Burundi: offensive militaire du régime contre les rebelles en pleine crise sanitaire

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Apr 23

Burundi: offensive militaire du régime contre les rebelles en pleine crise sanitaire

Une guerre secrète et invisible. Les départements de l'armée burundaise fidèles au régime du CNDD-FDD, les unités terroristes des FDLR et les milices burundaises Imbonerakure ont lancé deux offensives militaires au Sud-Kivu (Congo) et au nord du Burundi contre les forces de libération

di Fulvio Beltrami

congo, rwanda, burundi, guerre secret, fardc, rdf, red tabara, forebu, imbonekure, pierre nkurunziza

DI FULVIO BELTRAMI 23/04/2020

L'appel du Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, pour mettre fin aux conflits en cours en raison de la pandémie de coronavirus Covid19 n'a pas été entendu. Les divers conflits en cours, de la Syrie à la Libye, se poursuivent, tandis que dans d'autres parties de la planète, les conflits latents ou oubliés augmentent en intensité, profitant du fait que l'opinion publique mondiale se concentre sur la pandémie du siècle.

C'est le cas de la guerre non déclarée dans la région des Grands Lacs qui voit le Congo et le Rwanda opposés au groupe terroriste rwandais FDLR, les milices congolaises Banyamulengee, les Imbonerakure et le Burundi. Au cours des dernières semaines, les provinces congolaises du Nord Kivu et du Sud Kivu ont été le théâtre de cette guerre non déclarée. Une offensive conjointe des armées congolaise et rwandaise a infligé de lourdes pertes aux FDLR dans la localité de Tongo (Nord Kivu) bloquant un plan d'invasion du Rwanda créè par ce groupe terroriste et le régime burundais HutuPower toujours contrôlé par le dictateur Pierre Nkurunziza.

Il y a maintenant d'intenses combats dans la plaine de Ruzizi et sur les Hauts Palteaux près de la ville d'Uvira, récemment frappé par une inondation qui a créè une véritable urgence humanitaire. Les départements de l'armée burundaise fidèles au régime CNDD-FDD, les unités terroristes FDLR et les milices burundaises Imbonerakure ont lancé une offensive militaire contre le mouvement de libération burundais RED Tabara. Les combats ont lieu entre la plaine de Ruzizi et la chaîne de montagnes de Mitumba dans les «Hauts Plateaux». Deux milices congolaises locales ont rejoint les forces d'invasion: les Maï Maï de Bavira et le groupe armé d'autodéfense Banyamulenge dirigé par le général Gumino.

Les Banyamulenge sont un groupe ethnique congolais tutsi qui, après des décennies d'alliance avec le Rwanda, se bat désormais aux côtés du régime burundais et des terroristes des FDLR. L'armée régulière du Congo, les FARDC (Forces armées de la République Démocratique du Congo) ne est pas en mesure de soutenir le mouvement de libération RED Tabara car elle est impliquée dans l'assistance nécessaire à la population civile de la ville d'Uvira.

Les autres divisions des FARDC disponibles à l'est du pays sont engagées à combattre les terroristes des FDLR au Nord-Kivu et à combattre le CODEC en Ituri. Des combats intenses se déroulent entre l'armée congolaise et la guérilla CODECO (Coopérative pour le Développement du Congo) dans les villes de Dyaro, Dala, Lipri et Cheibi. Après les combats du 14 avril, l'armée rwandaise semble avoir interrompu sa participation à toute opération dans l'est du Congo. RED Tabara est actuellement le seul à faire face à l'offensive burundaise au Sud-Kivu.

Les combats en cours au Sud-Kivu représentent une grave violation de l'intégrité territoriale du Congo commise par le régime de Gitega, qui n'a cependant été suivie d'aucune protestation diplomatique de la part du gouvernement de Kinshasa. La raison est facile à comprendre. Bien qu'en fait les forces burundaises aient envahi (temporairement) le Congo, cet acte de belligérance ne peut être signalé à la Communauté de l'Afrique de l'Est, à l'Union Africaine ou aux Nations Unies car il s'inscrit dans un contexte beaucoup plus large de guerre non déclarée entre les trois pays de la région, qui a débuté en mars 2019 avec le début de l'Opération Couloir Est.

L'offensive des départements loyalistes de l'armée burundaise, soutenus par des terroristes FDLR et des miliciens Imbonerakure, ne concerne pas seulement les territoires congolais de la province du Sud-Kivu. Dans le même temps, une offensive gouvernementale contre les unités de l'Armée de Libération composée de RED Tabara et FOREBU a été lancée. Cette armée est stationnée depuis 2019 dans la forêt de Kibira (nord du Burundi), près de la frontière rwandaise, où a déjà lancé plusieurs attaques contre des postes gouvernementaux.

Les unités rebelles stationnées à Kibira sont, à juste titre, considérées par le régime comme une tête de pont dangereuse. Selon les services secrets du régime HutuPower, ces rebelles (renforcés par des unités de l'armée rwandaise) ouvriraient un deuxième front d'invasion au nord du Burundi si les forces RED Tabara stationnées au Congo entraient en marche sur Bujumbura.

Depuis samedi 18 avril, près de la forêt de Kibira et dans la province voisine de Cibitoke, il y a eu des violents affrontements entre les forces adverses, avec une utilisation généralisée de l'artillerie lourde par le gouvernement. Les combats seraient concentrés dans les collines de Gafumbegeti, Rutorero, Gasebeyi et dans les localités de Butahana et Ruhororo.

Selon des informations reçues de sources accréditées, l'offensive Kibira - Cibitoke a lieu contre les troupes gouvernementales. Les unités RED Tabara engagées dans les affrontements recevraient des renforts du Rwanda capables de stopper l'offensive et de causer de lourdes pertes. Le succès militaire rapporté est également dû aux trahisons et aux fuites de nouvelles en faveur de l'Armée de libération par les autorités locales et les miliciens Imbonerakure.

Il n'est pas possible de confirmer les nouvelles reçues même si elles proviennent de sources crédibles. Le retour d'information provient en partie des arrestations faites par le commissaire de police de Cibitoke de la province de trois membres du parti au pouvoir CNDD-FDD et de deux militants Imbonerakure pour complicité avec l'ennemi. Ils n'auraient pas signalé les mouvements des RED Tabaras visant à encercler les forces gouvernementales.

Aucune confirmation des combats en cours au Sud-Kivu et au nord du Burundi n'a été donnée par les autorités congolaises, burundaises et rwandaises respectives, fidèles à la nécessité de garder cette guerre secrète et invisible. Une stratégie complètement nouvelle qui n'a pas de précédent dans l'histoire récente de la région des Grands Lacs.

Les deux offensives simultanées lancées par le régime burundais auraient été décidées après que des `` traîtres '' eurent informé le gouvernement Gitega d'une offensive imminente des forces de libération prévue le lundi 27 avril.

Le dictateur Nkurunziza, expert seigneur de guerre, avec les deux offensives aurait eu pour objectif de déplacer le théâtre de la guerre au Congo et d'affaiblir les unités de RED Tabara et FOREBU présentes dans le nord du pays. Bien que l'issue de ces affrontements soit contre le régime, Nkurunziza force l’Armée de Libération Burundaise à reporter l'attaque finale afin de se réorganiser.

Divers observateurs régionaux s'accordent sur le pronostic d'une augmentation exponentielle des combats au Sud-Kivu et au Burundi à l'approche des élections. Les élections présidentielles au Burundi sont prévues le 20 mai, malgré le déclenchement de l'épidémie de coronavirus, démenti par les autorités burundaises.

La société civile de Beni, engagée depuis quelques semaines dans une campagne de désinformation militaire et sanitaire (s'opposant également au confinement des nouveaux cas d'Ebola apparus à Beni et accusant le Rwanda de guerre bactériologique en répandant Covid19), a été contrainte de revoir sa stratégie de communication, car trop de fausses nouvelles diffusées risquaient de compromettre sa crédibilité.

Quant à la présence de soldats rwandais dans l'est du Congo, la société civile de Beni a changé de version. Jusqu'à il y a deux jours, cette présence était considérée comme une invasion du Congo par le Rwanda. Hier, des militants de la société civile congolaise ont admis qu'aucune invasion n'avait lieu. La présence de l'armée rwandaise dans les provinces du Kivu est régie par des accords signés avec le gouvernement de Kinshasa en mars 2019.

Cependant, ils informent que les opérations militaires en cours contre les FDLR, l'armée burundaise et les Imbonerakure seraient menées par l'armée rwandaise sans l'accord du gouvernement congolais et sans en informer le président Félix Tshisekedi. Le chef de l'Etat congolais a préféré ignorer ces accusations de plus qui semblent destinées à renforcer la campagne de fausses nouvelles et de haine raciale en cours, malgré les corrections forcées des (dé) informations précédentes.

Les offensives militaires provoquées par le régime augmentent le chaos au Burundi, où la situation économique s'est définitivement effondrée. Sur le front de la santé, il y a officiellement 11 cas de contagion et 1 décès. Compte tenu de la décision du gouvernement de ne mettre en œuvre aucune mesure préventive sérieuse, le nombre de cas pourrait être bien supérieur aux chiffres officiels. Malheureusement, il n'y a aucun moyen de le savoir. Les directions des hôpitaux sont sommées de ne pas divulguer le nombre de cas de contagion de Covid19 tandis que les positifs sont immédiatement arrêtés par la police politique.

La décision de poursuivre le championnat de football a été annulée après que le régime a pris conscience de la publicité négative au niveau international, mais l'absence de toute collaboration avec l'OMS se poursuit. Le régime est catégorique dans sa stratégie déterminée à mettre la santé de millions de ses citoyens en danger juste pour se rendre aux élections présidentielles du 20 mai, où le résultat a déjà été établi bien à l'avance.

© Riproduzione riservata

383 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: