Burundi: Nkurunziza de plus en plus en difficulté

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Ott 29

Burundi: Nkurunziza de plus en plus en difficulté

L'offensive #REDTabara, #FOREBU semble accélérer une crise au sein du #CNDD-#FDD

di Fulvio Beltrami

burundi, cndd-fdd, imbonerakure, fdlr, hutupower, fnl, forebu, red tabara, pierre nkurunziza, agathon rwasa

Fulvio Beltrami 29 Octobre 2019 "La verite' est revolutionaire".

La bataille de Bubanza réalisé par l'unité rebelle RED Tababara  et l'entrée ultérieure sur la scène des rebelles FOREBU, tous deux actuellement stationnés dans la forêt de Kibira, à la frontière avec le Rwanda, ont fait ressortir toute la faiblesse du régime, non seulement au niveau militaire, mais également au niveau politique. L'attaque des rebelles survient à un moment très délicat: la préparation des élections de 2020 représentent une opportunité pour le CNDD-FDD de survivre et pour Pierre Nkurunziza de poursuivre son royaume fou et sanglant.

Après la bataille de Bubanza, les combats se sont déplacés vers la forêt de Kibira pour s’élargir le 24 octobre aux collines Masare de la municipalité de Musigati, toujours dans la province de Bubanza. Les forces conjointes RED Tabara et FOREBU one lancé un autre offensive dans la municipalité de Matongo, province de Kayanza.

Depuis le 26 octobre, des rapports contradictoires concernant des offensives et des contre-offensives ont été rapportés. Pour le moment, les nouvelles que nous avons reçues sont trop contradictoires pour comprendre si les combats entre rebelles, FLDR, police et Imbonerakure dans la forêt de Kibira et dans les provinces de Bunanza et Kayanza se poursuivent ou si une trêve a été proclamée pour réorganiser les forces et étudier de nouveaux plans d'attaque et de défense.

L'étrange convocation de Nkurunziza à Moscou par les autorités russes ouvre des doutes. Le président russe Vladimir Poutine a officiellement invité Pierre Nkurunziza à participer à la réunion entre la Russie et l'Afrique qui s'est tenue à Sotchi les 22 et 24 octobre. C'est le moment de l'invitation qui suscite des doutes légitimes.

Pourquoi le Kremlin convoquerait-il Nkurunziza immédiatement après une importante défaite militaire et avec la présence d'unités rebelles puissantes dans le pays? On pense que Moscou était disposé à encourager un changement de régime, entraînant le dictateur hors du pays avec l'attrait du sommet.

Ou est-ce une stratégie simple pour renforcer l'autorité présidentielle du dictateur burundais? Nous ne saurons jamais quelles étaient les véritables intentions de Moscou, Pierre Nkurunziza ayant immédiatement décliné l'invitation, préférant rester au Burundi.

Le manque d'engagement de l'armée confirme les rumeurs selon lesquelles il y aurait un mécontentement et un sentiment général de vengeance contre Nkurunziza.

Avec ses décimations, le dictateur a humilié une armée qui a toujours été garante et protectrice de la population, même dans les pages les plus obscures de l’histoire du Burundi, alors que certains départements ont procédé à des massacres ethniques en réponse aux tentatives de génocide des forces HutuPower, soutenues par le régime de Habyarimana au Rwanda, en 1972 et 1993.

L'ancien FAB (Forces armées burundaises, ancienne armée composée de nombreux Tutsis) a été marginalisé et décimé après l'échec de la tentative de coup d'état dans la mai de 2015. Une fois le danger écarté, Nkurunziza n'a pas hésité à détruire ces corps d'élite, sacrifiant ainsi la défense national en faveur de la sécurité personnelle.

Le mécontentement règne même parmi les anciens miliciens du FDD, qui ont combattu dix ans durant la guerre civile. Leur confiance aveugle en HutuPower a rompu en constatant que leurs commandants dans l'armée et la police avaient récolté les fruits des longues années de guerre de guérilla, avec des postes de direction, de l'argent, des maisons, des voitures, du pouvoir et une belle vie.

Ces simples miliciens, fantassins de la révolution du peuple hutu, sont restés dans la misère. Intégré à l'armée et à la police, mais considéré comme un soldat de la série B, une honte qui rappelle un passé sombre. Même les soldats engagés dans l'opération de paix des Nations Unies - l'Union africaine en Somalie (AMISOM) entretiennent des rancunes en raison de la corruption, de détournements de fonds et de spéculations concernant leur salaires en devises fortes.

La peur des désertions et des trahisons est grande au sein du régime, ce qui pourrait pousser Nkurunziza et ses hommes à commettre des erreurs fatales. Le colonel arrêté le 23 octobre et accusé de haute trahison pour ne pas s'être engagé à affronter les rebelles, a été tué dans les cachots de la prison. Une exécution extrajudiciaire claire et net, destinée à nourrir les rancunes et la haine que de nombreux soldats et officiers, tant hutus que tutsis, nourrissent maintenant Nkurunziza, le CNDD-FDD et les FDLR.

La rhétorique du HutuPower en tant que rempart contre la tyrannie tutsie s'est éteinte depuis longtemps, malgré les efforts du régime pour proposer cette lecture idéologique de la situation politique actuelle dans le pays. Qu'il suffise de dire que la majorité des participants aux manifestations populaires de 2015 étaient des Hutus. La tentative de coup d'État manquée de mai 2015 a été conçue par le général Hutu Godefroid Niyombare. Des appels au génocide (Kora Kora - novembre 2015), lancés par le régime en nette crise, n'ont été acceptés ni par la population urbaine Hutu ni par la population rurale. semi-alphabète et donc plus facile à être victime de manipulations idéologiques.

Le fossé entre les masses hutu et le régime de Nkurunziza a atteint le point de non-retour au cours de cette crise politique née en 2015, qui s'est presque immédiatement transformée en une crise économique. Le régime, isolé sur le plan international, malgré les alliances avec la Russie, la Chine, l’Égypte, la Tanzanie et l’Ouganda, dispose des fonds nécessaires seulement pour survivre.

Nkurunziza a littéralement sacrifié les masses populaires que le CNDD-FDD prétendait représenter et pour lesquelles il s'était battu pendant 10 ans contre les régimes "dictatoriaux" tutsis afin de garantir la démocratie et le progrès. Pour les masses rurales hutu, ces 4 dernières années ont été un véritable cauchemar. Les habitants des campagnes ont été réduits à manger des racines.

Le CNDD-FDD est secoué par des courants internes dont les représentants s’étudient avant de lancer l’attaque décisive pour la conquête du pouvoir. Le parti hutu est plongé dans une crise d'identité et de crédibilité bien plus sérieuse que celle à laquelle le African National Congress (ANC) est confronté en Afrique du Sud.

La majorité des électeurs et de ses partisans du CNDD sont aigris par l'incapacité démontrée par leur parti, au cours des 24 années de pouvoir, dans la voie de l'instauration d'une véritable justice sociale dans un pays déchiré par de graves divisions éthiques et régionales. La base du CNDD-FDD est dégoûtée par les cadres du parti, souvent incompétents et médiocres, souvent choisis et imposés par la direction, selon des critères mesquins d'obéissance aveugle. Les sympathisants de Nkurunziza en ont assez de gérer le lourd fardeau financier que représentent des dizaines de contributions au parti qui compromettent le salaire mensuel déjà maigre.

La population en général n'est plus disposée à soutenir les dirigeants politiques et administratifs violents qui sont déterminés à rester en place pour toujours, imitant leur dirigeant. A tout cela s'ajoutaient les jeunes du parti, les Imbonerakure ("ceux qui voient loin") se sont transformés en milices paramilitaires et en contre-pouvoirs aux mains des terroristes rwandais des FDLR. Ces jeunes, remplis d'idéologie et drogues, ont tous les pouvoirs de la vie et de la mort, et même les officiers de l'armée et de la police, ou les huissiers de justice fidèles au CNDD, parviennent à enrayer leurs excès.

Les conflits au sein du parti au pouvoir, le déclin de la popularité parmi les masses hutu et l'impossibilité d'imposer l'idéologie HutuPower au Burundi, comme ce fut le cas dans le Rwanda de Juvenal Habyarimana, réduisent considérablement les chances d'une victoire crédible pour le prochain élections administratives et présidentielles prévues entre mai et juillet 2020.

Le renforcement politique d'Agathon Rwasa, l'actuel vice-président de l'Assemblée nationale, ancien dirigeant des FNL et fondateur du nouveau Congrès de Libération Nationale hutu - CNL - inquiète le régime. Rwasa est dangereux parce que son politicien habile lui a permis de se présenter comme une alternative ethnique aux masses paysannes hutu qui en ont marre de Nkurunziza et du CNDD-FDD. Rwasa profite également du profond malaise de la base du CNDD-FDD et de l'appareil administratif associé.

De nombreux simples militants, responsables de parti, administrateurs locaux et gouverneurs évoquent la possibilité de passer à la LNC, en prenant le train du vainqueur avant qu'il ne soit trop tard. Malgré les exécutions extrajudiciaires systématiques des cadres du parti CNL, mises en œuvre par les terroristes des FDLR et les milices Imbonerakure, le régime ne peut pas physiquement liquider Rwasa. Son assassinat déclencherait une guerre civile entre les Hutus. C'est le point fort de l'astucieux "Lord of War" qui sent déjà la victoire dans ses poches aux élections de 2020 et du futur chef du pays.

Toujours dans le fief électoral de Nkurunziza, Ngozi (son pays d'origine), le CNDD-FDD perd du terrain au profit du CNL de Rwasa. Pour contrer cette hémorragie de votes et de partisans, le régime utilise Imbonerakure pour supprimer toute dissidence et ramener la population à l'obéissance. Différents cadres des LNC ont été arrêtés et torturés, ce qui accroît la frustration et la colère des masses hutu de Ngozi, qui se considèrent désormais traitées comme des ennemis par l'homme qui est né dans leur ville et qui a toujours été considéré comme leur fils protecteur.

La puissante église catholique se prépare à une collision frontale avec le CNDD-FDD et Nkurunziza. Il a récemment été lancé contre le président du CNDD, Evariste Ndayishimiye, et le régime pour les atrocités commises est ouvertement condamné. Les évêques burundais sont prêts à rivaliser avec les évêques congolais, s'engageant dans la lutte électorale avec tout le poids moral de l'Église catholique, à dresser une barrière contre Nkurunziza et le CNDD-FDD, contribuant ainsi à leur défaite aux urnes.

L’Église adventiste du septième jour semble également promouvoir un programme anti-Nkurunziza. Le régime tente de mettre un terme à cette ingérence dans l'arrestation du président de l'Union adventiste burundaise, Lamec Narishinga, qui s'est déroulée jeudi à l'aéroport, alors qu'il s'embarquait pour Nairobi pour une réunion régionale à la fin de l'année.

Le président des adventistes du monde entier, Ted N.C.Wilson a adressé une lettre au gouvernement burundais pour dénoncer l'arrestation arbitraire de son représentant au Burundi. Le pasteur Wilson a également écrit aux fidèles burundais pour les encourager à dénoncer la brutalité du régime et à le combattre.

L'interférence des adventistes surchauffe le climat électoral, rendant difficile la tenue d'élections crédibles. Mais il n’est pas certain que le calendrier électoral soit maintenu. Selon certaines rumeurs, Nkurunziza aurait été dans l'impossibilité de rester au pouvoir en présentant sa femme, Denise Nkurunziza, à la présidence.

Cela place le dictateur devant un choix difficile pour la succession. Le candidat le plus probable, le président du CNDD-FDD, Ndayishimiye, est soupçonné d'avoir comploté avec le général Bunyoni pour évincer le guide suprême. Proposer un quatrième mandat équivaut à un suicide, compte tenu de la réaction de la communauté internationale à la candidature de Joseph Kabila au Congo en 2016.

En ce moment, le dictateur tente de gagner du temps pour réorganiser et reconstruire les forces restantes et vaincre ses ennemis internes et externes. Cette tactique de procrastination a commencé avant la bataille de Bubanza, qui a radicalement changé toutes les stratégies étudiées, souvent de courte durée.

À présent, le régime est confronté à une coordination des groupes rebelles, probablement appuyés par des puissances régionales, qui semblent déterminés à engager un processus de libération du pays, mettant hors de combat les terroristes Nkurunziza, les Imbonerakure et les FDLR. La présence des rebelles au Burundi et leurs plans sont encore flous, le régime s’inquiète, bien qu’il offre officiellement une image de tranquillité pour donner l’impression que le régime contrôle toujours la situation.

Nkurunziza aurait une dernière carte à jouer: reporter les élections et créer un gouvernement d'union nationale avec des membres de l'opposition et des partis mineurs dûment achetés. Les rencontres qui se sont déroulées du 30 août au 1er septembre à Nairobi et le 12 octobre à Bujumbura entre la faction modérée du CNDD et la plateforme politique de l'opposition en exil, le CNARED, dirigée par Anicent Niyounkuru, suggèrent que Nkurunziza est déjà en train de se diriger cette solution.

Un gouvernement d’union nationale et une transition ad hoc permettraient au régime de survivre, affaibliraient l’opposition en participant au gouvernement du CNARED et ouvriraient la voie à une détente avec la communauté internationale. Bien étudié, le gouvernement d'unité nationale pourrait être interprété par les puissances occidentales non pas comme un stratagème à court terme, mais comme une ouverture encourageante au processus démocratique.

Ce projet alternatif est maintenant difficile à appliquer en raison de la présence de rebelles sur le territoire national. RED Tabara et FOREBU sont des forces politiques incorruptibles et peu enclines à faire des compromis. Dans leur mentalité militaire, l’objectif est de démanteler le CNDD-FDD, les Nkurunziza, les Imbonerakure et les FDLR afin d’éviter le génocide qui, tôt ou tard, se produira, étant le régime rempli de l’idéologie HutuPower. Même en cas de campagne de libération, nous verrions naître un gouvernement d'union nationale et transitoire, même s'il était d'une nature très différente de celle conçue par Nkurunziza.

Au sein de la situation politique complexe et fragile du Burundi, les FDLR continuent à jouer un rôle décisif. Bien que forcés de prendre la défensive dans l'est du Congo en raison des offensives menées conjointement par le Congo et le Rwanda, les FDLR disposent toujours d'une force militaire discrète et sont bien armés grâce aux armes offertes au régime burundais par la France et la Russie. Ils sont conscients que leur présence devient de plus en plus embarrassante pour Nkurunziza.

Dans le cas d'un gouvernement d'union nationale créè par le dictateur, les FDLR pourraient rester exclus. Dans le cas d'une victoire militaire rebelle, ils pourraient être annihilés. Les FDLR, dont le nom semble terroriser quiconque, jusqu’à ne pas en parler dans les analyses politiques burundaises, continueront de jouer un rôle décisif dans le destin du pays, dans la mesure où elles ne risquent pas de subir les défaites militaires. Ils risquent d'être annihilés et la lutte pour leur survie sera déterminée, dure et violente.

Les quatre journalistes de l'hebdomadaire "Iwacu" arrêtés le 22 octobre lors du tournage des bagarres du combat RED Tabara ont été jugés pour lien direct avec l'accusation d'atteinte à la sécurité publique, un crime de droit pénal. Les journalistes sont maintenus dans la prison de Bubanza dans l'attente de la sentence. La peine peut aller de 5 à 10 ans de prison. Reporter Sans Frontières et Human Rights Watch ont demandé la libération immédiate des quatre personnes.

© Riproduzione riservata

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: