Congo: Coronavirus, touristes «blancs» lynchés considérés comme des graisseurs

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Apr 4

Congo: Coronavirus, touristes «blancs» lynchés considérés comme des graisseurs

A Kinshasa, une foule en colère de centaines de personnes tente de lyncher les «blancs» accusés d'avoir répandu COVID-19 au Congo

di Fulvio Beltrami

congo, haine raciale, coronavirus, covid19 kinshasa

DIEUDONNE KABALE O4 / 04/2020

Après l'échec du confinement de la capitale, Kinshasa (épicentre de l'épidémie au Congo), la situation est sur le point d'échapper au contrôle des autorités congolaises. Dans la mattinee du 03 mars, un bus transportant des citoyens occidentaux à l'aéroport international pour être rapatriés a été attaqué par une foule en colère de centaines de jeunes qui voulaient lyncher les «blancs» accusés d'avoir propagé le Coronavirus au Congo. Pour le moment, les nationalités des occidentaux sont inconnues. Les photos et vidéos collectées par des témoins oculaires et envoyées à la rédaction décrivent explicitement la situation.

Le bus, avec une escorte policière à bord, a été intercepté par une foule en colère accusant les "Mundeles" (blancs en lingala) d'avoir amené COVID-19 au Congo et, par conséquent, de mourir. La foule était principalement composée de jeunes sans emploi. Dans les vidéos, les dialogues (en lingala) contiennent une forte dose de xénophobie. "Pas content de nous exploiter maintenant les Blancs apportent la mort avec le Coronavirus"; "Après avoir apporté le virus, les lâches s'enfuient! "; «Les Mundeles ne veulent pas de nous chez eux mais ils amènent le Coronavirus chez nous! ».

Des policiers à l'intérieur du bus ont ordonné au chauffeur de continuer. Avec difficulté, le bus est arrivé à l'aéroport international où la foule en colère n'a pas pu entrer. Le commandement de la police, averti de l'attaque, a décidé de ne pas envoyer d'unités pour défendre les Occidentaux afin de ne pas dégénérer la situation. Certaines de nos sources soupçonnent que la décision de ne pas intervenir a également été prise sur la base d'un partage par les policiers de la colère et des sentiments xénophobes exprimés par la foule en colère. Tous les passagers du bus ont subi un choc émotionnel profond mais sont indemnes. Personne n'a été blessé malgré le jet de pierre dense qui a brisé diverses vitres de véhicules.

Cet épisode extrêmement grave est le premier signe d'une possible escalade de la violence xénophobe en Afrique contre les Européens et les Occidentaux en général. COVID19 dans le monde est devenu un catalyseur de problèmes préexistants mais jusqu'ici ignorés ou sous-estimés qui émergent de manière dramatique et violente. Parmi eux, la relation Afrique-Ouest et l'émigration. Pendant un demi-siècle, l'Afrique, après l'indépendance politique, a été traitée comme si elle continuait d'être une colonie. Déprimé de ses ressources naturelles au profit des économies européennes et américaines et théâtre continu de guerres civiles et de dictatures souvent induites par les stratégies géopolitiques occidentales qui ont connu six phases.

Le premier a été la tentative de maintenir les colonies (surtout les Françaises). La seconde est l'élimination physique de chaque chef d'État aux idées nationalistes pour mettre au pouvoir des dictateurs conformes aux puissances occidentales. La troisième représentée par la guerre froide entre le capitalisme et le communisme a joué en Afrique à travers des guerres réelles effrayantes comme en Angola et au Mozambique. Le quatrième, après la chute du mur de Berlin, la guerre froide entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France qui a conduit au génocide rwandais de 1994, les guerres civiles au Libéria, en Sierra Leone, en Côte d'Ivoire, au Congo Brazzaville et deux guerres panafricaine en République démocratique du Congo. Le cinquième est la guerre froide entre l'Occident et la Chine pour le contrôle du continent et le sixième la tentative de la France de contrôler les anciennes colonies africaines en les déstabilisant par le financement occulte de groupes terroristes islamiques, dont Boko Haram et Al-Qaïda Magreb.

La sixième phase s'accompagne du problème des flux migratoires. Après avoir rendu pratiquement impossible pour les Africains d'immigrer légalement en Europe, les conditions ont été créées pour une immigration illégale contrôlée par des groupes terroristes, des gouvernements corrompus et des mafias européennes. La traite des esclaves moderne a provoqué une urgence entre 2014 et 2016 et la solution européenne connexe pour convenir avec des pays voyous comme la Libye et le Soudan de créer des camps de confinement de l'immigration où d'horribles violations des droits de l'homme et crimes contre le l'humanité.

La pandémie COVID19 a fait exploser toutes ces contradictions en exacerbant la fracture entre le continent africain et l'Occident en ce qui concerne le "village global". Une fracture rendue encore plus évidente par le soft power et la coopération du tiers monde proposée et mise en œuvre par la Chine. La majorité des premiers cas de contagion de coronavirus en Afrique étaient dus à des occidentaux venus pour le tourisme ou les affaires. Certains d'entre eux savaient même qu'ils étaient infectés mais, ne présentant que de légers symptômes, ils préféraient venir en Afrique pour ne pas subir de quarantaine en Europe.

Partout, la pandémie effraie les gens car elle est étroitement liée à la mort et à la peur inconsciente de l'extinction de la race humaine. En Afrique, ce virus était en fait porté par des Occidentaux qui souvent ne se souciaient pas de subir une quarantaine volontaire comme le faisaient les Chinois. Par exemple, au Niger, un travailleur humanitaire européen infecté a infecté un nombre impressionnant de personnes avant que les autorités de Niamey ne puissent intervenir. Face à ce danger «importé», les Africains risquent de ne pas penser mais de réagir. C'est ce que les centaines de jeunes de Kinshasa qui ont attaqué le bus qui transportait les Occidentaux à l'aéroport ont fait.

Aggraver la haine raciale est le comportement de la majorité des ONG occidentales. Comme il n'y a pas de disponibilité pour accéder à des fonds pour contenir la pandémie (fonds destinés aux gouvernements et non aux ONG), ces dernières n'ont qu'une seule préoccupation: suspendre les projets humanitaires en cours et rapatrier leur personnel international. L'exact opposé de la Chine qui, sans recourir aux ONG, envoie des milliers de médecins et de matériel en Afrique pour stopper la pandémie.

La colère et la haine raciales qui ont éclaté à Kinshasa sont des sentiments regrettables mais prévisibles étant donné que, grâce à certains occidentaux téméraires, le virus se propage au Congo, faisant des victimes parmi les couches les plus pauvres de la population. À ce jour, 134 cas ont été enregistrés dans le pays avec 13 décès mais les données réelles pourraient être cent fois plus élevées. L'épicentre de l'épidémie se situe dans le quartier de la Gombe, cœur administratif et commercial de la capitale Kinshasa fréquenté par les blancs. Dans les autres capitales africaines également, les quartiers les plus touchés sont ceux qui ont le taux de présence occidentale le plus élevé, comme enregistré à Dakar, au Sénégal.

Dans une tentative désespérée de contenir la contagion, les autorités congolaises ont décidé de confiner complètement le quartier de Gombe pendant une semaine, sans avoir réussi à l'imposer à l'ensemble de la métropole de plus de 13 millions d'habitants. Comme cela s'est produit dans le nord de l'Italie, de nombreuses personnes tentent de s'échapper de Kinshasa pour éviter le confinement, contribuant ainsi à la propagation du virus. Des dizaines d'habitants de la capitale se cachent dans des avions-cargos qui transportent des marchandises vers diverses régions du pays, quel que soit leur état de santé. Cette pratique s'est répandue comme le rapporte la société civile de la villa Bandundu (province de Kwilu). "Des personnes terrifiées par le virus fuient Kinshasa en utilisant des avions-cargos comme moyen de transport. Une fois arrivés à destination, ils s'enfuient dans les forêts pour éviter les contrôles des autorités sanitaires. En plus des avions, des camions qui transportent les marchandises sont également utilisés. Il est évident que ces fugitifs profitent du passage en payant les chauffeurs et chauffeurs ", a expliqué un membre de la société civile de la ville de Bandundu.

© Riproduzione riservata

201 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: