Sylvestre Mudacumura, l'admirateur de la SS

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Set 28

Sylvestre Mudacumura, l'admirateur de la SS

Voila' les 25 long années de terreur entre le Rwanda et le Congo du milicien qui admirait l'Allemagne nazie protégé par la France

di Fulvio Beltrami

congo, burundi, ruanda, fdlr, hutupower, genocidio, angela merkel, alphonse nshimirimana, sylvestre mudacumura, fardc, interahamwe, impuzamugambi. cpi, corte penale internazionale, agathe habyarimana, jean baptist kanyandekwe, fdlr-foca, ignace murwanashyaka, callixte mbarushimana, laurent nkunda, m23, imbonerakure, nal habyarimana

Sylvestre Mudacumura, l'admirateur de la SSEcco, le long des 25 années de terreur entre le Rwanda et le Congo du milicien qui admirait l'Allemagne nazie et était protégé par la France

DE FULVIO BELTRAMI LE 248 SEPTEMBRE 2019

Le 18 septembre, l'armée congolaise (FARDC - Forces armées de la République démocratique du Congo) annonce le décès de Sylvestre Mudacumura. La dynamique de cette mort est complexe et les conséquences, on l'a vu, peuvent l'être également. Mudacumura est le commandant suprême des FDLR qui contrôle d'immenses territoires remplis d'or, de diamants et de coltan dans le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et les régions du nord de la province du Katanga. Bien sûr, mais pour comprendre le calibre du sujet dont pourraient découler les conséquences que nous avons constatées, il pourrait y en avoir dans la région, il faut reconstruire le personnage.

Sylvestre Mudacumura (né en 1954 à Gisenyi, au Rwanda) était commandant adjoint de la garde présidentielle de Juvénal Habyarimana et des forces armées rwandaises pendant le génocide de 1994. Formé à la Führungsakademie der Bundeswehr à Hambourg, il fit une brillante carrière au sein de des FAR (Forces armées rwandaises). Pendant le génocide, il a joué un rôle de premier plan dans l’organisation des milices génocidaires Interahamwe et Impuzamugambi, ce qui a été moins réussi: arrêter l’avancée des rebelles tutsis du Front Patriotique Rwandais (FPR) dirigé par Paul Kagame. Sur sa tête était suspendu un mandat d'arrêt international pour crimes contre l'humanité commis contre des civils congolais par la Cour Pénale Internationale (CPI).

Grâce aux liens étroits avec l'état-major français de l'opération Turquoise, le général Mudacumura a d'abord organisé le retrait de ce qui restait de l'armée et des milices dans la zone "humanitaire" (Bisesero, Nyarushishi, Gikongoro Gyangugu et Gisenyi, à l'est du Rwanda), et ensuite la retraite au Zaïre voisin (maintenant la République démocratique du Congo), obligeant environ 1,5 million de Rwandais à se réfugier au Zaïre également.

L’exode en masse provoqué par le général Mudacumura et le puissant clan des Hutu Akazu, qui comprenait la première dame Agathe Habyarimana, a servi à protéger le repli des forces génocidales défaites par les rebelles tutsis du FPR et l’ensemble du gouvernement de transition, qui continuera à opérer. jusqu'en 1996, en exil au Zaïre. Cette immense masse de réfugiés entre 1994 et 1996 a servi de source de financement au gouvernement génocidaire en exil, alors que les milices prenaient le contrôle des camps de réfugiés, grâce à la passivité du HCR et des ONG internationales.

Le gouvernement hutu en exil a réussi à canaliser la plupart des fonds et des denrées destinées à l'assistance aux réfugiés, à la réorganisation et au réarmement des milices en prévision de la reconquête du Rwanda. Le contrôle des camps de réfugiés permettait également un recrutement forcé, sans que le HCR n'intervienne contre cette violation flagrante des droits des réfugiés. Pour ces raisons, l'ONG française Médecins Sans Frontières (MSF) a décidé de mettre fin à ses activités humanitaires en faveur des réfugiés rwandais.

Mudacumura organisera entre 1994 et 1996, avec le soutien logistique militaire de la France, trois tentatives d’invasion du Rwanda. Tout a échoué. En septembre 1996, date de l'invasion de la force militaire multi-africaine (Burundi, Ethiopie, Rwanda, Ouganda) pour renverser le régime de Mobutu Sese Seko et exterminer les milices génocidaires rwandaises, il organisera une tentative de défense au Sud-Kivu avant de disparaître avec un attentat. cent hommes à la ville de Kamina. En 2000, la France a décidé de réorganiser les forces génocidaires qui subsistent en les regroupant au sein d’une seule formation rebelle, les Forces de libération démocratique du Rwanda (FDLR). Il est possible de rassembler 3 000 hommes. Ils sont des vétérans du génocide, alors ils sont supposés être suffisants pour former le noyau en acier du nouveau guérilla. Le recrutement forcé renforcera les rangs.

Bientôt, en raison d'atrocités commises par des civils, ce groupe sera inclus dans la liste des organisations terroristes aux États-Unis. Mudacumura, qui a sauvé sa femme et ses enfants en Allemagne, rejoint les FDLR avec enthousiasme, aux côtés d'Ignace Murwanashyaka, qui deviendra le leader politique de la nouvelle formation. Il se verra confier le commandement des unités des FDLR dans le secteur est des deux Kivus, dans l'est du Congo, où il organisera une résistance contre les troupes ougandaises et rwandaises combattant aux côtés des armées congolaise, angolaise et zimbabwéenne. La deuxième guerre panafricaine au Congo avait commencé deux ans plus tôt. Il se terminera en 2004.

Mudacumura a accédé au pouvoir en 2003 avec la mort du commandant suprême des milices, le colonel Jean Baptist Kanyandekwe. Muducamura prendra sa place, devenant le numéro un de l'aile militaire des FDLR, appelée FDLR-FOCA. Kanyandekwe meurt empoisonné. À ce moment-là, les suspects tomberont directement sur Mudacumura, mais la direction du groupe terroriste a choisi de ne pas poursuivre les investigations, favorisant ainsi les capacités militaires innées et incontestables de Sylvestre.

Selon des sources accréditées, l’absence d’enquête interne serait pour une deuxième et plus importante. Le colonel Kanyandekwe, après plusieurs tentatives d'invasion infructueuses, orientait les FDLR vers l'abandon de la reconquête du Rwanda. Son but était de se consolider dans les territoires de l'est du Congo en formant un Hutuland. Mudacumura, qui rêvait de se venger de Kagame, a ouvertement fait obstacle à cette orientation stratégique. Le président rwandais a dû tomber et achever le "travail" interrompu en 1994.

Au cours de ces 16 années de commandement suprême, Mudacumura s’est concentré sur la stratégie de son prédécesseur: renforcer l’est du Congo dans les zones minières les plus riches, sans renoncer au rêve de reconquérir le Rwanda. Depuis 2006, 10 invasions ont été tentées, la dernière en août dernier.

L’occupation du territoire dans les provinces de l’est a été rendue possible grâce à l’intuition de Mudacumura et du dirigeant politique Murwanashyaka de devenir des partenaires commerciaux avec la famille Kabila. Un contrat très simple mais concret était stipulé. Les FDLR se sont engagés à défendre le président Joseph Kabila des armées ougandaises rwandaises et de toutes les milices tutsi congolaises en échange d'une participation active à l'exploitation illégale des ressources naturelles dans l'est du Congo.

Un accord très lucratif. Le général respectera les engagements pris en combattant jusqu'en 2004 contre les troupes d'occupation rwandaises et ougandaises. En 2009, il se battra contre la rébellion du colonel Laurent Nkunda, tutsi congolais, et en 2013, contre le mouvement de rébellion du 23 mars, connu sous le nom de M23. Ces services mercenaires lui ont permis de construire un empire économique mafieux. Au-delà de la société avec la famille Kabila, Mudacumura sera en mesure de nouer des alliances avec l'armée congolaise, permettant ainsi à ses officiers de participer à l'immense commerce de matières premières congolaises, au détriment du développement du Congo.

Les FDLR se concentreront sur le commerce de l'or et du coltan, obligeant des milliers de Congolais à travailler dans des conditions de semi-esclavage. Les différents massacres perpétrés contre des civils sont régulièrement lancés contre des troupes rwandaises ou des guérillas tutsi congolaises. Les bénéfices du commerce illégal de minéraux précieux seront utilisés pour soutenir les activités militaires des milices, les activités de l'aile politique protégée bénéficiant du statut de réfugié en Europe (malgré les crimes commis en 1994) et pour activer une série d'investissements immobiliers et productifs à Kinshasa. , à Goma, au Burundi, en République centrafricaine et en Ouganda.

Pour éviter la résistance armée de la population congolaise, le criminel rwandais rusé crée une série d'alliances avec les chefs de village locaux qui assureront la paix et le soutien des milices locales Maï Maï, formées pendant la seconde guerre panafricaine. Ces chefs de village, souvent issus de vagabonds semi-illettrés, sont achetés pour une poignée de dollars.

Grâce à son frère cadet, connu sous le nom de "Big Patrick", il pourra nouer des alliances avec le contingent indien de la Mission de la paix des Nations Unies au Congo, la MONUC. Les casques bleus indiens ont accepté de ne pas attaquer les FDLR malgré le meurtre de sang-froid de milliers de civils congolais en échange de leur participation aux bénéfices de la vente illégale de Coltan. Ils seront exclus du commerce de l'or destiné au Burundi et à l'Ouganda. Pendant dix ans, les casques bleus arriveront sur les lieux des massacres au travail et les FDLR auront disparu. Dans certains cas, bien observés, les casques bleus ont été rapidement informés de l'attaque mais, mystérieusement, les patrouilles ont été envoyées le lendemain. Un exemple zélé de respect de la lettre des accords pris.

La collaboration devient si forte que les casques bleus indiens en 2009 assureront l'évacuation médicale par voie aérienne de Mudacumura ayant besoin de soins spécialisés en Afrique du Sud. On ne savait jamais si Mudacumura était vraiment malade ou s'il fuyait l'offensive militaire conjointe Congo-Rwanda pour détruire les FDRL, l'opération Umoja Wetu, dans laquelle son gendre avait été arrêté, le lieutenant-colonel Edmond Ngarambe.

La collaboration avec les Casques bleus indiens permet aux FDLR de ne pas être attaquées par la force internationale. En 2012, la collaboration fait un saut qualitatif. Les dirigeants militaires et politiques de la MONUSCO ont plaidé auprès de Mudacumura pour lutter contre la rébellion tutsi congolaise du M23, qui avait déjà conquis Goma, la capitale du Nord-Kivu, en échange d'une immunité totale. La MONUSCO viendra partager des informations de renseignement avec les FDLR et fermer les yeux sur le massacre de civils perpétré par la milice des FDLR.

Muducamura installe l'état-major général à Goma, après le retrait du M23 en Ouganda, et voyage tranquillement dans la région des Grands Lacs en empruntant les vols de la MONUSCO, malgré les sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU (décret no 13413) et le mandat d'arrêt internationaux pour crimes des guerres et crimes contre l'humanité établis par la Cour pénale internationale. Crimes commis en 2009 et 2010 et régulièrement rattachés au Rwanda par la propagande du régime congolais de Kabila.

L'implantation de l'état-major à Goma facilitera les relations entre Mudacumura et les instructeurs militaires français présents dans la ville congolaise, ainsi que l'approvisionnement en armes et en munitions de l'aéroport de Goma sous le contrôle de l'ONU, qui sera également utilisé pour les envois de coltanvet or à l'étranger.

En 2013, le général Sylvestre Mudacumura s'est retrouvé à l'apogée de son pouvoir grâce à une série d'arrestations tapageuses de cadres des FDLR qui ont laissé un vide politique qu'il a immédiatement comblé.

En avril 2006, Ignace Murwanashyaka, dirigeant politique des FDLR et son secrétaire politique, Straton Musoni, ont été arrêtés en Allemagne. Ils seront jugés pour les crimes contre l'humanité commis lors du génocide de 1994 et pour les crimes de guerre commis au Congo entre 2000 et 2005.

En octobre 2010, la secrétaire exécutive Callixte Mbarushimana a été arrêtée en France et remise à la Cour pénale internationale pour génocide. La direction des FDLR hésite, laissant le général Mudacumura prendre le contrôle de l’aile militaire FDLR-FOCA et d’influencer l’aile politique du groupe terroriste basé en France.

Les affaires avec la famille Kabila sont en plein essor. On estime que le trafic illicite de minéraux précieux congolais rapporte environ 4 millions de dollars par mois, ce que Muducamura doit partager avec le président Joseph Kabila et divers généraux des FARDC. La complicité avec le gouvernement, les forces armées congolaises et avec les Casques bleus des Nations Unies, permet à Mudacumura de circuler librement dans la capitale du Nord-Kivu, Goma, à l'abri du mandat d'arrêt international délivré par la CPI.

Entre 2014 et 2015, Muducamura est courtisé par deux présidents: Joseph Kabila et Pierre Nkurunziza. Tous deux cherchent son alliance en demandant des services importants et vitaux. Kabila, dans l'est du Congo, a deux problèmes qui menacent de s'emparer des ressources naturelles: l'ethnie Banyamulenge tutsi, toujours remplie de rébellions associées au Rwanda, et l'ethnie Bantu Nande émigrée d'Ouganda 400 ans plus tôt.

Ces derniers sont dédiés à l'agriculture et au commerce. À travers un système très similaire à celui de la Ligue des Métiers des Municipalités d’Italie en Moyenne Age, les Banande contrôlent l’économie de l’est du pays. Kabila demande l'aide de Mudacumura pour procéder à une série de nettoyages ethniques contre ce groupe ethnique qui doit être refoulé en Ouganda ou exterminé. En retour, le général HutuPower obtiendra l’autorisation de faire occuper les paysans hutu sur des terres et des villages vides. Son rêve est de créer un État au sein de l'État: le Hutuland.

Au cours de la même période, le président burundais Nkurunziza, par l'intermédiaire de son numéro deux, le général Alphonse Nshimirimana, contacte Muducamura pour lui demander de former militairement et politiquement la jeunesse du parti au pouvoir appelé Imbonerakure, qui compte environ 30 000 membres. Nkurunziza veut transformer le mouvement de jeunesse Imbonerakure en une milice paramilitaire très fidèle.

Cette milice doit s’inspirer de l’exemple des milices génocidaires rwandaises Interahamwe et Impuzamugambi pour devenir un organe de contrôle de la population, un instrument de répression du régime et des auteurs efficaces s’il est nécessaire d’exterminer la totalité de la minorité tutsie du Burundi.

La demande a été faite par le président burundais un an avant le mois fatidique d'avril 2015, lorsque son annonce d'entrer dans le troisième mandat avait déclenché de nombreuses manifestations populaires auxquelles le régime réagirait par la mise en place d'une dictature brutale, déclenchant la crise politique actuelle du pays. pays. Depuis 2015, environ 500 000 Burundais (y compris de nombreux Tutsis) se sont réfugiés dans les pays voisins et en Europe, tandis que le nombre de victimes du régime est estimé entre 10 000 et 15 000 personnes.

Muducamura acceptera la demande de Nkurunziza. Derrière une compensation généreuse, il formera 3 000 jeunes du parti CNDD-FDD, tous sélectionnés dans les couches les plus pauvres et les plus abjectes de la société hutu burundaise. La formation sera découverte par hasard par trois religieuses italiennes xavériennes. Mudacumura et ses alliés burundais courent le risque que les preuves rassemblées par les religieux aboutissent aux Nations Unies. Un risque évité avec l'assassinat barbare des trois soeurs en septembre 2014 et organisé par le général Adolphe.

Au cours de son mandat, Muducamura entretient une relation solide entre le FLDR et la France et, en novembre 2017, s’intègre dans un plan d’invasion du Rwanda recherché par Paris. Invasion qui ne sera mise en œuvre qu'après un an et de manière disjointe.

Si pour le Commandant suprême, la France est le meilleur allié militaire et financier, c’est en Allemagne qu’elle tourne toute son admiration et sa tentative d’imitation de la discipline et de l’organisation militaire de l’armée allemande. Une passion partagée par le commandant politique Igance Murwanashyaka depuis sa capture.

Les deux dirigeants ont de nombreux liens avec l'Allemagne. Muducamura a étudié à l'académie et à l'armée à Hambourg. Murwanashyaka est diplômé en économie de l’Allemagne de l’Est et les deux ont sécurisé leur famille en Allemagne.

Il y a une longue histoire entre HutuPower et l'Allemagne. Le Burundi est devenu pendant quelques années une colonie allemande, avant de s’installer en Belgique, après la défaite subie par le Kaiser lors de la Première Guerre mondiale. Pendant la guerre froide, les deux Allemands ont noué des relations étroites avec le dictateur Juvenal Habyarimana. Une collaboration si étroite que l'Allemagne réunifiée, en 1994, refusera de reconnaître le génocide qui a lieu au Rwanda et d'accepter les réfugiés tutsis à la demande des Nations Unies.

Muducamura et Murwanashyaka ont une véritable admiration pour l'organisation militaire hitlérienne de la Wehrmacht, qui a été partiellement préservée dans l'actuelle Bundeswehr (armée du peuple). Mais ce sont les SS qui gagnent le cœur de ces criminels qui envient leur discipline et leur efficacité sur le terrain. Hitler, Goebbels et Himmler deviennent des personnages à étudier et à imiter.

L'Allemagne plus que la France est considérée par les FDLR comme un pays allié. En 2005, lorsque Angela Merkel a été élue chancelière, les FDLR ont organisé un grand défilé militaire dans le parc de Virunga, au Nord-Kivu, en son honneur.

Le culte intégral de l'Allemagne n'empêche pas la détérioration des relations avec Angela Merkel précisément. Un an à peine après son entrée en fonction, Merkel ordonne une série d'arrestations de dirigeants politiques du FDRL et la suspension immédiate de toute relation ou collaboration avec le groupe terroriste rwandais. L'affront est d'autant plus grave que Merkel renforce ses relations avec le gouvernement de Kikali et le président Paul Kagame.

En dépit de la trahison allemande, les FDLR demeurent un fervent admirateur de la vieille Allemagne. Des études minutieuses sont menées pour comprendre et reproduire l'organisation militaire et l'efficacité de la Wehrmacht et de la SS.

Dans l'est du Congo, les FDLR contrôlent de vastes territoires et ont créè une administration parallèle. La milice est divisée en divisions administratives, politiques et militaires dans les deux Kivus et à l'étranger. Les mariages doivent avoir lieu entre les Hutus. Au cas où un milicien voudrait épouser une femme congolaise, celle-ci devra faire preuve de sa loyauté envers l'idéologie HutuPower et se consacrer politiquement et socialement à la cause. La moindre mesure de cette admiration pour le nazisme se trouve dans le CNDD-FDD, le parti HutuPower du président burundais Nkurunziza.

© Riproduzione riservata

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: