Burundi. Résumé de la réunion à Genève pour le renouvellement du mandat de la Commission d'Enquête sur le Burundi

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Set 18

Burundi. Résumé de la réunion à Genève pour le renouvellement du mandat de la Commission d'Enquête sur le Burundi

Une réunion spéciale s'est tenue à Genève pour le renouvellement du mandat de la Commission d'enquête sur le Burundi. La réunion a mis en lumière les divergences au sein de la communauté internationale concernant la crise politique burundaise qui s'est intensifiée en avril 2015 et qui risque maintenant de donner une solution définitive avec le génocide des tutsi burundais. Voilà le rapport des interventions

di Fulvio Beltrami

burundi, pierre nkurunziza, commission d'enquête sur le burundi, nbonerakure, fdlr, cdd-fdd, hutupower, haine raciale, conseil des droits de l'homme des nations unies, droit humaines, genocide

Fulvio Beltrami 18 Septembre 2019

Une réunion spéciale s'est tenue à Genève pour le renouvellement du mandat de la Commission d'enquête sur le Burundi. La réunion a mis en lumière les divergences au sein de la communauté internationale concernant la crise politique burundaise qui s'est intensifiée en avril 2015 et qui risque maintenant de donner une solution définitive avec le génocide des tutsi burundais en raison de l'accroissement du pouvoir et de l'influence politique militaire des milices Imbonerakure et des terroristes rwandais des Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR).

La Commission d'enquête sur le Burundi (COI) a été créée par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies le 30 septembre 2016 grâce à la résolution n ° 1 de l'ONU. 33/24. Son mandat a été renouvelé deux fois: le 4 octobre 2017 (résolution n ° 36/19), le 28 septembre 2018 (résolution n ° 39/14). La COI a pour mandat d'enquêter sur les violations des droits de l'homme commises au Burundi depuis avril 2015, y compris les crimes internationaux pour lutter contre l'impunité.

La COI peut faire des recommandations pour que les auteurs de violations des droits de l'homme et des crimes connexes soient jugés pour leurs actes. Il travaille avec l'opposition, les ONG, la société civile, les réfugiés, les Nations Unies, l'Union européenne, l'Union africaine et avec le Haut-commissariat aux Droits des Peuples de l'Union africaine. Elle est tenue de faire deux rapports semestriels pour la Commission des droits de l'homme des Nations unies et des rapports extraordinaires s'il y a des nouvelles alarmantes à signaler de toute urgence.

Au cours de son mandat, La CIO a produit plusieurs rapports internes, dont deux ont été rendus publics. Tous les rapports soulignent une radicalisation inquiétante du régime racial, une augmentation de la violence et de la répression, l'influence progressive des Imbonerakure et des FDLR et le risque réel de génocide contre la minorité tutsie.

Le régime burundais n'a jamais collaboré avec la commission d'enquête, l'accusant d'être un instrument aux mains des puissances de "l'ennemi impérialiste du Burundi". Afin de faire obstruction aux enquêtes de la Commission en décembre 2018, le régime a ordonné la fermeture des bureaux du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Bujumbura.

Au niveau international, de nombreuses attentes ont été exprimées au cours des semaines précédant la réunion. Le 2 août, diverses organisations burundaises, africaines et internationales ont remis aux Nations Unies une lettre en faveur du renouvellement du mandat. "Les travaux de la Commission d'enquête sur le Burundi donnent une image claire de la situation cruciale des droits de l'homme au Burundi. La situation dans le pays s'est fortement détériorée après l'annonce par le président Pierre Nkurunziza d'un mandat pour un troisième mandat en avril 2015. La COI a documenté diverses violations des droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels. Les voix critiques et indépendantes, la société civile, les défenseurs des droits de l'homme et les journalistes ont tous été réduits au silence.

En 2018, le gouvernement, qui n'a jamais coopéré aux enquêtes menées par la COI, a ordonné la fermeture des bureaux du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, suspendant également les dernières ONG et associations burundaises indépendantes. Il a également interdit tout service d’information de Voice of America et de la British Boradcasting Corporation BBC.

Maintenant que les élections de 2020 approchent, nous pensons que la capacité de surveillance démontrée par la COI est d’une importance cruciale. Le contexte pré-électoral pourrait provoquer diverses tensions politiques et une augmentation des violations des droits de l'homme. En 2018 et 2019, les organisations burundaises et internationales de défense des droits de l'homme ont continué à dénoncer les violations graves et généralisées commises dans un contexte d'impunité totale. »La lettre se lit comme suit.

La réunion a été ouverte par le président COI, Doudou Diène, qui a souligné l'importance d'obtenir un troisième mandat. La Commission ést le seul mécanisme indépendant capable d'assurer un suivi impartial et crédible des violations des droits de l'homme au Burundi. La prochaine intervention a été faite par l’Ambassadeur du Burundi à Genève: Rénovat Tabu. Comme on pouvait s'y attendre, l'ambassadeur rejette le contenu du dernier rapport de la Commission, car il ne correspondrait pas à la réalité. Tabou a accusé le CIO d'avoir agi à l'instigation de l'opposition au régime.

Tandis que le représentant de la Chine a fermé dans un sage silence les ambassadeurs de Russie, du Venezuela et du Cameroun ont défendu le régime de Gitega. La Russie affirme que le travail de la COI est une violation flagrante des problèmes internes d'un État souverain et se demande de quelle autorité la COI dispose pour examiner ces problèmes internes. Moscou défend le non-renouvellement du mandat et demande que les activités de la Commission soient confiées à l'Union Africaine. Une demande astucieuse étant donné que la diplomatie russe a la force d'influencer l'Union Africaine mais pas la Commission des Nations Unies pour le Burundi.

Le Venezuela dénonce les violations graves de la souveraineté burundaise perpétrées par la COI, et suggèrent la création d'un vague Comité d'examen périodique universel comme seul mécanisme approprié pour faire face à la crise burundaise. L’intervention du Venezuela, tout en étant confuse, met en lumière toute la faiblesse du régime de Nicolas Maduro, président de la République bolivienne du Venezuela. Certains commentateurs supposent que la défense du régime burundais a été faite de crainte que des pressions internationales similaires ne commencent à se produire sur la crise vénézuélienne. Maduro semble incapable de mener à bien les politiques sociales et économiques de Hugo Chavez et a en fait détruit le pays, renforçant la répression et menaçant la guerre civile.

Le Cameroun défend le régime de Gitega avec l’épée. Depuis trois ans, le président Paul Biya s'est engagé dans une répression sanglante à l'encontre du mouvement indépendantiste du nord anglophone. Une répression qui aboutit à une guerre civile au cours de laquelle le gouvernement est entrain de commettre de graves crimes de guerre contre des populations anglophones civiles et non armées. Une répression qui ne donne pas les résultats souhaités.

Au contraire, il affaiblit le régime de Biya (au pouvoir de façon continue depuis le 6 novembre 1982). Il y a une semaine, le président Biya a annoncé la tenue d'un dialogue national pour résoudre la guerre civile contre le nord anglophone après avoir constaté l'incapacité de la gagner. Le dialogue national tend à remplacer les réunions de paix entre le gouvernement et les rebelles du Nord afin de ne pas les reconnaître en tant qu'entité politique. Les séparatistes du Nord n'ont pas encore réagi alors que les partis d'opposition demandent une amnistie générale pour les prisonniers d'expression anglaise comme condition préalable à l'ouverture du dialogue national.

La plupart des interventions étaient favorables au renouvellement du mandat de la COI. L’Union Européenne soutient sans réserve la COI et se prononce pour un renouvellement de mandat, déplorant que le Burundi n’ait pas officiellement déclaré l’épidémie de paludisme qui a éclaté ces dernières semaines et qui a causé de nombreuses victimes seulement de ne pas porter atteinte à son image internationale. La Belgique soutient pleinement les rapports COI et condamne le régime burundais qui a suspendu les médias internationaux et a fermé les bureau de l’Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, soulignant que l'escalade des violations des droits de l'homme au Burundi constitue une alarme internationale.

La Suisse insiste sur la montée alarmante des milices paramilitaires HutuPower: les Imbonerakures, principaux acteurs des violations des droits de l'homme qui bénéficient d'une totale impunité. Selon la Suisse, les Imbonerakure devraient être éradiqués pour le bien du Burundi. L'Espagne condamne les violences perpétrées par le régime et appelle le gouvernement burundais à traduire en justice les auteurs de nombreuses violations. Cela exige également que le gouvernement reprenne immédiatement sa collaboration avec les Nations Unies. Le Danemark soutient la COI, condamne la répression des médias locaux et internationaux et appelle le gouvernement de Gitega à la reprise immédiate du dialogue politique avec l'opposition afin de résoudre la crise politique en cours au Burundi.

Le Luxembourg soutient le renouvellement du mandat de la COI, condamnant les insultes indécentes lancées par les autorités burundaises contre la Commission et ses experts. L'Australie s'est alignée sur la position du Luxembourg. Les Pays-Bas, soutenant la COI, demandent au gouvernement burundais de prendre toutes les mesures nécessaires pour reprendre la coopération avec la Commission Onusienne et le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme.

Les positions les plus inattendues et les plus intéressantes viennent de France et de la Tanzanie. Paris soutient pleinement les travaux de la Commission et encourage la lutte contre l'impunité considérée par l'Elysée comme une priorité pour résoudre la crise burundaise de quatre ans. Une position étrange qui pourrait cacher un double jeu diplomatique français. Il convient de rappeler qu'après des années de violation des sanctions imposées par l'UE en livrant des armes au régime burundais, la France, en secret total et en violation flagrante de la politique européenne à l'égard du Burundi, a repris en octobre 2018 son soutien au régime HutuPower de manière économique et militaire, pour des raisons économiques et politiques. Maintenant au Burundi, il y a aussi des conseillers militaires français qui coopèrent avec le régime et peut-être aussi avec les Imbonerakure et les FDRL. N'oublions pas que les FDLR ont été créées en 2000 précisément par la France qui n'a jamais suspendu leur soutien financier, politique et militaire.

La Tanzanie appuie pleinement le rapport et les conclusions de la Commission et appelle à davantage de fonds internationaux pour mieux gérer la situation des réfugiés burundais en Tanzanie. Le président de la Commission a remercié la délégation tanzanienne pour le soutien reçu, déclarant que la Tanzanie est un pays que sera appelé à jouer un rôle important dans la résolution de la crise. La COI accepte de demander à la communauté internationale un soutien financier accru pour soutenir les réfugiés burundais hébergés en Tanzanie. Le soutien du gouvernement de Dodoma à la Commission est anormal car les sympathies raciales idéologiques entre Bantu et Hutu ont toujours caractérisé les relations entre les deux pays et continuent de le faire. Fin août, Dodoma a annoncé la mise en œuvre du rapatriement forcé mensuel de 2 000 réfugiés burundais jusqu'à la vidange des camps de réfugiés. La décision a été fermement condamnée par le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et blâmée sur le plan international.

L'Italie a choisi de ne pas s'exposer. Une attitude contradictoire vis-à-vis de la politique adoptée jusqu'ici envers le Burundi et conforme aux directives européennes. Un silence incompréhensible qui témoigne la faiblesse actuelle de notre pays en matière de politique étrangère. Toutes les ONG internationales de défense des droits de l'homme ont pris la parole en soutenant le renouvellement du mandat de la Commission.

En terminant, Doudou Diène a tenu à souligner que le renouvellement du mandat permettra à la Commission de se concentrer sur deux priorités: continuer à surveiller les violations et alerter la communauté internationale sur la gravité de la situation au Burundi. Diène renouvelle l'avertissement du risque de génocide. Le renouvellement probable du mandat de la Commission d'enquête des Nations Unies sur le Burundi sera décidé dans quelques jours.

La réunion tenue à Genève souligne la stratégie de l'ONU visant à créer une forte pression internationale sur le régime de Pierre Nkurunziza afin de trouver une solution à la crise politique. Une solution connue de tous que ne peut être atteinte que sur le plan militaire depuis le régime du CNDD-FDLR n'a montré aucune volonté de dialogue et le risque de génocide dans le pays augmente progressivement et de façon spectaculaire.

Les réactions du régime après la clôture de la réunion ont été, comme on pouvait s'y attendre, convulsives et pleines de haine et de haine, essayant d'assumer le rôle de victimes d'un complot international contre la "démocratie" et le peuple burundais. Willy Nyamitwe, conseiller du président, a appelé Doudou Diène et la Commission en tant que partisans motivés par des considérations politiques. Le rapport COI a été dicté par l'Union européenne, un ennemi du Burundi, selon Nyamitwe.

"Face aux illusions pathétiques de la Commission qui veut corrompre la conscience de l'humanité et faire du mal au Burundi, le gouvernement réagit en ignorant ses mécanismes de mensonge, de diffamation et de harcèlement diplomatique. La délégation burundaise profite de cette occasion pour demander à la communauté internationale de s'opposer au fait que trois mandats consécutifs accordés au COI mènent à la ruine financière du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme sans rien résoudre. " Ce ci écrive Willy dans sa page Twitter pleine de ses interventions délirantes contre la COI et les Nations Unies.

L'ambassadeur burundais à New York parle d'une conspiration internationale contre les institutions "démocratiques" du Burundi qui se poursuit depuis 2015. Ninette Mutoni, secrétaire nationale en charge de la communication et des relations publiques du parti au pouvoir, le CNDD-FDD (proche allié des terroristes FDLR) parle d'une propagande occidentale vulgaire qui sera bientôt vaincue par le Burundi grâce à des élections libres, transparentes et pacifiques. L’Ambassadeur Mfumukeo, secrétaire régional de la Communauté de l’Afrique de l’Est (Communauté économique de l’Afrique de l’Est) a dénoncé les "déclarations mensongères et apocalyptiques fausses de la Commission" visant à discréditer le Burundi.

Il y a deux jours, la Commission d'enquête sur le Burundi a annoncé qu'elle disposait d'une liste détaillée des responsables de crimes contre l'humanité commis au Burundi. La liste sera remise au tribunal pénal interactif. La CPI a déjà ouvert une enquête contre le Burundi en 2017. En réponse, le régime a déclaré sa sortie en tant qu'État membre de la CPI. La liste de la Commission, associée au dernier rapport, constitue plus que des instruments juridiques suffisants pour accélérer l'enquête sur la CPI et pour rendre des ordonnances d'arrestation internationales contre le président Nkurunziza et la plupart des membres de son gouvernement, ainsi que des officiers supérieurs de l'armée et de la police..

Malgré le fait que le Prêtre-Roi Nkurunziza, affirme que les initiatives de la CPI n'auront aucun effet concret, le régime et ses partisans de la diaspora en Europe s'inquiètent vivement de leur avenir et du maintien du régime. Le CNDD-FDD, allié aux terroristes FDLR, promouvant l'idéologie de la mort de HutuPower, violences inouïes contre ses citoyens et menaçant continuellement le génocide utilisé pour empêcher une intervention militaire, est allé trop loin pour permettre un processus de réconciliation nationale.

A présent, la question passe à la libération du pays et de traduire les criminels en justice: Pierre Nkurunziza et ses complices. Malgré ces craintes, la propagande du régime tente d'encourager ses partisans, affirmant que le CNDD-FDD restera au pouvoir jusqu'au retour du Christ et que les élections de 2020 seront libres, transparentes et crédibles.

© Riproduzione riservata

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: