Covid 19. Les restrictions de transport mettent à risque les relations entre l'Afrique et l'Europe

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Lug 18

Covid 19. Les restrictions de transport mettent à risque les relations entre l'Afrique et l'Europe

L'Union européenne a décidé de rouvrir l'espace de Shengen à seulement 4 pays africains, dont deux: Algérie et Morocco qui ont un nombre élevé d'infections par rapport à la moyenne africaine. Les pays africains ont réagi avec dédain et le Senegal a commencé à appliquer le droit de réciprocité avec une interdiction temporaire d'entrée pour les citoyens européens d'Europe. Les entrepreneurs français, espagnols et italiens ainsi que les travailleurs humanitaires des ONG seront particulièrement touchés. La décision prise par la UE limite de plus en plus la possibilité pour les Africains de venir légalement en Europe, augmentant ainsi l'activité des trafiquants d'êtres humains et l'immigration illégale. Les limitations, si elles ne sont pas examinées, risquent de compromettre gravement les relations économiques entre l'Europe et l'Afrique

di Fulvio Beltrami

covid19, afrique, europe, migration, accords commerciaux, forteresse europe, racisme, pandémie

Fulvio Beltrami 18 June 2020

«Réouverture de l'espace aérien du Sénégal. Suite à la décision de l'Union Européenne d'évincer le Sénégal de la deuxième liste des pays autorisés à pénétrer dans son espace aérien, l'Etat du Sénégal prend la décision suivante. Le principe de réciprocité sera appliqué à tous les Etats ayant pris des mesures restrictives à l'encontre du Sénégal », lit-on dans le communiqué de presse du jeudi 16 juillet signé par le ministre du Tourisme et des Transports aériens Alioune Sarr.

Cette décision de limiter l'entrée des citoyens européens a été prise par l'un des gouvernements africains les plus avant-gardistes dans les politiques d'immigration, sur la base du principe de la «porte ouverte». Les citoyens de divers gouvernements de l'UE ne paient pas de visa d'entrée et peuvent résider dans le pays pendant un an sans aucun problème. Après quoi, ils doivent demander une carte d'identité étrangère, en précisant le motif du séjour prolongé. Outre un emploi subalterne ou pour des raisons professionnelles, le citoyen européen est autorisé à résider au Sénégal également pour des raisons «sentimentales» envers le pays à condition qui démontre d’avoir une résidence permanente, un compte courant au Sénégal prouvant sa capacité financière à se soutenir.

Les effets de la décision prise par le gouvernement de Dakar ont été immédiats. Notre compatriote Beatrice Bianchi sur la page Facebook "Italiens à Dakar" décrit une situation de l'enfer de Dante à l'aéroport de Paris. "Moi et les autres citoyens italiens et européens à Paris cet après-midi nous avons vu refuser l'embarquement d'Air France parce qu'ils n'avaient pas de passeport sénégalais ou d'autorisation spéciale d'embarquement délivrée par la police des frontières sénégalaise. Nous sommes tous coincés ici, y compris des Sénégalais avec des passeports non sénégalais. Presque une bagarre a éclaté à l'aéroport mais il n'y avait rien à faire. "

La sévère mesure limitant l'entrée des citoyens européens est la cause directe de la décision prise par l'Union Européenne le 27 juin de limiter l'entrée dans la zone de Shengen à seulement 4 pays africains: l'Algérie, le Maroc, le Rwanda et la Tunisie. Les citoyens de 14 autres pays non africains sont autorisés à entrer en Europe: Andorre, Australie, Canada, Corée du Sud, Géorgie, Japon, Monaco, Monténégro, Nouvelle-Zélande, Serbie, Saint-Marin, Talilandia, Vatican et Uruguay. L'entrée de citoyens chinois est conditionnée par le droit international de réciprocité. Tout État membre de l'UE qui est exclu de l'entrée de ses citoyens peut librement décider d'appliquer ce droit. Les États-Unis sont actuellement sur liste noire.

La décision de limiter l'entrée dans la zone de Shengen aurait été prise selon des critères épidémiologiques compte tenu du taux de nouveaux cas de contagion qui doit avoir une proportion de 16 pour 100 000 habitants. La liste est sujette à révision toutes les deux semaines.

Quant à l'Afrique, il y a un mystère. Le 26 juin (un jour avant la rédaction de la liste officielle), les pays africains sans restriction d'entrée en Europe étaient 11, comme le rapporte le journaliste Fabio Scala sur Futherafrica. Com. La liste initiale (considérée comme un draft) prévoyait la possibilité d'entrer à : Algérie, Angola, Égypte, Éthiopie, Maroc, Namibie, Rwanda, Tunisie, Ouganda et Zambie. 24 heures plus tard, la liste est passée de 11 à 4 pays africains

Une décision qui ne repose certainement pas sur le pourcentage d'infections, comme le déclare l'Union Européenne, étant donné que l'Algérie compte 17 348 infections et le Maroc 14 771 alors que l'Angola, la Namibie, l'Ouganda et la Zambie (inclus dans le draft de la veille) comptent respectivement: 396, 593, 977 et 1 895 cas de contagion.

La décision a suscité de vives critiques de la part de tous les pays africains exclus qui menacent désormais d'appliquer la réciprocité en empêchant les Européens d'arriver dans leur pays sur la base d'un simple calcul: le nombre d'infections enregistrées en Europe est presque 7 fois plus élevé que cela enregistré en Afrique.

La majorité des pays africains exclus de l'Union Européenne soulignent également que ce sont des citoyens européens (et non chinois) qui ont introduit le virus sur le continent en mars dernier. La décision de l'UE risque de mettre en péril des relations déjà fragilisées avec l'Afrique, si l'on examine la probable «reset» économique qui induira la crise mondiale post-pandémique, un sujet qui n'a pas encore été abordé.

Le Sénégal a été le premier pays à appliquer le droit international de la réciprocité. Une décision ciblée car le pays est vital pour les investisseurs européens de France, d'Italie et d'Espagne. Avec cette limitation, le gouvernement de Dakar a l'intention de faire pression sur l'Union Européenne pour que le Sénégal soit inclus dans les mises à jour bihebdomadaires des permis d'entrée dans la zone de Shengen.

Il est à noter que le gouvernement sénégalais est devenu un exemple pour toute l'Afrique de l'Ouest de bonne gestion de la pandémie de Coronavirus. En évitant un verrouillage total afin de ne pas nuire à l'économie et aux couches les plus faibles de la population, le gouvernement de Dakar a réussi à contenir la propagation du virus. Grâce aux politiques opportunes de prévention et de confinement de Covid19, le Sénégal a enregistré 8 369 cas de contagion et 153 décès depuis mars dernier. Si l'on calcule l'impact des pandémies sur la population totale (15 850 000 habitants), le pourcentage de contagion est de 0,053% alors que le taux de mortalité sur les cas de contagion est de 1,82%.

Quels que soient les facteurs externes (climat, âge de la population, génétique, etc.) qui ont épargné le continent, les données de l'OMS sont claires. À ce jour (17 juillet 2020), le nombre de personnes infectées en Afrique est de 523 403 et le décès de 8 819. Pourcentages même pas comparables à d'autres continents: Amériques (Nord-Sud) 7 016 851 infections 294 301 décès; Méditerranée 1 331 893 cas 32 776 décès; Europe 2987256 cas 205006 décès, Asie du Sud-Est 1268923 cas 31297 décès

La guerre contre les flux migratoires liés à la pandémie qui émerge aggrave les relations déjà tendues entre l'Europe et l'Afrique, comme l'a souligné Nich Westcott, directeur de la Royal Africa Society de Londres, lors d'un séminaire Web organisé par le London Oveseas Development Institute. "La pandémie de Covid19 aggrave les relations entre l'Afrique et l'Europe. Des relations insérées dans le contexte d'une lutte entre puissances mondiales sur l'influence sur l'Afrique ".

Un sommet Union Européenne - Union africaine devrait se tenir à Bruxelles en octobre prochain afin de définir les relations de partenariat entre l'Europe et l'Afrique. Un sommet vital étant donné que depuis 6 ans les traités économiques entre l'UE et l'Afrique ont expiré et n'ont pas été renouvelés par la majorité des pays africains, obligeant les pays européens à conclure des accords bilatéraux. La décision de ne pas les renouveler est basée sur le concept que l'Union Européenne entend poursuivre la politique économique définie par les économistes africains: "l'économie coloniale". Une économie basée sur l'exportation de matières premières africaines vers l'Europe et l'importation de produits finis européens en Afrique.

La plupart des pays africains ont l'intention de lancer la révolution industrielle en profitant de l'abondance des ressources naturelles sur le continent. Vous avez donc besoin d'usines capables de travailler le fer et d'autres minéraux pour l'industrie, des usines agro-alimentaires, des raffineries pour produire du carburant sur place. Jusqu'à présent, l'Europe et les États-Unis ont refusé de participer au rêve d'une révolution industrielle africaine, préférant précisément la soi-disant «économie coloniale».

Dans un effort pour persuader la signature d'accords de partenariat, la Commission Européenne a consacré l'an dernier 502 millions d'euros d'aide médicale d'urgence à la pandémie de Covid19 en Afrique et 2,8 milliards d'euros d'aide à long terme pour renforcer la recherche. l'assainissement, les systèmes de santé publique et l'accès à l'eau potable.

Fonds acceptés par les gouvernements africains mais non appréciés car la demande d'annulation de la dette extérieure contractée (44 milliards de dollars) n'a pas encore été acceptée par l'Union européenne. En avril, le G20 a offert à l'Afrique un gel de la dette et des intérêts pour 2020.

Les accords commerciaux entre l'Afrique et les États-Unis sont également en attente depuis 6 ans pour les mêmes raisons qui bloquent la signature d'accords avec l'Union européenne. Une impasse dont l'administration Trump ne semble pas s'inquiéter alors que la politique d'isolationnisme économique prévaut.

La Grande-Bretagne (quittant l'Union Européenne) regarde l'Afrique sous un angle différent. Facilité par le fait que divers pays africains font partie du Commonwealth, le gouvernement de Boris Johnson semble disposé à orienter l'aide et le commerce vers les directives économiques africaines visant à réaliser la révolution industrielle.

L'exclusion de la zone Shengen de 50 sur les 54 pays qui composent l'Afrique, s'il n'est pas revu le plus tôt possible, compromettra un accord commercial souhaitable du sommet UE-UA d'octobre prochain. Si cette politique migratoire, associée aux précautions sanitaires, devait se poursuivre, la présence d'acteurs humanitaires étrangers issus d'ONG européennes opérant en Afrique serait également menacée.

La nécessité de revoir les politiques migratoires liées à la pandémie par l'Union européenne est rendue encore plus urgente par la date d'entrée en vigueur de l'ACFTA (Zone continentale de libre-échange continentale africaine) prévue pour janvier 2021. La première date avait été fixée pour cette date. mois (juillet) mais reporté en raison de la pandémie.

L'Union Européenne risque d'être exclue de l'ACFTA, alors que son concurrent commercial le plus redouté: la Chine en fait déjà partie intégrante à travers le financement d'infrastructures routières, ferroviaires, portuaires et aéroportuaires (liées au projet mondial de la Nouvelle Route de la Soie) et ayant commencé par délocaliser une partie de son unité industrielle de la Chine vers l'Afrique pour produire du "Made in China" déguisé en "Made in Africa". La perte de l'Afrique représenterait un coup fatal pour l'Europe qui pourrait accélérer le processus déjà évident et indéniable de déclin économique, social et moral du Vieux Continent.

© Riproduzione riservata

177 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: