Kinshasa, où les émeutes peuvent provoquer plus de décès que le coronavirus

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Apr 4

Kinshasa, où les émeutes peuvent provoquer plus de décès que le coronavirus

La situation socio-économique d'une métropole qui prospère dans une économie informelle ne permet pas de «tout fermer» pour lutter contre le COVID19. Mesures de confinement avortées dans l'œuf au Congo

di Fulvio Beltrami

afrique, covid19, coronavirus, isolement, kinshasa, felix tishekedi, pandémie

DIEUDONNE KABALE 04/04/2020

Le samedi 28 mars, l'isolement total de la ville de Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo, ville de 11,8 millions d'habitants, devait entrer en vigueur pour faire face au risque de contagion du coronavirus COVID-19 (ici nous préférons parler du SRAS-CoV-2).

La décision drastique avait été prise par le gouverneur de la province de Gentiny Ngobila, jeudi 26, vers la soirée, l'annonçant à la population lors d'une conférence de presse. L'enfermement total devait durer trois semaines et prévoyait des interruptions de deux jours chaque semaine pour permettre à la population d'acheter de la nourriture. Les seules personnes autorisées à circuler librement étaient le personnel (réduit) de l'administration publique, le personnel de santé, la police, l'armée, chargé d'assurer les services d'assistance et l'ordre public.

La décision prise par le gouverneur de Kinshasa a été précédée par le décret présidentiel, signé par le chef de l'État Félix Tshisekedi, le mardi 24 mars, avec lequel l'état d'urgence a été déclaré sur tout le territoire national et l'isolement de la capitale du reste du pays pour éviter la propagation de l'infection dans d'autres régions.

Les données fournies par le ministère de la Santé et l'OMS montrent que les 65 cas de contagion recensés par le pays ont été enregistrés à Kinshasa, transformant ainsi la capitale en la première épidémie de SRAS-CoV-2 du pays. L'augmentation du nombre de personnes testées positives semble s'accélérer. Rien que samedi, 7 nouveaux cas ont été confirmés et un décès qui porte le nombre de victimes de COVID-19 à 6. Un premier cas d'infection a été enregistré dans la province du Nord-Kivu, à l'est du pays.

La décision du Président a été demandée par tous les partis politiques et la société civile. Le décret interdit tout déplacement de Kinshasa vers d'autres provinces et vice versa pour permettre l'isolement de la capitale. La concentration de tous les cas de contagion dans la capitale s'explique par la nature de Kinshasa: un carrefour régional de métropole, où les habitants des pays et provinces voisins arrivent chaque jour pour affaires et travail.

Dans la soirée du vendredi 27 mars, le même gouverneur Ngobila annonce qu'il a apporté à ce jour la disposition annoncée la veille. La raison expliquée: spéculation sur les prix des produits de première nécessité et volonté des autorités de prévenir «les actes susceptibles de créer l'insécurité». Un euphémisme pour ne pas prononcer le risque d'un soulèvement populaire.

En fait, la situation créée par la décision de confiner toute la population de Kinshasa annonçait un soulèvement populaire qui, s'il n'avait pas été bloqué dans l'œuf, aurait été caractérisé par des violences, des pillages et des affrontements sanglants avec la police et l'armée. Le nombre élevé d'habitants aurait rendu impossible la défense de la capitale, faisant capituler l'ensemble du gouvernement.

En dehors des quartiers du centre, modernisés sur le modèle européen par l'ancien président Joseph Kabila, comme un pur acte de propagande, Kinshasa est composé d'immenses quartiers à très forte densité de population où les services de base sont rares. Des millions de personnes vivent dans des quartiers surpeuplés sans eau courante ni électricité. Le service de collecte des déchets est pratiquement inexistant. Le service de transport public et privé est nettement inférieur à la demande. 20% de plus de personnes sont normalement chargées dans les bus et les minibus que les places disponibles à l'intérieur du véhicule. Le taux de chômage élevé oblige la majorité de la population à se promener dans la capitale, improvisant des marchands ambulants qui vendent tout type de marchandises pour avoir le changement nécessaire à leur survie quotidienne. Tous les facteurs qui favorisent la propagation de l'infection.

La décision du gouverneur de décréter l'internement total avec un préavis de seulement 48 heures a été sévèrement critiquée par les partis d'opposition et ceux qui forment la coalition au pouvoir - l'UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), le parti de Tshisekedi et le PPRD (Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie) le parti de Kabila.

"Le Gouverneur a totalement ignoré l'aspect social du décret de l'emprisonnement total. Il est désolant de constater que cette mesure radicale n'a été accompagnée d'aucune proposition économique de sauvegarde de la population ni de mesures obligatoires telles que la garantie de l'accès à l'eau courante et à l'électricité ", a déclaré le député Patrick Muyaya, chef du Parti Lumumbist Uni (PALU). ). Déclaration partagée par la majorité des parlementaires, qui accusent le gouverneur de prendre la décision sans consulter l'Assemblée nationale (le parlement congolais). Parmi les mesures nécessaires pour rendre le confinement possible: la prise en charge des factures d'eau et d'électricité, la garantie d'un service d'eau potable dans les quartiers où il est rare et enfin la maîtrise des prix alimentaires liés à la lutte contre les spéculateurs.

En raison du préavis limité de l'entrée en vigueur de l'isolement total, les supermarchés et les magasins de la capitale ont été pris d'assaut vendredi par la population qui avait l'intention de fournir de la nourriture. La majorité des commerçants, y compris les grands supermarchés, ont immédiatement spéculé sur l'urgence et quadruplé les prix des produits de première nécessité.

La décision du gouverneur n'a pas pris en compte l'aspect social. La majorité de la population de Kinshasa vit quotidiennement, employée dans l'économie informelle, ce qui permet la survie mais l'empêche de sortir du cercle de la pauvreté. Chaque matin, des centaines de milliers de femmes, d'hommes et même d'enfants sortent de leurs foyers pauvres pour essayer de gagner du pain quotidiennement, de vendre des marchandises ou d'accepter n'importe quel travail quotidien, souvent sous-payé.

Le confinement total empêcherait des millions de personnes de vivre. Ajoutez à cela le risque de licenciements massifs dans les rares usines du parc industriel de la capitale. Même le travail à distance, les emplois intelligents pour les employés de l'administration publique et du secteur privé sont pratiquement impossibles en raison de l'instabilité du réseau électrique national et des coûts prohibitifs de la connexion à Internet.

Les problèmes dont souffre la capitale sont le résultat de 15 ans de mauvaise administration et de vol de ressources nationales. Ce sont des problèmes structurels qui ne pourraient être résolus qu'avec un plan ambitieux d'investissements importants dans les infrastructures publiques et dans les secteurs industriel et tertiaire pour créer des emplois, qui sont difficiles à mettre en œuvre en peu de temps.

Le confinement total ne sera probablement pas mis en œuvre. La clarification apportée par le Gouverneur d'un "report à une date ultérieure" semble sanctionner cette possibilité. Kinshasa est un laboratoire pour toute l'Afrique qui montre à quel point il est difficile d'appliquer des mesures de confinement drastiques sur le modèle chinois ou italien.

Il est tout aussi difficile d'appliquer les mesures plus douces mais tout aussi efficaces mises en œuvre en Corée du Sud. Pour cette raison, le risque à Kinshasa et dans d'autres parties du continent est un massacre aux proportions inimaginables.

Pour tout cela, c'était une décision obligatoire de différer le confinement total, afin d'étudier les mesures de soutien à la population et de contrôler la vague de spéculation née de nulle part et totalement injustifiée.

© Riproduzione riservata

99 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: