Burundi: lutte pour le pouvoir chez les Hutus

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Ott 24

Burundi: lutte pour le pouvoir chez les Hutus

L'économie du pays est en train de s'effondrer et cette situation désastreuse ouvre de graves conflits entre les différentes forces HutuPower, pour le moment latentes, mais qui pourraient être le prélude à une lutte sanglante pour le pouvoir, également dans la perspective des élections présidentielles de 2020. Voila le cadre des acteurs sur le terrain

di Fulvio Beltrami

burundi, cndd-fdd, imbonerakure, fdlr, hutupower, fnl, forebu, red tabara, pierre nkurunziza, denise nkurunziza, prime niyongabo, alain-guillaaume bunyoni, cnared, anicent niyounkuru, agathon rwasa

Fulvio Beltrami 24 Octobre 2019

Lors d’un examen superficiel, au Burundi, le régime du parti au pouvoir, le CNDD-FDD (Conseil national pour la Défense de la Démocratie - Forces de Défense de la Démocratie) et le dictateur Pierre Nkurunziza semblent tenir la situation en main. Les médias indépendants ont été éliminés, les dirigeants de l'opposition et de la société civile contraints à l'exil ou assassinés. La minorité tutsie prise en otage. Pouvoir absolu et pensée unique consolidés. L'isolement diplomatique contrebalancé par les alliés: la Chine, l'Egypte, la France, la Russie et la Tanzanie - qui retarde actuellement le retour des réfugiés burundais chez eux.

L'offensive militaire des groupes rebelles FNL, FOREBU et RED Tabara a été rendue inapplicable lorsque le champ de bataille a été déplacé vers le Sud-Kivu, au Congo. Le danger de guerre contre le Rwanda à l'époque avait été évité grâce au soutien diplomatique régional de la Tanzanie et de l'Ouganda à faveur de Nkurunziza et aux offensives militaires des terroristes des FDLR contre le Rwanda, qui ont forcé le gouvernement de Kigali à se mettre en position de défense. Toutes des bases excellentes pour les élections de 2020, qui serviront à consolider la perpétuité du régime HutuPower de Nkurunziza.

Comme ce fut le cas au Rwanda en 1994, le facteur économique joue un rôle décisif dans le destin du régime et du pays en général. L'économie burundaise est moribonde. Les sanctions économiques et la suspension de l'aide humanitaire décidées par l'Union européenne plongent le Burundi dans une crise économique sans issue.

Les alliés ne représentent pas une alternative valable. La Chine n'offre que quelques millions de dollars, rien que pour maintenir le régime en vie. La France se concentre sur l'aide militaire. La Russie considère le Burundi comme une terre de conquête. Les entrepreneurs russes ne sont intéressés que par un vol de ressources naturelles et par le commerce lucratif de la contrebande de minéraux précieux en provenance du Congo, géré par le CNDD et les terroristes FDLR.

On parle de la découverte de gisements d'or, de coltan, de casserite, de nickel, de terres rares et de wolfarmite. Le gouvernement a soumis à la CIRGL (Conférence Internationale pour la Région des Grands Lacs) les demandes de certification de l'origine de ces minéraux. Ces mines existent-elles vraiment ou sont-elles un moyen de recyclage des minéraux du Congo? Les seuls gisements certains sont ceux de nickel et de terres rares. Pour d'autres minéraux, l'étendue réelle des dépôts n'est pas comprise.

Compte tenu de leur existence réelle, aucun entrepreneur étranger n'est intéressé à investir. Les raisons en sont évidentes: instabilité politique et sanctions européennes. Même la Chine n'investit pas, attendant des temps meilleurs. Les seuls investissements, à fort contenu spéculatif, sont garantis par des entrepreneurs russes, de vrais pirates. L'inflation a atteint 30%, tandis que le franc burundais a perdu 40% de sa valeur au cours des six derniers mois par rapport au dollar américain et à l'euro.

Nkurunziza et le CNDD règnent sur un pays épuisé, affamé, sans perspectives d’investissement et sans réserves de devises fortes. La Banque centrale ne dispose que de trois semaines de réserves en devises fortes pour payer les importations. Il y a une pénurie chronique de carburant et de médicaments dans le pays. En pratique, Nkurunziza règne sur la pauvreté absolue.

Cette situation désastreuse ouvre de graves conflits entre les différentes forces HutuPower. La conflictualité pour le moment est latente, mais pourrait être le prélude à une lutte sanglante pour le pouvoir et la suprématie. Nous voyons les forces sur le terrain, souvent antagonistes.

Pierre Nkurunziza et Denise Nkurunziza.

La famille Nkurunziza semble avoir le contrôle du parti au pouvoir, le CNDD-FDD, et du pays. Le problème est de maintenir ce contrôle. En décembre 2018, le dictateur a déclaré son intention de ne pas se présenter aux élections présidentielles de 2020. Cette déclaration a été précédée par la tentative de passer les rênes du pouvoir à Denise Nkurunziza (juillet 2018), rencontrant des obstacles importants précisément au sein du CNDD. -FDD.

L'option reste toujours valable, mais de plus en plus difficile à mettre en œuvre. En tant que plan B, Nkurunziza a essayé de se proclamer roi, créant un royaume hutu pour remplacer l'ancienne République. Option de difficile réalisation en raison de la folie et de l'anachronisme intrinsèques de ce plan politique.

Pour Nkurunziza, il ne semble pas exister d'autre solution qu'un quatrième mandat présidentiel. Pour le moment, le dictateur ne décide pas de ne pas désavouer ouvertement les promesses faites en 2018, mais il agit dans les coulisses pour faire passer sa candidature aux élections en tant que volonté populaire. Il a créè un mouvement de fidèles (même parmi les miliciens Imbonerakure) qui mènent une véritable campagne pour demander au "président" de se présenter aux élections.

Les trois centres de pouvoir du CNDD

Le CNDD-FDD semble être un parti monolithique sous le contrôle de Nkurunziza. En réalité, c'est un parti divisé entre trois courants opposés. Le premier est contrôlé par la Famille Nkurunziza, le second par le chef des forces armées, le général Prime Niyongabo, et le troisième par le ministre de la Sécurité et de la Police nationale, Alain-Guillaaume Bunyoni. Ce sont trois véritables centres de pouvoir en concurrence les uns avec les autres. Chacun prend soin de ses propres intérêts et n'hésite pas à commettre des atrocités inouïes sur la population pour affirmer son contrôle et sa domination.

Bunyoni a remplacé le général Adolphe Nshimirimana, tué en août 2015 par Nkurunziza. Aucun bon sang ne coule entre Bunyoni et Nkurunziza, mais les deux ont atteint un rapport de forces qui ne leur permet pas de s'imposer l'un l'autre. Afin de ne pas finir comme Nshimirimana, Bunyoni s'est associé au groupe terroriste rwandais, les FDLR. Astucieux et féroce, Bunyoni semble attendre le bon moment pour se débarrasser de son rival et vice versa.

Le général Niyongabo a toujours été contre l'alliance recherchée par Nkurunziza et les FDLR, qu'il considérait comme une véritable ingérence étrangère dans les affaires intérieures du Burundi. Après avoir échappé à une attaque en septembre 2015 (peut-être organisée par Nkurunziza lui-même), Niyongabo a adopté une politique prudente, évitant les conflits ouverts avec le dictateur et les FDLR. Il se concentre sur le renforcement des départements de l'armée qui lui sont loyaux et opposés à l'ingérence des terroristes rwandais, dans l'attente du moment le plus propice. Niyongabo est également en conflit avec Bunyoni, ce qui a provoqué l'alliance avec les FDLR de ce dernier.

La faction modérée du CNDD

Il existe une quatrième faction au sein du parti unique: celle des modérés. Isolé et minoritaire, ce courant est en train de renaître de façon paradoxale grâce aux époux Nkurunziza qui ont l’intention de s’en servir pour tenter de briser l’isolement international. "La faction modérée est composée de dirigeants politiques et de généraux opposés à la violence de Niyongabo et de Bunyoni. Pierre Nkurunziza les a contactés afin d'ouvrir un dialogue avec une partie de l'opposition en exil. Plus précisément, la plate-forme politique du CNARED ", explique l'une de nos sources, pour des raisons évidentes couvertes par l'anonymat.

La faction modérée aurait reçu mandat de Nkurunziza de contacter le CNARED à Nairobi du 30 août au 1er septembre 2019. Ces premiers contacts ont abouti à une réunion entre Pierre Nkurunziza et le secrétaire exécutif du CNARED, Anicent Niyounkuru, qui s'est déroulée le samedi 12 octobre. à Bujumbura. Le gouvernement n'a pas confirmé cette réunion, mais les informations divulguées font état d'une tentative d'accord entre Nkurunziza et le CNARED pour lutter contre les forces les plus extrémistes du CNDD-FDD. La réunion a été vivement critiquée par d'autres formations de l'opposition burundaise en exil.

La faction modérée du CNDD-FDD tente de mettre fin à la faillite du Burundi par une série d'ouvertures destinées à la communauté internationale afin qu'elle puisse reprendre une aide économique capable d'éviter un effondrement total et définitif.

FDLR: Alliés ou maîtres inconfortables?

Les différentes factions du CNDD-FDD ne sont pas les seules forces sur le terrain. Un poids décisif est celui de l'organisation terroriste rwandaise FLDR (Forces Démocratiques de Libération du Rwanda). Engagés par Nkurunziza, en 2014, pour former militairement l'aile jeunesse du parti (les Imbonerakure), en 2015, les miliciens des FDLR ont été employés comme forces mercenaires pour défendre la famille Nkurunziza.

L'alliance politique Nkurunziza-FDLR a connu d'étranges changements qui ont permis au groupe terroriste d'assumer un rôle décisif dans la vie politique du pays. Un rôle qui pourrait être beaucoup plus important que ce qui apparaît. La présence des FDLR au Burundi soulève la grave question de savoir qui commande vraiment dans le pays.

Les FDLR ont infiltré l'armée et la police. Ils exercent une forte influence sur Bunyoni et ont pris le contrôle de l'aile jeunesse Imbonerakure, devenue une véritable milice de plus en plus dangereuse et autonome par rapport au CNDD-FDD et à Nkurunziza. Les FDLR ont même infiltré la garde de sécurité présidentielle du dictateur.

La présence inconfortable des FDLR a augmenté ces derniers mois en raison de la volonté du président congolais Felix Tshisekedi de les déloger de l'est du Congo. Divers départements des FDLR en poste au Congo se déplacent vers le Burundi, occupant discrètement la forêt de Kibira, près de la frontière rwandaise. Les bases militaires créées servent de point de départ aux raids et aux tentatives d’invasion du Rwanda. En septembre, l'état-major des FDLR a été transféré de Goma (capitale de la province, Nord-Kivu, Congo) au Burundi.

Selon des sources fiables, les relations entre Nkurunziza et les FDLR se détériorent. Cela aurait brisé la confiance mutuelle. Les FDLR soupçonnent Nkurunziza de conclure des accords secrets au niveau régional pour se débarrasser de leur présence gênante en échange d'une légitimation de son pouvoir sur le Burundi.

Pour le moment, aucune réaction n’a été enregistrée par les FDLR, mais il est certain que si Nkurunziza avait l’intention de se débarrasser de ces alliés, l’entreprise serait difficile à réaliser car le groupe terroriste rwandais exerce une forte influence au sein de l’appareil de défense burundais. au contrôle des Imbonerakure et à l'alliance avec le général Bunyoni.

Agathon Rwasa

Agathon Rwasa est un extrémiste dangereux, le HutuPower, et un opportuniste politique avisé. Chef du mouvement rebelle des Forces nationales de libération hutu, les Forces de Libération Nationales (FNL), il a participé à la guerre civile burundaise (1993-2004) contre le gouvernement de Pierre Buyoya. Les FNL étaient une guerre de guérilla de moindre poids que celle du CNDD-FDD de Pierre Nkurunziza, mais avec un programme politique plus extrémiste.

En 2002, les FNL se sont scindés en deux factions. Le premier dirigé par Rwasa et le second par le colonel Cossan Kabura. Inséré dans la liste des organisations terroristes internationales pendant les années de guerre civile, le FNL de Rwasa n'a pas scrupule à massacrer des milliers de Tutsis et à recourir largement aux enfants soldats. Il était également responsable du massacre des réfugiés congolais Banyamulenge, survenu en 2005 à Gatumba, une ville frontalière proche de Bujumbura.

Les deux factions du FNL étaient les deux seules guérillas à ne pas reconnaître les accords de paix d'Arusha, poursuivant la guerre contre le gouvernement provisoire hutu de Domitien Ndayizeye, puis contre le gouvernement de Pierre Nkurunziza.

Alors que le colonel Kabura n'a signé aucun accord de paix et continue de combattre le gouvernement Nkurunziza à partir de ses bases du Sud-Kivu, la faction Rwasa a signé la paix en 2006 et est devenue un parti politique en 2008. En 2010, Rwasa il essaie de se présenter comme candidat à l'élection présidentielle, mais Nkurunziza l'entrave et le force à se cacher.

En 2015, Rwasa accepte une alliance avec le régime du CNDD-FDD et devient le porte-parole adjoint du Parlement. En 2018, il a été nommé vice-président de l'Assemblée nationale. La difficile cohabitation entre Rwasa et Nkurunziza prend fin en février 2019, lorsque Rwasa établit le Congrès National pour la Liberté (CNL), le Congrès national pour la liberté, dans le but de s'affirmer comme le parti hutu prédominant tout en continuant à occuper son poste. l'Assemblée nationale.

La politique extrémiste de HutuPower semble avoir été abandonnée pour laisser la place à une politique modérée, qui peut être acceptée par la communauté internationale. En raison de la double nature complexe de Rwasa, personne ne peut être sûr d'avoir réellement abandonné l'idéologie de la mort de HutuPower.

Rwasa ne cache pas sa volonté de se présenter aux élections présidentielles de 2020. Son parti acquiert une grande influence parmi les masses hutu aux dépens du CNDD-FDD. Pour cette raison, depuis avril 2019, Nkurunziza a ordonné une campagne de terreur, tuant de nombreux cadres du parti et des militants de la CNL

Dans une interview exclusive publiée par l'hebdomadaire en ligne "Infos Grands Lacs", Rwasa indique que l'objectif ultime de la CNL est de prendre le pouvoir au Burundi. Un véritable défi contre son rival historique Pierre Nkurunziza. Selon certaines sources, Rwasa entrerait en contact avec le Rwanda et l'ancien président tutsi burundais, Pierre Buyoya, afin de former une coalition politique capable de remplacer le régime du CNDD-FDD, après une éventuelle intervention militaire extérieure.

Le mouvement patriotique humaniste: la nouvelle formation burundaise HutuPower

Pour compliquer l'archipel coloré et conflictuel des forces hutu burundaises, il existe un nouveau parti, le Mouvement des Patriotes Humains (MPH), fondé par Paul-Casimir Nicayenzi (président nommé de la nouvelle formation politique) et d'autres anciens membres du FNL de Rwasa, y compris Methusselah Nikombaye, connu sous le nom de Pastore Habimana, ancien porte-parole des FNL expulsé de Rwasa en octobre 2009 et créateur du massacre de Gatumba.

Le MPH fait référence à l'idéologie du mouvement HutuPower PALIPEHUTU (Parti de Libération du Peuple Hutu), qui revendiquait la prise du pouvoir par la majorité hutu par l'extermination de la minorité tutsie. Le FNL d'Agathon Rwasa est né du PALIPEHUTU. Le MPH a été accrédité par le ministère de l'Intérieur le 19 septembre 2019 et a lancé ses activités politiques le 28 septembre 2019. Le MPH a pour objectif de recueillir les suffrages de tous les extrémistes hutus insatisfaits du CNDD-FDD et d'Agathon Rwasa, accusés d'avoir trahi la cause HutuPower, atteignant des positions modérées ayant conduit à la naissance du CNL.

Selon certains observateurs régionaux, la nouvelle formation politique pourrait bénéficier d'un financement caché visant à acheter le consensus populaire aux dépens des deux partis hutu, le CNDD-FDD et le CNL. Cependant, il existe des divergences fondamentales concernant les parrains et marraines du MPH. Certains prétendent que le nouveau parti extrémiste hutu serait une création des terroristes FDLR rwandais pour créer un contre-pouvoir à Nkurunziza. D'autres soutiennent que le MPH n'est rien de plus qu'une invention du dictateur visant à affaiblir le parti d'Agathon Rwasa.

Où mènera ce conflit des forces hutu?

Un an après les élections présidentielles, nous assistons au Burundi à une escalade dangereuse des forces extrémistes HutuPower en concurrence les unes avec les autres. Cette compétition pour le pouvoir absolu pourrait déclencher une guerre civile entre les Hutus et accroître le risque de génocide.

Il est prématuré d'essayer des pronostics sur l'évolution politique chaotique au Burundi. Ce qui est certain, c’est que tant que ces dynamiques de pouvoir ne seront pas résolues, il sera impossible de jeter les bases d’un dialogue constructif avec l’opposition politique et la société civile exilée. Les divisions des forces hutu-burundaises et rwandaises ont été à l'origine de l'échec de la tentative de médiation pour la paix et la réconciliation menée par l'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa.

Le conflit de pouvoir qui a éclaté entre les forces HutuPower menace d’exacerber le climat racial qui s’est instauré dans le pays. À l'exception du CNL d'Agathon Rwasa (qui a peut-être choisi un discours politique modéré), toutes les autres forces sur le terrain, y compris les terroristes rwandais, les FDLR, tentent de l'emporter sur une radicalisation de l'idéologie HutuPower, pour montrer qu'elles sont les véritables détenteurs de l'idéologie de la suprématie raciale qui a entraîné la mort d'un million de personnes au Rwanda en 1994.

Une tendance à la radicalisation raciale qui effraie les masses Hutu burundaises elles-mêmes, comme en témoignent les plaintes de la population des collines de Kididiri, municipalité de Busoni, dans la province de Kirundo, contre les dirigeants locaux du parti CNDD-FDD. "Nous sommes émerveillés par les discours de haine raciale prononcés par les responsables du CNDD-FDD, ainsi que par les actes d'intimidation dirigés contre des membres et militants du CNL et contre tous ceux qui refusent de voter sur le CNDD-FDD. D'après leurs discours, il est clair qu'ils ont l'intention de nous massacrer ". Ce sont les témoignages d’agriculteurs hutu réunis par la «Radio Populaire Africaine» qui, depuis l’incendie du siège de Bujumbura en 2015, est en exil de Belgique

Preuve du chaos qui règne dans le pays, nous assistons depuis un mois à un exode des dimensions bibliques des populations rurales du district de Gitega, où se dresse la nouvelle capitale du Burundi construite par Nkurunziza. Des centaines d'agriculteurs s'installent dans d'autres régions du pays ou à l'étranger pour échapper à la pauvreté et au risque de mourir de faim. La nouvelle capitale risque de devenir une ville fantôme.

Depuis septembre, Pierre Nkurunziza a commencé à se cacher à l'intérieur du pays, entre Gitega et Ngozi, par mesure de sécurité préventive. La semaine dernière, il a pris possession du palais présidentiel à Gasenyi, au nord-ouest de Bujumbura. Un travail pharaonique réalisé par des entreprises de construction chinois coûtant des millions de dollars. Pour des raisons de sécurité, le dictateur a délogé les commerçants et les résidents locaux, mettant des dizaines de familles dans les rues pour accroître la pauvreté à Bujumbura.

La folie du roi prêtre n'a pas de limites. Il essaie maintenant de réunir les fonds nécessaires à la réalisation d’un centre de conférence régional qui devrait se trouver dans l’ancienne capitale de Bujumbura. Un autre travail pharaonique et inutile. Des rumeurs circulent selon lesquelles des entrepreneurs italiens seraient impliqués, déjà soupçonnés de blanchiment d'argent du circuit de la mafia dans d'autres infrastructures construites à Bujumbura au cours des dernières décennies.

© Riproduzione riservata

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: