Burundi: Nkurunziza et le mal burundais

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Set 15

Burundi: Nkurunziza et le mal burundais

Voici comment le prêtre- roi a conquis la direction du petit pays au cœur de l'Afrique

di Fulvio Beltrami

Pierre Nkurunziza Le Mal Burundais

Officiellement, la crise qui frappe le petit pays au cœur de l'Afrique a débuté en avril 2015 lorsque des manifestations populaires de masse ont éclaté. La cause de les manifestations populaires était la décision du président Pierre Nkurunziza de se présenter pour un troisième mandat. La Constitution n'en prévoyait que deux tandis et les accords de paix d'Arusha (Tanzanie) de 2000 consacraient un rapport de forces entre les deux groupes ethniques, les Hutus et les Tutsis, ainsi qu'une alternance dans la présidence. Les accords de paix signés en 2000 grâce à la médiation des États-Unis, Nelson Mandela et la Communauté de Sant'Egidio, ont mis fin à une guerre ethnique qui durait depuis octobre 1993, date à laquelle le président Hutu Melchior Ndadaye avait été tué par trois officiers du armée sous contrôle tutsi.

Le meurtre sanglant de Ndadaye (pendu et tué à la baïonnette) a été considéré par les auteurs comme une action préventive. À l'époque, les Tutsis contrôlaient l'armée, la considérant comme la seule garantie contre les massacres ethniques perpétrés par les extrémistes hutu en collaboration avec le régime rwandais HutuPower de Juvénal Habyarimana. Ndadaye, dirigeant du FRODEBU, avait été élu démocratiquement en juillet 1993.

Au cours des cent premiers jours de son mandat, il avait promu une rhétorique HutuPower dangereuse pour la minorité tutsi. Au Rwanda voisin, le régime combattait les rebelles du Front patriotique rwandais dirigé par Paul Kagame. L'extrémisme hutu se renforçait. On parlait déjà de centaines de milliers de citoyens rwandais inscrits sur la liste des victimes. Dans ce contexte, le président Ndadaye risquait fort de provoquer un nettoyage ethnique contre les Tutsis afin de "nettoyer" le pays, encouragé par le régime rwandais. Si Ndadaye était resté au pouvoir, le génocide de 1994 au Rwanda risquait également de s'étendre au Burundi.

Au cours des 4 années et 8 mois suivants, 4 présidents Hutus ont été élus (François Ngeze 6 jours, Sylvie Kinigi 101 jours, Cyprien Ntaryamira 60 jours et Sylvestre Ntibantunganya 2 ans et 101 jours) alors que la guerre civile faisait rage. Pour stabiliser le pays, le Major tutsi Pierre Buyoya (déjà auteur d'un coup d'État en 1987 contre le président tutsi Tutsi Jean-Baptiste Bagaza) a mis en place un second coup d'État avec le consentement des États-Unis, de l'Italie, de l'Angleterre et du Vatican.. C'était un coup sans effusion de sang et convenu. Le président Sylvestre Ntibantunganya, précédemment informé par le même Boyoya, n'a pas organisé la résistance. Il s’est limité à se réfugier à l’ambassade des États-Unis comme prévu.

Piere Nkurunziza, ancien professeur d'éducation physique, a rejoint les milices des Forces de Défense de la Démocratie (FDD) du parti extrémiste hutu Conseil National de Défense de la Démocratie (CNDD). À l'époque, les FDD avaient 25 000 hommes sous le commandement de Jean-Bosco Ndayikengurikie engagés à combattre le gouvernement.

En moins d'un an, Nkurunziza a usurpé la commande, forçant Ndayikengurukiye à une scission qui s'est avérée fatale. Le fondateur des FDD est resté avec seulement 5 000 hommes et a disparu de la scène politique burundaise. En 2002, pour renforcer son prestige international, Nkurunziza, sous le commandement de 20 000 miliciens, signa une trêve avec le gouvernement de Pierre Buyoya, suggérant qu'il s'agissait d'un premier pas vers des pourparlers de paix.

Au contraire, la trêve servait à stocker des armes, des munitions, à recruter de nouveaux hommes. Prenant le contrôle du CNDD-FDD, Nkurunziza renforça l'idéologie de la mort rwandaise formulé en 1957 : le Manifeste Bahutu, (base théorique du génocide rwandais). Pour imposer cette idéologie, Nkurunziza a isolé le groupe fondateur du parti composé principalement d'intellectuels hutus de Bururi, une région du sud du Burundi dirigée par Leonard Nyangoma. Ils ont été remplacés par des extrémistes hutus de Ngozi, lieu de naissance de Nkurunziza.

Pendant 10 ans, il a mené une guérilla sans merci contre les forces régulières. Une résistance armée parsemée de massacres ethniques ordonnés par Nkurunziza. La haine de l'ancien professeur d'éducation physique à l'égard des Tutsis s'est exprimée par le massacre de civils sans défense. Ils ont été massacrés des femmes, des personnes âgées, des enfants.

Nkurunziza est d’ethnie mixte (père hutu et mère tutsie). Très tôt, il a vu son père tué par des soldats tutsis. Il a vécu pendant vingt ans au sein de gouvernements avec une majorité de Tusti confrontés à des massacres ethnique mutuels. Il a été formé dans sa jeunesse, imprégné de «Mal Burundais», l'incapacité du peuple burundais d'abandonner le cycle des haines ethniques et de la vengeance étant définie pour construire une nation multiethnique où la coexistence n'est pas un rêve mais une réalité consolidée.

Le «mal burundais» trouve son origine dans le colonialisme belge lorsque le très délicat équilibre des pouvoirs entre Hutus et Tutsis, garant de la paix intérieure dans les royaumes précoloniaux du Rwanda, a été renversé. La population du Rwanda a toujours vu une nette majorité de Hutus (85%), alors que les Tutsis représentent 13% de la population. Les Batwa (nains) 2%.

Ce sont les survivants de l'extermination de la population d'origine du pays mise en œuvre par les migrations de Bantu (Hutu) et de Nilotic (Tutsi) qui ont eu lieu il y a des milliers d'années. Le colonialisme belge, pour mieux régner, favorise les Tutsis. Après l'indépendance, ils ont choisi de favoriser les Hutus, car le tutsi entretenaient de nettes tendances nationalistes préjudiciables au maintien de la servitude économique de l'ancienne colonie belge.

Les nombreux crimes de guerre ordonnés par Nkurunziza lui ont valu d'être condamné à mort par le tribunal de Bujumbura lors d'un procès par contumace. Condamnation fondée sur des témoignages et des preuves irréfutables, annulée par le même Nkurunziza lorsqu’il a assumé la fonction de président. Pour se sentir plus en sécurité, le dictateur a aboli la peine de mort en avril 2009.

À l'époque, la communauté internationale s'est félicitée de cette décision, estimant qu'il s'agissait d'un pas en avant dans le renforcement des droits de l'homme au Burundi. En réalité, il s’agissait simplement d’une assurance nécessaire pour protéger Nkurunziza d’éventuelles poursuites judiciaires à son encontre.

En 2017, il a utilisé la même technique pour échapper à l'enquête judiciaire pour crimes contre l'humanité lancée devant la Cour Pénale Internationale. Pour éviter tout problème juridique, cette fois au niveau international, il a décrété la sortie du Burundi de la CPI. La tactique a été répétée l’année dernière: à la suite d’une enquête des Nations Unies sur des crimes contre l’humanité en cours, Nkurunziza a ordonné la fermeture des bureaux de l’ancienne capitale Bujumbura du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme.

Comment un meurtrier impitoyable pourrait-il atteindre les plus hauts niveaux de l'État sans avoir remporté une victoire militaire? Nkurunziza a conquis la présidence grâce aux accords de paix d'Arusha de 2000. Ces accords devaient servir à mettre fin à la guerre civile qui durait depuis dix ans, mais également au cycle de la violence ethnique qui a caractérisé l'histoire postcoloniale du Burundi. Les accords reposaient sur un système complexe d'alternance. Une alternance qui allait devenir un médicament efficace contre le «mal burundais».

Lors de la nomination du président, il était nécessaire (partagé par tous) d'élire un Hutu. Les États-Unis, Nelson Mandela et la Communauté de Sant'Egidio ont choisi le moindre mal, Pierre Nkurunziza, car l’autre grande formation hutu rebelle, les Forces de Libération Nationale (FNL), interprétée l'idéologie HutuPower d'une manière plus extrême que la CNDD-FDD. L’erreur commise par la communauté internationale a été de choisir entre deux criminels de guerre, Nkurunziza et Cossan Kabura, dirigeant du FNL. Personne n'a eu l'idée de se concentrer sur des politiciens hutu modérés, non infectés par la haine ethnique. Rétrospectivement, pour s'excuser, il a été dit que Nkurunziza était un choix forcé. S'il n'avait pas été nommé président, il aurait repris la guerre civile.

Une possibilité très probable mais qui aurait mis le chef du CNDD-FDD dans une position de hors-la-loi. Il combattrait un gouvernement hutu, légitimé démocratiquement. La population était au bout de ses forces après dix ans de guerre et ne souhaitait que la paix. Les masses hutu n'auraient pas compris la poursuite des hostilités contre un gouvernement hutu élu par elles. Le CNDD-FDD aurait progressivement perdu le soutien populaire. Il deviendrait un groupe terroriste. Il lancerait des attaques sporadiques depuis ses bases situées dans l'est du Congo. Les défections entre ses rangs commenceraient, créant la base d'une offensive résolue et décisive du gouvernement. C'est le scénario le plus probable s'il n'était pas devenu président.

Le choix du moindre mal, Nkurunziza, s’est avéré un désastre. Une fois au pouvoir, le 26 août 2005, Nkurunziza a pu exprimer toute sa nature violente et se laisser aller aux sentiments de vengeance découlant des troubles psychologiques déclenchés pendant sa jeunesse par des violences ethniques.

Alors que les États-Unis et l'Afrique du Sud prenaient leurs distances par rapport au dictateur après les élections à la farce de 2010 lorsque Nkurunziza avait reçu le deuxième mandat, la Communauté de Sant'Egidio, tout en commençant à comprendre la véritable nature du chef de l'État burundais, continua de le soutenir jusqu'au début de 2017. Pourtant, les massacres politico-ethniques étaient à l'ordre du jour. 300 000 Burundais avaient déjà fui dans les pays voisins pour éviter d'être massacrés par le régime HutuPower. Les réfugiés sont maintenant plus de 400 000.

Le soutien de Sant Egidio à cette fin amère reposait sur la conviction qu'il pouvait encore retenir les aspects les plus aberrants du dictateur et le convaincre de respecter les accords d'Arusha après deux mandats consécutifs. À la base de ce choix, il n'y avait pas de partage avec l'idéologie HutuPower, mais l'espoir de pouvoir encore y remédier d'une certaine manière à l'erreur d'avoir soutenu Nkurunziza.

En choisissant de soutenir à nouveau le dictateur, ils auraient pu jouer le rôle de missionnaires italiens appartenant à l'ordre Xavérien de Kamenge, connus pour leur extrémisme politique et leur sympathie ouverte pour HutuPower. Maintenant, les Xavériens ont abandonné ces fonctions grâce à l'intervention du Pape François. Le Saint-Père impose un nouveau cours à l'Église catholique de la région des Grands Lacs après la rencontre historique avec Paul Kagame produite à Rome en mars 2017. Le nouveau cours est basé sur la fin des rivalités ethniques et l'intégration socio-économique des peuples de la région.

Les premiers doutes concernant le choix de Sant Egidio ont été exprimés par Matteo Maria Zuppi, actuel archevêque de Bologne. Le soutien de Sant’Egidio à Nkurunziza a pris fin en 2017 grâce à un débat sérieux au sein de la Communauté. Certains médias ont commencé à s'interroger sur les raisons qui ont conduit une association catholique respectable, réputée pour promouvoir la paix, à soutenir un dictateur africain sanguinaire. À cette époque, Sant’Egidio refusa toutes les interviews sur le sujet, mais réalisa que l’attention des médias commençait à augmenter. Continuer à soutenir le dictateur burundais aurait compromis la réputation de la Communauté.

Ce bref résumé de l'histoire récente du Burundi est nécessaire pour préciser que la crise burundaise n'est pas née en avril 2015, mais qu'elle remonte en octobre 1993 avec la mort de Ndadaye. Malheureusement, même cette dernière affirmation est simpliste. La véritable origine de «Mal Burundais» est datée du 13 octobre 1961, jour de la mort du prince Louis Rwagasore. Pour expliquer l’histoire complexe du Burundi postcolonial, il faudrait un véritable essai historique. Certes, cela ne peut pas être expliqué de manière exhaustive dans le cadre restreint d'un article si ce n'est par des simplifications historiques.

Prenons comme bon la simplification qui date du début de la crise politique actuelle en avril 2015. Après 4 ans, nous pouvons dire que la stratégie de Pierre Nkurunziza était fonctionnelle pour rester au pouvoir. Au cours de ses trois mandats présidentiels, Nkurunziza a démontré la même capacité (dans le domaine politique) que celle détenue dans la rébellion FDD pendant la guerre civile.

Profitant de la profonde division entre la classe tutsi et de l'analphabétisme des masses hutu, Nkurunziza imposa l'idéologie raciale du HutuPower à des doses progressives jusqu'en 2018 quand ça s'éclaircit son projet politique: la création d'un royaume monoethnique hutu avec lui Prêtre Roi de droit divin.

Nkurunziza a une attitude fanatique envers la religion. Il est convaincu que Dieu lui a confié la mission de forger une grande nation hutu. Il s'est proclamé pasteur et a fondé un nouveau culte, l'église de Rocher, dans laquelle son épouse assume le rôle de grande prêtresse. Dans sa résidence à Bujumbura, les groupes de prière changent jour et nuit pour prier pour le Père de la Nation et pour le Burundi.

La suppression de l'opposition était un jeu d'enfant. Déjà en 2010, Nkurunziza avait compris à quel point les partis d'opposition hutu et tutsi et la société civile étaient incohérents. Les opposés ont choisi de ne pas participer à la farce électorale de 2010, dans l'attente de la fin du deuxième mandat. Ils étaient convaincus que Nkurunziza avait respecté les accords de paix d'Arusha permettant le passage du pouvoir à un autre président élu démocratiquement. L’histoire montre à quel point l’opposition et la société civile burundaises étaient à l’époque dans l’incapacité de comprendre des véritables intentions du dictateur.

La seule force véritablement redoutable, les FNL, a été combattue militairement, renvoyant les militants dans l'est du Congo et les empêchant de conquérir le Burundi. Les historiens ignorent souvent que la guerre civile burundaise ne s'est pas terminée en 2004. Elle s'est poursuivie jusqu'en décembre 2008, passant d'une guerre ethnique à une guerre entre Hutus. Nkurunziza a également tenu en échec l'aile politique des FNL née de la scission de 2002 et dirigée par Agathon Rwasa.

Alors que l'aile militaire du FNL était combattue sans merci, l'attitude envers Rwasa était d'une nature complètement différente. Jusqu'en 2016, il n'y avait pas de répression particulière à l'encontre de Rwasa et de son parti, mais plutôt des tentatives couronnées de succès pour l'incorporer au sein du régime. Ce n’est qu’en 2018, lorsque Rwasa a fondé un redoutable parti hutu en compétition au CNDD-FDD, Nkurunziza a décidé de réprimer cette initiative dans le sang en lançant une série d’assassinats politiques sans fin de fidèles à Rwasa.

Pendant ces 15 années de pouvoir, Nkurunziza a éliminé en silence tous les modérés de son parti. Si le FNL était ouvertement HutuPower, il existait divers courants de pensée au sein du CNDD-FDD. Parmi eux, le courant modéré Hutu. Ce courant a été exterminé dans un silence absolu. Qui a été tué, qui a été contraint à l'exil, qui a obéi aveuglément au chef suprême de peur d'être tué. Actuellement, la cinquième colonne du CNDD-FDD est faible et se limite aux fuites importantes des nouvelles quand il en a l'occasion. Certes, cette opposition latente est actuellement incapable de renverser Nkurunziza.

L'ancien professeur d'éducation physique s'est également montré capable de faire dérailler le coup d'État tenté par l'armée en mai 2015 et de contenir l'opposition armée des FNL, de FOREBU et de RED Tabara. Au second semestre de 2015, il a mis en œuvre une politique terroriste efficace en éliminant l'opposition politique, la société civile, les voix critiques, des médias indépendants et des associations de défense des droits de l'homme. En moins d'un an, il créa un désert sur lequel régner.

Nkurunziza était aussi étonnamment capable de contrôler et de réprimer les extrémistes au sein de son parti. Le principe de base est simple à comprendre: la légitimité politique de Nkurunziza découle de l'extrémisme HutuPower, mais c'est lui seul qui doit être identifié par les masses hutu comme le défenseur sincère de la «tyrannie» de la classe des tutsis burdaise et de défendre la Nation contre l'impérialisme du Rwanda voisin.

Pour maintenir ce record, il n'hésite pas un instant à éliminer physiquement et personnellement le général Adolphe Nshimirimana en août 2015. Numéro Deux du régime burundais et bras droit de l'ancien président Nkurunziza, Nshimirimana avait joué un rôle fondamental dans le blocage du coup d'Etat manqué du 13 mai 2015 par le général Godefroid Niyombare.

Il était le principal inventeur de la répression sanglante et horrible des manifestations populaires qui a éclaté en avril 2015, lorsque Pierre Nkurunziza, à la fin de son deuxième mandat présidentiel, a annoncé son intention de procéder à une réforme constitutionnelle aux limites de la présidence afin de présenter sa candidature aux prochaines élections.

Le général Adolphe était devenu trop puissant et était fortement soupçonné de vouloir remplacer Nkurunziza. Le danger (réel ou présumé) a été évité grâce à un coup de feu tiré par le dictateur sous le visage d'Adolphe lors d'une réunion à la présidence.

Nkurunziza a également réussi à contrôler le numéro deux suivant du régime, le général Alain Guillaume Bunyoni (sous réserve de l'enquête judiciaire de la Cour Pénale Internationale pour crimes contre l'humanité). Bien que Bunyoni ait le contrôle de la police et des services secrets et entretienne d'excellentes relations avec le groupe terroriste rwandais, les FDLR, il ne fait que maintenir la deuxième position du parti, évitant ainsi de faire devenir trop évident son objectif de devenir le numéro. Bunyoni est conscient qu'il pourrait finir comme le général Adolphe.

L'ancien professeur de gymnastique a démontré une capacité rudimentaire, mais efficace, à tisser des alliances internationales qui lui permettent, ainsi qu'à son régime, de survivre et de s'opposer à l'hostilité ouverte des Nations Unies, des États-Unis et de l'Union européenne. Turquie, Russie, Égypte, Chine: tous sont devenus des alliés et des complices grâce aux promesses futures d'exploitation des gisements de nickel et de terres rares que possède le Burundi, même s'ils n'ont jamais été exploités.

Nkurunziza a également réussi à tirer parti de l'alliance idéologique historique, bien qu'anachronique, entre les extrémistes hutu et bantous de la Tanzanie et de l'Afrique du Sud. Ces alliances stratégiques ont permis au dictateur de résister aux puissances occidentales, aux Nations Unies et au Rwanda. Il a même réussi à jouer sur des divisions et des compétitions entre Ruanda et l'Ouganda remontant au conflit de Kisangani en 2002 concernant les ressources naturelles congolaises. Profitant de la reprise de la guerre froide entre Kampala et Kigali en 2018, le dictateur burundais a réussi à nouer une amitié ambiguë entre le président ougandais Yoweri Kaguta Museveni dans une clé anti-rwandaise.

Il a réussi à faire taire les ONG internationales en les obligeant à fournir une aide humanitaire en collaboration avec les autorités du régime et à embaucher du personnel ethnique favorable aux Hutus. Les ONG expatriées opèrent dans un contexte de violence extrême où des personnes sont massacrées chaque nuit. Nous devons faire semblant de ne pas voir et de ne pas entendre. Certaines ONG ont choisi d'arrêter les activités afin de ne pas collaborer avec le régime.

D'autres ont choisi de rester en dépit du fait que les fonds internationaux pour l'aide humanitaire se sont effondrés. Même les agences des Nations Unies sont restées malgré la fermeture des bureaux du Haut Commissaire aux droits de l'homme. Une décision qui trouve ses raisons humanitaires: si les agences des Nations Unies arrêtaient l'aide humanitaire, le peu de ressources en matière de santé, d'éducation et d'aide alimentaire s'effondrerait. Même l'opposition burundaise est d'accord avec le choix des agences de l'ONU de rester.

Pour le régime actuel, un royaume hutu doit renaître des cendres de la République où il n'y a pas de place pour les Tutsis. Cette minorité ethnique va soit au Rwanda (ou où bon lui semble) ou elle sera éliminée. De nombreux Tutsis ont déjà fui le pays. Ceux qui restent sont utilisés comme boucliers humains. Nkurunziza a sagement joué la carte du génocide, ventilant la menace s’il était attaqué par des forces extérieures ou si des puissances étrangères soutenaient une offensive armée de l’opposition. Cette menace a jusqu'à présent bloqué toute action militaire contre le régime. La communauté internationale veut éviter un autre Rwanda avec 1994. C'est une carte importante jouée par le dictateur. À l'heure actuelle, seule la solution militaire est possible pour l'éliminer du pouvoir. Ceci est bloqué par la menace de génocide.

Malgré les promesses faites en 2018 de ne pas se présenter aux élections présidentielles de 2020 à la recherche d'un quatrième mandat, Nkurunziza participera en réalité aux élections avec la victoire déjà entre ses mains. Son objectif n'est pas le quatrième mandat, mais une transformation radicale du pouvoir. En tant que République présidentielle, il veut faire du Burundi un royaume hutu.

En juillet 2018, il a été question de la candidature de sa femme, Denise Nkurunziza, comme moyen de rester au pouvoir. Une hypothèse maintenant totalement écartée. Pour réaliser le rêve du royaume hutu, Nkurunziza a confié à de pseudo experts d'historiens burundais et belges la tâche de créer une mythologie irréaliste d'anciens royaumes hutu qui n'avait jamais existé. Une épopée hutu précoloniale entièrement inventée sur le modèle de l'épopée teutonique, tout aussi folle et irréelle, que les nazis avaient inventée pour justifier leur droit divin de gouverner le monde entier et leurs crimes contre l'humanité.

Nkurunziza était également douée pour comprendre l'importance de la propagande du régime et de l'utilisation judicieuse des médias sociaux. Il a retiré son poste de son conseiller Willy Nyamitwe, qui était allé trop loin entre 2015 et 2016, le confiant à des professionnels du secteur: une agence de communication mise à disposition par le gouvernement chinois. Un réseau dense de sympathisants a été créè dans la patrie et parmi la diaspora. Utilisant souvent de faux profils, ces sympathisants propagent la haine ethnique sur Facebook, Twitter et d'autres médias sociaux. Ils sont également formés pour affronter une foule de protestations, de dénégations, d'insultes et de menaces contre toute publication informant sur les crimes commis par le régime. Les faux profils sont une garantie. Beaucoup craignent d'être reconnus et jugés si le régime tombe.

Et que dire du chef-d'œuvre de la diplomatie étrangère qui a permis au régime de redécouvrir l'alliance politique et militaire de la France perdue en 2016 par l'ex-président François Hollande? Maintenant, la France est à nouveau aux côtés du régime HutuPower. La coopération militaire est reprise. Les premiers fonds (25 millions d'euros) sont déjà apparus déguisés en faveur de l'éducation. Des conseillers militaires français circulent déjà au Burundi. Un choix dangereux qui pourrait compromettre la détente actuelle avec le Ruanda et impliquer à nouveau la France dans un deuxième génocide dans la région des Grands Lacs après un quart de siècle.

Pour une vision extérieure, il est indéniable que Pierre Nkurunziza contrôle totalement le Burundi et commet sans crainte des crimes brutaux contre l’humanité. Une idée qu'il a en tête est très simple et claire: le Burundi aux Hutus et le Rwanda aux Tutsis. Au moins jusqu'à ce que le rapport de forces lui soit favorable, ce qui lui permet de régler ses comptes avec Paul Kagame et d'achever la "mission" d'Aghate Habyarimana. La mission a échoué en 1994 après "seulement" un million de morts entre Hutus modérés et Tutsi.

Agathe Kanziga à Habyarimana, épouse de Juvénal Habyarimana, était en réalité le chef du puissant clan mafieux des Hutus du Nord appelé Akazu (petite maison en kinyarwanda). Les Akazus ont eu recours à l'idéologie HutuPower pour protéger leurs entreprises milliardaires, tandis que la population hutu vivait dans une pauvreté dégradante. Lorsque son mari, Juvénal, a signé le traité de paix avec la guérilla tutsie de Paul Kagame à Arusha (Tanzanie), qui devait mettre en place un gouvernement d'union nationale, la douce enseignante a organisé l'assassinat du président le 6 avril 1994, à l'origine du génocide. Il est actuellement en France protégé par le gouvernement de Paris.

Pierre Nkurunziza semble être le vainqueur absolu au Burundi. Pourtant, derrière les apparences, il existe un doute sérieux et justifié. Nkurunziza commande-t-il vraiment le Burundi?

© Riproduzione riservata

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: