. Ce projet a été adopté en 1983 mais ne s'est jamais concrétisé en raison de l'incapacité manifestée par les gouvernements africains respectifs et de l'ingérence continue de la France pour empêcher la réalisation de l'indépendance économique et financière de ses (anciennes) colonies africaines.

Paris est conscient qu'avec l'adoption d'une monnaie unique indépendante, la CEDEAO pourrait devenir la dix-huitième puissance économique mondiale devant la Turquie, la Suisse et l'Arabie saoudite. Une puissance capable de se mettre sur un pied d'égalité avec la France et l'Union européenne, qui annulerait la situation actuelle d'exploitation des ressources naturelles et financières africaines vitales pour l'économie française.

Le 29 juin 2019, les chefs d'État de la CEDEAO ont annoncé la naissance de l'ECO dans le but de l'introduire d'ici 2020. Le problème est que l'ECO de surface répond au besoin d'acquérir une monnaie unique indépendante mais en réalité elle risque de se maintenir la FCFA sous un autre nom. "Pour réaliser pleinement la souveraineté financière de la CEDEAO, il faut d'abord comprendre si l'ECO remplacera le FCFA ou ce sera un sous-produit adapté pour maintenir la suprématie de la France sur la région", s'interroge Gilles Yabi, économiste chez Think Tank Wathi.

La CEDEAO envisage une approche progressive du remplacement de la monnaie coloniale par l'ECO. En 2020, la nouvelle monnaie ne sera introduite que dans les pays de la zone UEMOA puis étendue progressivement à tous les pays de la zone FCFA. Depuis au moins quatre ans, ECO et FCFA sont destinés à coexister. Le problème est qu'il s'agit d'une coexistence forcée de deux projets monétaires différents et incompatibles.

"L'introduction progressive de l'ECO dans les Etats membres de l'UEMOA prévue par la CEDEAO et le maintien du FCFA dans les autres pays francophones est un projet incompatible. Pour avoir un réel changement de politique monétaire, le FCFA doit être remplacé dans tous les pays de la région, même au prix de reporter l'introduction de la nouvelle monnaie pour deux ou trois ans "note Martial Ze Belinga, économiste et sociologue camerounais.

ECO sera-t-il vraiment une monnaie indépendante? Absolument pas. Comme le FCFA, la nouvelle monnaie unique sera également imprimée en France. La moitié des précieuses réserves de change des pays africains de la zone francophone continuera d'être conservée à la Banque centrale de Paris. Les grandes décisions de politique monétaire continueront d'être prises par le ministère français des Finances. "Alors que le projet est structuré, le CEO maintient le concept de monnaie coloniale en empêchant les pays africains de prendre le contrôle total de la nouvelle monnaie unique", prévient Belinga.

"La France est contrainte de maintenir sa suprématie financière sur ses anciennes colonies afin de ne pas nuire gravement à son économie dépendante de 48% de l'Afrique francophone. Cependant, il est conscient de la nécessité d'une réforme pour éviter que le mécontentement populaire actuel ne devienne une véritable révolte capable de déclencher un mécanisme révolutionnaire visant à renverser les gouvernements amis de Paris et à obtenir une véritable indépendance, transformant les pays Francophones des États satellites aux États souverains. Pour maintenir le contrôle financier, Paris tente une action Leopard. Renommer la FCFA en gardant intacts tous les mécanismes de contrôle et d'esclavage financier de la monnaie coloniale créés en 1945 ", explique l'économiste Ndongo Samba Sylla.

Pour renforcer les doutes exprimés par Sylla, c'est le calme total et l'indifférence des pays francophones d'Afrique centrale adhérant à la CEMAC. Un remplacement radical de la FCFA dans les pays de l'Union économique et monétaire de l'Afrique de l'Ouest mettrait en péril la stabilité économique de la CEMAC car la FCFA CEMAC est étroitement liée à la FCFA UEMOA.

L'introduction de l'ECO obligerait à introduire une politique de change entre les deux monnaies différentes qui pourrait créer des difficultés majeures pour le commerce entre les deux Communautés économiques. Pourtant, la CEMAC ne considère pas l'introduction de l'ECO comme un problème à considérer sérieusement. Une attitude incompréhensible à moins que les États membres de la CEMAC soient conscients que l'ECO ne changera pas la politique monétaire actuelle de la FCFA.

Les deux plus grandes économies de la région, le Ghana et le Nigeria, ont été extrêmement claires sur l'adhésion à l'ECO de monnaie unique qui ne sera pas mise en œuvre avant que les pays francophones n'aient effectivement coupé le cordon ombilical avec la France en acquérant une véritable souveraineté monétaire. «Le problème est que les chefs d'État des pays francophones ne veulent pas rompre les liens avec la France. Pour eux, ECO est un miroir d'alouettes pour calmer le mécontentement populaire et éviter le risque révolutionnaire lié à la nécessité d'une véritable indépendance de Paris "prévient Ndongo Samba Sylla.

La majorité des économistes africains indépendants s'accordent à dire que les conditions nécessaires à l'introduction d'une véritable monnaie unique souveraine ne sont pas encore réunies et que le calendrier prévu (d'ici 2020) est trop court pour mener sérieusement le projet monétaire. La question de la souveraineté des réserves de devises fortes n'est pas encore résolue. Idem pour les taux de change internationaux. Les politiques financières communes n'ont pas été finalisées. La CEDEAO n'a élaboré aucun traité d'union monétaire. Le statut de la future Banque centrale ECO n'a pas été clairement défini.

Concernant le taux de change, les chefs d'État de la CEDEAO se sont exprimés le 29 janvier 2019 en faveur d'un régime de change flexible. Lors d'une visite ultérieure du président ivoirien Alassane Ouattara (à l'époque président de l'UEMOA), il a officiellement déclaré que le taux de change de la nouvelle monnaie sera structuré sur le modèle FCFA: taux de change fixe avec l'euro convenu avec la France. «Le taux fixe ECO - Euro sape la crédibilité de la nouvelle monnaie commune. En fait, la souveraineté financière est maintenue par Paris. Les taux de change de l'ECO avec le dollar américain, le yan chinois et les devises des pays africains de la zone anglophone continueront d'être réglementés par référence à l'euro.

Une mesure qui compromet immédiatement la convertibilité indépendante de l'ECO au niveau international », explique Belinga.

En ce qui concerne la nécessité de créer une banque centrale habilitée à décider des politiques monétaire et financière de l'UEMOA liées à l'introduction de l'ECO, les États membres s'orientent vers une politique fédérale et une banque centrale communautaire effectivement privée de pouvoir de décision et de pouvoir exécutif..

Nous sommes quelques mois après l'entrée en vigueur de l'ECO et le seul fait certain est le nom de la nouvelle monnaie unique. "Dans la vie quotidienne des populations et dans les économies nationales, le CEO n'apportera aucun avantage ni changement. Ce n'est qu'une forme de mimétisme financier du FCFA orchestré par la France car l'ECO ne prévoit en effet pas de souveraineté monétaire et financière. » Explique Belinga.

Pour adopter l'ECO, les Etats membres de l'UEMOA doivent assurer une série de critères financiers appelés "critères de convergence". Malheureusement, le dernier rapport financier de la CEDEAO souligne qu'aucun pays membre de l'UEMOA n'est prêt pour l'introduction de l'ECO prévue pour cette année.

Si les pays de l'UEMOA ne sont pas encore prêts à introduire la nouvelle monnaie unique. S'il y a encore trop de problèmes financiers non résolus, quelle est la raison de l'enthousiasme manifesté par les chefs d'État francophones pour adopter la nouvelle monnaie et risquer un échec total?

 Toute cette hâte n'est pas comprise lorsque les conditions de base pour l'introduction de la nouvelle monnaie sont absentes. Peut-être que nous ne verrons jamais la naissance de l'ECO. Il pourrait s'agir d'un plan bien structuré de la France pour empêcher l'adoption du FCFA. Faute de conditions de base, les chefs d'État francophones pourraient abandonner le projet et maintenir le FCFA, faisant appel aux réelles difficultés techniques de l'introduction de la nouvelle monnaie unique.

De la série: ECO est une utopie donc il vaut mieux s'en tenir à l'ancien système monétaire qui est connu plutôt que de s'aventurer dans l'adoption d'une monnaie sans savoir quelles seront les conséquences et l'impact sur les économies nationales. Les présidents de la CEDEAO sont complices des intérêts économiques de la France et habitués à une protection financière confortable au profit de la puissance coloniale européenne. ECO est très susceptible de ne pas être introduit ou, au mieux, de maintenir la structure de l'esclavage de la FCFA en changeant simplement le nom de la monnaie coloniale actuelle.

La propagation de la pandémie COVID19 aide la France. La plupart des États membres de l'UEMOA sont touchés par l'épidémie. Leurs gouvernements se concentrent désormais sur le contrôle de la contagion, conscients que leurs systèmes de santé fragiles s'effondreraient face à une contagion de la taille enregistrée en Europe et en Chine. Devant le Coronavirus, quel chef d'État l'UEMOA va-t-elle désormais penser à introduire la nouvelle monnaie, dans le respect du calendrier prévu? Un beau cadeau pour la France Afrique elle-même en crise par le Coronavirus.

© Riproduzione riservata

390 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: