Burundi: «Nier l'existence de l'infection au COVID-19»

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Apr 4

Burundi: «Nier l'existence de l'infection au COVID-19»

Le régime menace les médias qui affirment le contraire. Mais déjà 726 personnes ont été mises en quarantaine «officieusement». Lutte pour le pouvoir entre Nkurunziza et une partie de son parti

di Fulvio Beltrami

burundi, pierre nkurunziza, covid19, crimes contre l'humanité, dictature, evariste ndayishimiye coronavirus

DI FULVIO BELTRAMI 04/04/2020

Après des déclarations choquantes sur la prétendue alliance avec Dieu qui protégerait le Burundi de la pandémie mondiale de coronavirus COVID-19, prononcée par le porte-parole de la présidence, Jeanc-Claude Karerwa Ndenzako, dans une interview radio accordée à la `` BBC '' au Kirundi, le régime du dictateur Pierre Nkurunziza a tenté au cours des deux derniers jours de confondre les eaux par des dénis, des faux, des nouvelles partielles et ambiguës sur les vraies mesures prises pour contenir l'infection à coronavirus.

Nos sources de Bujumbura informent que le gouvernement diffuse des fausses nouvelles pour faire croire à la population que des mesures sérieuses sont prises pour contenir le risque de pandémie, telles que celles adoptées dans divers pays africains: fermeture des écoles, réduction du trafic urbain, fermeture des frontières, même la fermeture de banques. Intrigués par cette nouvelle, les médias internationaux ont vérifié leur véracité qu'elle s'est révélée nulle. Les frontières sont toujours ouvertes. Les avions-cargos arrivent et partent à l'aéroport international de Bujumbura. La campagne électorale du parti au pouvoir, le CNDD-FDD, est même en train d'être organisée dans divers endroits du pays. Le gouvernement ne fait que diffuser quelques informations bénignes sur les mesures d'hygiène préventive, rien de plus.

Selon des observateurs régionaux, la décision de garder l'aéroport international de Bujumbura ouvert aux vols de fret est motivée par la nécessité pour le régime d'exporter de l'or illégalement importé du Congo et de permettre aux entrepreneurs russes de poursuivre l'exportation de minéraux précieux, qui génèrent de la monnaie précieux dont le régime avait besoin pour rester au pouvoir, acheter des armes et payer les mercenaires rwandais du groupe terroriste des FDLR.

Ces entreprises privilégiées exemptées des contrôles de santé anti-COVID-19 sont Tanganyka Lisma Lighting Innovation: TALLINO qui possède des mines d'or à Cibitoke, soupçonné de recycler de l'or du Congo, et Norilsk Nickel. Ces deux sociétés n'ont pas arrêté les activités d'extraction et n'ont prévu aucune mesure de protection contre la contagion pour les travailleurs burundais, risquant ainsi de contribuer à la propagation du virus dans le pays.

Deux autres sociétés n'ont pas cessé leurs activités et continuent d'exporter des minéraux grâce à la disposition ad hoc du gouvernement qui ne bloque pas l'aéroport pour les vols de fret, il s'agit de la Canadian Flemish Investmens Burundi, qui opère via la société African Mining LTD dans le secteur de l'or et coltan dans les mines de Muhwazi, et l'American TechMet, qui opère par le biais de la société Raimbow Rare Earths dans le secteur des terres rares dans les mines de Gakara, Bujumbura Rural.

Nous ne pouvons pas dire avec une certitude absolue la véracité de ces informations. Nous pouvons seulement noter que le gouvernement burundais, dans ses messages officiels en cours, est plus soucieux de garantir que des élections présidentielles auront lieu régulièrement en mai que de lutter contre la menace de COVID-19.

Un indice qui pourrait valider l'hypothèse d'un coup d'État de Nkurunziza serait les dizaines de hauts dignitaires du parti qui se sont précipités à travers le pays pour faire des approvisionnements alimentaires considérables dans les supermarchés immédiatement après avoir lu le mystérieux message sur l'isolement. Selon nos sources, le général Ndayishimiye aurait réussi à bloquer l'ordonnance de séquestration totale et à maintenir la position de déni total qu'au Burundi, il n'y a même qu'un seul cas de contagion de COVID19.

"Si le virus est présent dans tous les pays de la Région des Grands Lacs, il est difficile de croire qu'aucune personne au Burundi n'a été contaminée", note Libérat Ntibashirakandi, professeur à l'Université de Bruxelles.

La prétendue tentative d'imposer un confinement total visant à annuler les élections et les inquiétudes nationales et internationales concernant la volonté du régime de Gitega de renoncer à protéger la population contre la menace du COVID-19, a incité le porte-parole du gouvernement le jeudi 26 mai Prosper Ntahorwamiye publiera un communiqué de presse, relancé par l'agence de presse chinoise 'Xinhua', où toutes les rumeurs sont démenties et les citoyens sont rassurés que le gouvernement a pris toutes les mesures appropriées pour empêcher une contagion massive. "Certaines écoles comme L'Ecole Française et l'Ecole Belge ont suspendu leurs cours", a déclaré le porte-parole du gouvernement, laissant de côté qu'il s'agit d'écoles privées financées par la France et la Belgique. Aucune école publique burundaise n'a suspendu ses cours à ce jour. Une décision cynique du gouvernement de créer un climat de fausse normalité.

Ntibashirakandi menace les médias et les citoyens en disant que le gouvernement a le droit de prendre des mesures appropriées contre quiconque essaie de diffuser des nouvelles alarmantes et fausses. Seules les informations publiées par le gouvernement doivent être prises en considération. Le CNDD-FDD aurait tenté d'arrêter ou de suspendre certains comptes Twitter de journalistes burundais et étrangers accusés de diffusion et de déstabilisation de l'actualité burundaise. Nouvelles non encore confirmées officiellement par Twitter.

Le ministre de la Santé publique et de la Lutte contre la SIDA, Thaddée Ndikumana a publié un communiqué de presse précisant qu'aucun cas de contagion de COVID19 n'a été enregistré dans le pays, et où la population que l'Institut national de santé publique a rassurée des appareils, du matériel de laboratoire et des compétences nécessaires pour diagnostiquer tout cas de contagion. Ce communiqué de presse a été publié en réponse à un article paru sur le site Internet de Radio France le 23 mars où les lacunes et les difficultés du système de santé burundais pour approvisionner la pandémie mondiale ont été mises en évidence.

La folie lucide du régime de vouloir nier le danger de contagion et de ne pas mettre en œuvre de sérieuses mesures de confinement juste pour convoquer les élections présidentielles de mai prochain, est démentie par les 726 citoyens placés en quarantaine «non officielle» avec le soutien de l'Organisation mondiale de la santé . Ce sont des réfugiés de Tanzanie, du Congo et d'Ouganda et des personnes vivant dans le pays qui sont mises en quarantaine pour contagion présumée depuis samedi dernier.

Les deux zones à haut risque sont Rutana, au sud-est du pays (230 quarantaines préventives) et Rumonge, au sud-ouest (146 quarantaines préventives). À Muyinga et Bujumbura, 186 personnes sont en quarantaine. Ngozi 55. Cibitoke 52. Kayanza 42. Kirundo 15.

Mercredi 25 mars, la diaspora burundaise représentée par l'Alliance des Burundais du Canada a envoyé une lettre officielle à la Conférence des évêques catholiques du Burundi demandant de prendre position pour encourager les mesures visant à prévenir la contagion au CODID-19 même si le gouvernement n'a pas encore décidé de les mettre en œuvre.. "Conscients du rôle que l'Église catholique joue dans l'éducation et la sensibilisation de la population à son bien-être, nous vous demandons de lancer une campagne de sensibilisation et de prévention contre cette pandémie et de prendre les mesures nécessaires pour la suspension des messes dominicales. Cette décision courageuse servira sans aucun doute d'exemple et de modèle à la population burundaise en l'aidant à prendre conscience de la gravité du danger ", précise la lettre.

Le gouvernement a précisé que des mesures pénales graves pourraient être prises à l'encontre de toute personne tentant de promouvoir ou d'encourager des mesures de prévention du COVID-19 qui n'ont pas été décidées par le ministère de la Santé. De plus, il a inséré un cheval de Troie qui se déclenche lorsque le lien vers la page officielle de l'Alliance des Burundais du Canada s'ouvre.

La décision de s'appuyer sur la providence divine et de ne pas appliquer de mesures sérieuses de confinement trouve son origine dans la féroce guerre interne avec le CNDD-FDD pour le contrôle du Burundi. Selon des informations confidentielles, la décision prise sur de légères mesures anti-contagion serait une manœuvre du général Evariste Ndayishimiye pour empêcher Pierre Nkurunziza d'exploiter le risque d'épidémie, d'annuler les élections et de rester président.

En fait, Nkurunziza, bien qu'officiellement contraint de renoncer à son quatrième mandat, en raison de la pression internationale et de l'armée et du CNDD-FDD, explorerait toutes les possibilités de rester au pouvoir, en évitant de passer le commandement au général Evariste Ndayishimiye.. Ce dernier, candidat officiel aux élections de mai, a rendu un ordre simple et aberrant: "Nier l'existence de cas de contagion afin de procéder aux élections de mai et permettre au CNDD-FDD de maintenir le pouvoir grâce à mon mandat présidentiel ».

Dans le contexte de cette lutte pour le pouvoir, il y a aussi le jaune du message diffusé sur les réseaux sociaux qui informait de la décision du gouvernement Gitega d'ordonner un confinement total de la population à partir du lundi 23 mars. Le message mettait en garde contre une catastrophe sanitaire imminente. Le message a été immédiatement démenti par le gouvernement, déclarant que c'était l'œuvre d'un plan subversif de diffusion de faux orchestrés par des forces politiques irresponsables. Au contraire, selon des informations confidentielles, le message serait venu de la présidence et aurait été une tentative de Nkurunziza de mettre en œuvre son plan: déclarer l'état d'urgence dû au coronavirus, reporter les élections et rester au pouvoir en tant que président aux dépens du général Ndayishimiye.

«Le gouvernement remercie Dieu le Tout Puissant qui protège le Burundi, empêchant même un cas de contagion d'être trouvé sur le territoire national. Le gouvernement supplie le Bon Dio de continuer à protéger le Burundi ", a déclaré le porte-parole du gouvernement Prosper Ntahorwamiye dans un discours à la nation diffusé hier par" RTNB "(Télévision nationale de radio du Burundi).

La réticence du régime à protéger sa population contre la pandémie mondiale fait partie de la longue liste de crimes contre l'humanité que le dictateur Pierre Nkurunziza et son parti HutuPower, le CNDD-FDD, ont commis depuis 2005 jusqu'à nos jours. Plus précisément, le régime a violé la Constitution de l'OMS qui oblige les États souverains à protéger la santé de leur population; l'article 25 de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 et le Pacte international des Nations Unies de 1966.

Pendant cette pandémie mondiale, chaque État a l'obligation morale et légale d'adopter le Règlement sanitaire international. Tous les États membres des Nations Unies sont invités à se conformer à ce Règlement sanitaire.

«Le Burundi, ma ville natale, n'a pas signé d'alliance avec Dieu ni avec le diable. Ce n'est donc pas du ciel ou de l'enfer que nous devons chercher la solution à la pandémie de COVID-19 ", explique un Twitter devenu viral par le citoyen burundais F. Chishahayo.

© Riproduzione riservata

175 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: