Covid-19: la Chine sauve l'Afrique. Le siècle chinois commence-t-il?

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Apr 7

Covid-19: la Chine sauve l'Afrique. Le siècle chinois commence-t-il?

Alors que les ONG occidentales suspendent leurs projets et rapatrient leurs expatriés, la Chine vient au secours de l'Afrique. Lorsque la tempête Covid19 se dissipera, tout le monde se souviendra de la façon dont les gouvernements et les citoyens ont réagi et agi pendant la pandémie. Il convient de dire que le coronavirus ouvre les portes du siècle chinois et sanctionne le déclin inévitable de l'Occident

di Fulvio Beltrami

chine, afrique, aide humanitaire, cooperation, covid19, coronavirus, jack ma, alibaba

DIEUDONNE KABALE 07/04/2020

Alors que les ONG occidentales suspendent leurs projets et rapatrient leurs expatriés, la Chine vient au secours de l'Afrique malgré le pourcentage encore faible d'infections: 6 342 sur le continent soit moins de 0,5% des infections dans le monde. Ce sont deux mondes qui s'affrontent. Le monde de la solidarité occidentale, historiquement utilisé pour atténuer les effets les plus évidents des diktats imposés aux pays africains par le FMI et la Banque Mondiale, transformé en «entreprise de solidarité», et le monde chinois où il n'y a pas de place pour la solidarité ou la coopération, mais uniquement pour opportunités et commodités. Ce dernier n'est pas meilleur que le premier mais le cas échéant il est immédiatement présent, prêt à offrir son aide, bien qu'intéressé et calculé.

L'assistance sanitaire à l'Afrique a été mise au point par le Comité Central omniprésent du Parti Communiste chinois avec une opération étatique et privée. Au premier rang se trouve le milliardaire Ma Yun (surnommé Jack Ma) qui est le maître de l'empire de vente en ligne Alibaba, un redoutable adversaire d'Amazon. Jack a envoyé 5,4 millions de masques, 1 million de tests Covid19 rapides, 40 000 kits de protection, 60 000 kits de protection pour le personnel médical en Afrique. Et ce n'est que le premier stock de l'aide envisagée par Alibaba avec une allocation initiale de plus de 200 millions de dollars.

L'État chinoise a envoyé la première «division» de l'armée de médecins: 1 000 spécialistes des maladies infectieuses qui devront travailler dans tous les pays africains aux côtés du personnel de santé local. 250 sessions de formation pour 10 000 médecins africains sur la manière de faire face à la pandémie mondiale sont prévues au cours des deux prochaines semaines. D'autres formations sont prévues pour les professionnels de santé afin d'améliorer leur connaissance du diagnostic et du traitement COVID-19. Par soins, nous entendons les soins de santé et les médicaments les plus efficaces contre les symptômes produits par le virus, y compris la pneumonie et d'autres maladies respiratoires. Le gouvernement prévoit également de lancer une plate-forme continentale de vidéoconférence pour offrir aux médecins et au personnel de santé africains une assistance technique et sanitaire pour faire face à l'épidémie.

Les détails des soins de santé ont été méticuleusement expliqués aux médias internationaux par Li Mingzhu, chef de la Commission d'État du Département chinois du commerce et de la coopération économique internationale.

Mais la Chine ne diffère pas des ONG occidentales (en fuite) uniquement pour cette aide puissante et cohérente. Fidèle à la rhétorique du tiers monde qui a toujours caractérisé la Chine depuis l'époque de Mao Tzetung, Pékin a choisi de ne pas recourir à des intermédiaires (ONG) pour cette coopération historique en matière de santé. Paradoxalement, le Parti communiste a choisi la «coopération bilatérale» entre l'État et l'État, menée par des techniciens et des experts de renommée. Cette coopération bilatérale qui était au cœur des actions humanitaires des États européens dans les années 80 et 90, a bêtement abandonné pour confier les (aujourd'hui très maigres) fonds de coopération au «secteur de la solidarité» à travers des réformes des coopérations nationales qui ont effectivement provoqué une aggravation de la qualité des interventions en faveur du «tiers monde».

L'État chinois et le milliardaire Ma Yun ont choisi deux partenaires africains pour coordonner l'aide au continent: l'Éthiopie et le Centre pour le Contrôle et la Prévention des Maladies (AfriqueCDC) de l'Union africaine basé à Addis-Abeba. Le principe directeur de ce choix est facile à comprendre: l'aide africaine gérée par les Africains!

Évidemment, le pays africain le plus fiable a été choisi : l’Etiopie, célèbre pour sa capacité d'organisation et son zèle `` soviétique '', héritage jamais répudié de la période de la dictature stalinienne du DERG dirigée par le colonel Mengistu Haile Mariam qui, en 1974, a mis fin au régime féodal de Hailé Sélassié a appelé le Negus.

«L'envoi d'équipement et d'aide médicale aux 54 pays africains, avec des conditions géographiques et des niveaux d'infrastructure différents, est un énorme casse-tête logistique et un énorme défi. Étant donné la nature du virus qui se propage rapidement entre les États et les populations, notre aide doit être apportée le plus rapidement possible. C'est pourquoi nous avons choisi l'Éthiopie comme partenaire, pays stratégique et plaque tournante de la logistique aérienne continentale. " Explique le propriétaire d'Alibaba.

Une vraie fortune economique pour la compagnie aérienne éthiopienne Ethiopian Airlines qui enregistre des pertes épouvantables en raison de la suspension presque totale des vols continentaux et internationaux. Le milliardaire Ma Yun et le gouvernement de Pékin paieront à Ethiopian Airlines des tarifs commerciaux pour transporter des tonnes d'aide médicale dans toutes les régions de l'Afrique. Pékin a contacté les 54 gouvernements africains pour obtenir des autorisations d'atterrissage spéciales dans les aéroports internationaux (la plupart d'entre eux ont fermé depuis la mi-mars pour limiter la contagion de Covid-19).

Un partenaire secondaire a également été identifié, le Rwanda qui sera chargé d'organiser la formation à distance et la diffusion des tests rapides Covid-19 en Afrique de l'Est. L'Ethiopie et le Rwanda représentent un changement à la fois stratégique et radical dans la stratégie chinoise visant l'Afrique. Comment noter l'absence du partenaire jusque récemment privilégié par Pékin, en Afrique du Sud, qui est également membre des BRICS? Les raisons de ce choix opéré par le Parti communiste ne sont toujours pas claires. Comprendre le déclin de l'Afrique du Sud dans le plan stratégique mondial de la Chine pour le continent prend du temps comme un événement qui n'est ni prévu ni prévisible.

«Nous ne pouvons pas abandonner ce continent habité par 1,3 milliard de personnes au Coronavirus. Nous avons constaté que le monde ne peut pas comprendre les conséquences dramatiques en Afrique si la contagion de COVID19 se propage à travers le continent. Pour cette raison, des particuliers et des États en Chine ont uni leurs forces pour aider nos frères dans le plein respect des idéaux de solidarité entre les peuples et des principes panafricains et asiatiques, les seuls capables de construire un monde plus solidaire, pacifique et digne ", déclare le milliardaire. par Alibaba.

Sortons de la rhétorique politique judicieusement utilisée par le Parti communiste chinois pour analyser froidement ce qu'ils signifient et quel impact l'aide de la Chine aura sur l'Afrique menacée par le coronavirus.

Cette aide est possible grâce aux immenses ressources de réserves de précieuses devises que possède Pékin et au modèle de Capitalisme d'État qui se révèle supérieur au concept capitaliste occidental de «marché libre» non seulement pour pouvoir gérer une pandémie mondiale mais aussi pour gérer l'économie à l'échelle planétaire grâce à une programmation rigide qui s'appuie sur les plans quinquennaux (aujourd'hui dix ans) fidèle qqá la tradition communiste.

La Chine démontre l'hypocrisie de l'Occident envers l'Afrique. Les ONG occidentales fuient car il n'y a pas de fonds qui leur sont alloués dans cette pandémie mondiale. L'Europe n'est même pas en mesure de concevoir une réponse unie à la pandémie, laissant les États membres libres de prendre des décisions nationales et souvent antagonistes. Les États-Unis, en retraite avec leur «American First», n'offrent ni aide ni assistance. En Afrique non seulement les ONG occidentales sont en train de fuir.

Les responsables de l'USAID et de l'Union Européenne ont disparu de la majorité des pays africains sans même essayer d'élaborer un plan d'aide et d'intervention en faveur des systèmes de santé publique africains faibles, détruits par des décennies de «politiques de rigueur» imposées par le FMI et la Banque monde. Seule la Coopération italienne (désormais dénommée AICS) semble avoir choisi de rester aux côtés de nous Africains, selon les témoignages reçus du Soudan et des autres pays dans lesquels elle opère.

En tant qu'autel de ce «désert des Tartares», la Chine se place du premier pays touché au pays en première ligne dans la lutte contre la pandémie qui n'hésite pas à financer ses ressources financières pour aider non seulement les pays africains mais aussi n'importe quel pays, tels que vous voyez en Italie. Remarquez qu'il n'y a pas tellement d'esprit humanitaire dans ce choix. Seule une capacité réfléchie et bien étudiée à saisir l'opportunité qu'offre la tragédie du Coronavirus: celle de faire des gestes concrets qui sauvent la vie de centaines de milliers de personnes.

Lorsque la tempête se dissipera, tout le monde se souviendra de la façon dont les gouvernements et les citoyens ont réagi et agi pendant la pandémie. Il convient de dire que le coronavirus ouvre les portes du siècle chinois et sanctionne le déclin inévitable de l'Occident.

© Riproduzione riservata

143 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: