Élections au Burundi. Les évêques prennent position sur le vote dénonçant de graves irrégularités

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Giu 3

Élections au Burundi. Les évêques prennent position sur le vote dénonçant de graves irrégularités

La position prise par les évêques catholiques sur la fraude électorale commise au Burundi par le CNDD-FDD est la seule intervention claire d'une communauté internationale hésitante et incertaine. Une gifle au visage du général Neva qui se prétend un fervent catholique et attend la complicité de l'Église catholique. Une complicité rejetée au nom de la démocratie et de la justice. Les évêques burundais ont choisi le peuple

di Fulvio Beltrami

burundi, election2020, eveques, eglise catholique, cndd-fdd, cnl, democratie, hutupower, pierre nkurunziza, evariste ndayishimiye, atathon rwasa

Fulvio Beltrami 02 Juin 2020

Traduction de l'article publié dans le journal catholique de Rome: Il Faro di Roma.

Lien vers l'article d'origine: http://www.farodiroma.it/elezioni-burundi-i-vescovi-prendono-posizione-sul-voto-denunciando-gravi-irregolarita-di-fulvio-beltrami/

Élections au Burundi, risque d'un nouveau drame civil dans le petit et merveilleux pays. Des élections ont eu lieu au Burundi le mercredi 20 mai pour élire le président, associées aux élections législatives et municipales. Des élections tellement attendues que pour assurer leur performance, le gouvernement burundais a décidé d'ignorer le danger pandémique de Covid-19. A l'occasion du discours à la Nation du 1er mai, le président de la République: Pierre Nkurunziza avait déclaré que la pandémie était un canular par les Occidentaux, invitant la population à l'ignorer. Auparavant, il avait déclaré que le Burundi, étant le pays choisi par Dieu, serait épargné par la pandémie. Ironiquement, l'épouse du président Denise Bucumi Nkurunziza et le ministre de la Santé, le Dr Thaddée Ndikumana, sont maintenant hospitalisés à l'hôpital privé Aga Khan de Nairobi au Kenya dans des conditions graves de Covid-19.

La campagne électorale qui a débuté en avril a été caractérisée par des foules océaniques présentes aux rassemblements (contribuant ainsi à la propagation du virus) et par une tactique d'intimidation mise en place par le gouvernement à travers l'utilisation de l'aile jeunesse du parti au pouvoir CNDD-FDD: les Imbonerakures (ceux qui voient loin) se sont transformés depuis 2014 en un modèle de milice paramilitaire de la milice ethnique génocidaire hutue rwandaise (ceux qui travaillent ensemble) responsable du génocide au Rwanda en 1994: un million de morts pour la majorité de l'ethnie tutsi.

La stratégie de la tension préélectorale adoptée par le gouvernement est la poursuite du plan d'élimination physique du principal parti d'opposition: le Congrès de libération nationale (CNL) dont le chef et candidat présidentiel est Agathon Rwasa (ex-guérillero hutu chef des FNL - Forces Libérations nationales et actuel vice-président du Parlement). Les attaques contre la CNL ont commencé une semaine après la création du nouveau parti: le 14 février 2019. Plus de 1000 militants et cadres du parti ont été arrêtés, 230 autres "disparus". Lors de la campagne électorale, les Imbonerakures ont attaqué plusieurs membres du CNL et intimidé la population. Le jour du scrutin, 200 militants de la CNL censés garder les bureaux de vote ont été arrêtés par la police.

Lors du vote, l'opposition et la société civile ont signalé de graves irrégularités. Jeune Imbonerakure détenant plusieurs cartes électorales pour voter plusieurs fois. Absence de listes électorales dans les bureaux de vote pour empêcher les électeurs d'avoir une vision claire des candidats à voter (en particulier dans les municipalités), bulletins de vote trompeurs. Présence de personnes décédées ou réfugiées à l'étranger sur les listes de ceux qui ont le droit de vote. Exclusion des observateurs internationaux et des scrutateurs indépendants et de la CNL.

A la veille du vote, une réunion a eu lieu entre la CENI (Commission électorale nationale indépendante), le candidat du parti au pouvoir: le général Evariste Ndayshimiye (nom de bataille le général Neva) et les chefs de la milice paramilitaire Imbonerakure pour finaliser la stratégie la plus appropriée pour mettre en œuvre la fraude électorale, compromettant gravement l'indépendance nécessaire de la Commission électorale, une institution effectivement contrôlée par le gouvernement.

Les résultats partiels du vote devaient être communiqués le 28 mai. Au contraire, lundi 25 mai suite à une fuite sur 48% des bureaux de vote montrant que le candidat de l'opposition (Rwasa) avait obtenu 62% des voix tandis que le candidat du CNDD-FDD (Geneale Evariste) 20%. En revanche, le président de la CENI: Pierre Claver Kazihise attribue 68,72% des voix au général de division Evariste Ndayishimiye. Après le candidat de l'opposition, la CNL, Agathon Rwasa avec 24,19% des préférences, ancien parti unique avant les élections de 1993 Union nationale pour le progrès (UPRONA), avec 1,64%.

Les résultats provisoires ont été annoncés lors d'une cérémonie qui a eu lieu non pas au siège national de la CENI mais dans un établissement hôtelier privé: l'hôtel Club du Lac Tanganika, appartenant à un homme d'affaires italien, auquel seuls les cadres du parti au pouvoir protégé par de nombreux départements ont participé. policiers, blindés et soldats en guerre. Alors que la cérémonie s'est déroulée dans un silence de cathédrale, aux visages tendus et effrayés des personnes présentes, dans la ville de Bujumbura (ancienne capitale dégradée en ville par Nkurunziza en 2019 en nommant la nouvelle capitale à Gitega), elle a été présidée par des milliers de policiers et de soldats. Les jeunes miliciens Imbonerakure (armés par l'armée à la veille du scrutin) ont parcouru les quartiers pour intimider la population et menacer de les tuer s'ils osaient protester.

Un scénario électoral africain normal a été tenté de réfléchir. Un scénario caractérisé par des candidats qui réclament tous la victoire et une situation difficile de la réalité du vote. Les élections au Burundi sont une exception et nient ce cliché. La CECAB (Conférence des Èvêques catholiques du Burundi) s'est exprimée sur les élections mardi 26 mai avec un communiqué de presse sobre, équilibré mais extrêmement clair.

Les évêques catholiques du Burundi se prononcent sur le triple vote du 20 mai déclarant qu'il était "dépourvu des éléments qui devraient caractériser des élections vraiment démocratiques".

"Nous regrettons de nombreuses irrégularités concernant la liberté et la transparence du processus électoral ainsi que le manque d'équité dans le traitement des candidats et des électeurs", a déclaré Mgr Joachin Ntahurareye, évêque du diocèse de Muyinga et président de la CECAB.

Parmi les irrégularités détectées par les évêques, il y a le procès-verbal signé en blanc avant le dépouillement des votes, la manipulation des urnes lors du vote, le vote des personnes décédées ou absentes du pays par procuration, l'usage excessif de la déclaration de milliers de bulletins nuls. Ils condamnent également l'exclusion des sièges des observateurs internationaux, régionaux et des partis et la présence de personnel non autorisé à différents sièges pendant le vote (se référant au jeune Imbonerakure qui, armé, avait pour mission de faire en sorte que l'électeur fasse le "choix"). droite "). Les évêques concluent en disant que le scrutin des votes n'est pas garanti à tous les sièges.

L'intervention du CECAB pèse comme un rocher à la fois dans l'intrigue compliquée de la politique nationale du petit pays africain à l'histoire tourmentée et sanglante, et au niveau international, conduisant à la prudence de toutes les représentations diplomatiques présentes dans le pays, dont la Russie et la Chine.

La dénonciation des irrégularités des évêques burundais est venue totalement inattendue au candidat du régime: le général Neva (Evariste Ndayshimiye). En se déclarant catholique fervent, il comptait sur le soutien de l'Église. Un soutien décisif puisque 80% de la population burundaise est catholique. Le communiqué de presse est le résultat d'un suivi attentif du vote effectué par la CECAB grâce à 2 716 observateurs qui ont été localisés dans tous les sièges les plus importants du pays.

Les observations et les doutes exprimés par les évêques burundais reflètent une situation qui serait surréaliste si elle n'était pas insérée dans un contexte tragique de violence tel que celui que la population burundaise est actuellement contrainte de subir. Selon les reconstitutions de militants de la société civile, jugées valables par divers observateurs et diplomates internationaux, le parti au pouvoir avait organisé la fraude électorale liée à l'intimidation, aux arrestations et à la violence, confiant d'avoir le monopole des données électorales. En fait, les observateurs des partis d'opposition (en particulier la CNL) et les observateurs catholiques ont été gênés (souvent physiquement) pour surveiller les progrès et le dépouillement du vote.

C'est lors du dépouillement du scrutin que le mécanisme s'est bloqué grâce à une série de «trahisons» non prévues par le parti au pouvoir. Divers officiers de la CENI ont commencé à communiquer (sous le comptoir) les résultats réels du vote qui a circulé sur les réseaux sociaux soulignant la nette victoire du candidat de l'opposition. Les techniciens des télécommunications ont interrompu la coupure des lignes téléphoniques et Internet imposée par le gouvernement le jour du scrutin à des intervalles convenus avec l'opposition pour permettre la transmission des données des minutes de comptage (PV) à l'étranger. Plusieurs unités de police ont arrêté les jeunes Imbonerakures à l'entrée des bureaux de vote, saisissant et brûlant les dizaines de bulletins de vote "déjà dûment remplis" en leur possession.

Le boycott au sein du système a conduit le parti à une reformulation précipitée du PV pour offrir une "victoire" au candidat du CNDD-FDD. Les résultats provisoires qui devaient être communiqués le 28 mai ont été communiqués à l'avance le 25 mai.

Les données officiellement communiquées démontrent des altérations évidentes. Le nombre total d'électeurs déclarés par la CENI est bien supérieur aux listes électorales. D'après les indiscrétions reçues, les PV "refaits" étaient basés sur les données des élections précédentes de 2015, où les électeurs décédés par la suite et les 400 000 réfugiés actuels à l'étranger étaient inclus. De nombreux résultats ont montré des irrégularités évidentes. Le cas de trois bureaux de vote est emblématique: Karuzi, Kayanza, Ngozi avec les mêmes résultats électoraux identiques qu'en 2015: 92,24% au CNDD-FDD, 6,20% à la CNW de Rwasa, 1,56% à l'UPRONA.

Les contradictions évidentes des données provisoires fournies, associées à la dure intervention des évêques catholiques, ont contraint le président de la CENI à les retirer du site officiel de la Commission électorale les déclarant incorrectes. "Les données fournies le lundi 25 mai n'ont pas été bien vérifiées par les membres du bureau central de la CENI. Il est donc normal que des données mal contrôlées mais officiellement publiées soient collectées sur le site Internet de la CENI. Maintenant, nous revérifions tous les PV et à la fin des travaux, nous publierons les données de vote les plus correctes ». C'est la déclaration choquante de Pierre Claver Kasihise, président de la CENI.

Les évêques burundais sont bien conscients du risque que le différend électoral dégénère, générant violence et guerre civile. Le parti au pouvoir et le principal parti d'opposition (CNL) sont déterminés à gagner. Le premier à maintenir le contrôle du pays et aussi à éviter les mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale à la suite de l'enquête sur les crimes contre l'humanité commis entre 2015 et 2017. Le second car effectivement légitimé par la majorité de la population à travers le voter. Les deux parties sont dirigées par d'anciens seigneurs de la guerre (Nkurunziza et Rwasa). Il y a aussi la présence depuis octobre 2019 sur le territoire burundais de l'opposition armée formée par les guérilleros RED Tabara et FOREBU, soutenus par le Rwanda et en partie par le Congo.

Pour cette raison, le communiqué de presse de la CECAB insiste sur la solution pacifique du différend électoral. «Nous condamnons toutes les injustices et refusons tout recours à la violence, en privilégiant le recours à des instances judiciaires habilitées à arbitrer les litiges. Nous recommandons à l'autorité publique de sanctionner tous ceux qui persécutent leurs voisins après le vote et de décourager ceux qui tentent de tourmenter les gens qui manifestent des tendances politiques différentes. Nous appelons l'ensemble de la population à rester calme et à avoir confiance dans le Seigneur qui demeure le juge de l'histoire. "

L'appel à éviter la violence à motivation politique est basé sur l'observation des épisodes horribles de violence déclenchés à travers le pays par de jeunes miliciens Imbonerakure. Armés de l'armée à la veille du scrutin, ils sont les architectes de divers actes de violence: maisons incendiées, passages à tabac et meurtres, mis en œuvre dans tout le pays comme un avertissement pour empêcher toute manifestation populaire en faveur des vrais vainqueurs d'élections selon ce qu'il pense la population: Agathon Rwasa et la CNL.

La réponse de la Cour constitutionnelle à l'appel de Rwasa déposé le vendredi 29 mai et les données définitives du vote après la "révision" promise par la CENI sont désormais attendues. Un calme contre nature règne dans le pays. Un mauvais présage selon les Burundais. "Chaque terrible événement de violence au Burundi a toujours été précédé d'un calme absolu", confie un professeur d'université.

La situation reste tendue et les risques de violence généralisée sont si élevés qu'ils poussent le gouvernement américain à déclencher une évacuation d'urgence de leurs citoyens présents au Burundi. La position courageuse prise par les évêques burundais a accru les frictions avec le gouvernement actuel qui accuse depuis longtemps l'Église catholique d'ingérence dans la vie politique du Burundi. En septembre 2019, le gouvernement a accusé les évêques de répandre du poison et de la haine politique à la suite de leurs plaintes concernant l'augmentation de l'intolérance et de la violence politique commises par les milices paramilitaires Imboneakure près des élections.

"Certains évêques doivent être refusés car c'est devenu une habitude: à la veille des élections, ils doivent cracher leur poison de haine par des messages incendiaires. Ils enseignent la division, accusant les imbonerakures (les jeunes du parti au pouvoir) d'être des meurtriers " les investissements au Burundi jugés "opaques" par la population et par de nombreux analystes et observateurs.

La situation politique précaire, qui peut conduire à des événements dramatiques, fait partie de la catastrophe sanitaire due à la contagion de Covid-19 facilitée par les rassemblements de masse pré-électoraux. «En l'absence de tests, le seul baromètre des dégâts causés par Covid19 au Burundi est l'augmentation spectaculaire des décès à travers le pays. Mon WhatsApp est inondé de rapports de décès et je ne suis pas un cas isolé ", explique un médecin burundais protégé par l'anonymat.

© Riproduzione riservata

290 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: