Burundi. Les plans d'un génocide machiavélique

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Ott 25

Burundi. Les plans d'un génocide machiavélique

Depuis le début de la crise politique au Burundi, en avril 2015, la question s'est posée de savoir si la politique d'hégémonie raciales construite par le dictateur Pierre Nkurunziza et son alliance avec les terroristes rwandais des FDLR prévoyaient la possibilité de déclencher un génocide contre la minorité tutsie. Shannon Ebrahim, journaliste sud-africaine et consultante politique, a récemment publié une analyse dans laquelle elle estime non seulement que ce risque est possible, mais également que le génocide est en cours depuis quelque temps

di Fulvio Beltrami

burundi, cndd-fdd, pierre nkurunziza, fdlr, genocidio

Fulvio Beltrami 25 octobre 2019 "La verite' est revolutionaire"

Le CNDD-FDD et son chef, Pierre Nkurunziza, ont toujours défendu l'idéologie raciale du HutuPower plus pour un opportunisme politique que pour une conviction idéologique. Comme ce fut le cas en 1994 au Rwanda avec l'aile extrémiste hutu du régime Juvenal Habyarimana (clan Ikazu), le CNDD-FDD utilise également la suprématie raciale, destinée à venger les masses hutues sur de prétendues dictatures tutsies, à la manière d'un miroir d'alouette a offrir aux masses paysannes semi-analphabètes hutu.

Le HutuPower est utilisé pour dissimuler les intérêts économiques de la classe dirigeante préjudiciables à la population. Les Hutus ne doivent pas comprendre que leurs représentants au gouvernement pillent littéralement ce qui reste des ressources économiques et naturelles du Burundi. En conséquence, on leur propose un bouc émissaire (les Tutsis) et une alternative de vengeance historique (la suprématie politique, économique et culturelle des Hutu).

Le risque de génocide a toujours été constant depuis le début de la crise politique, en avril 2015. En novembre 2015, le parti avait tenté de lancer l'appel de Kora Kora (signal de nettoyage ethnique contre les Tutsis). À l'époque, il n'était pas possible de comprendre si Nkurunziza et les dirigeants politiques militaires du CNDD-FDD avaient développé la véritable intention de déclencher le génocide ou si l'appel de Kora Kora n'était qu'un test pour tester les réactions de la population.

À tous égards, ce sont précisément les réactions populaires qui ont rendu le projet vain, quel que soit l'objectif visé. L'appel de Kora Kora n'a pas été recueilli par la population. Les différents massacres perpétrés contre des opposants et des citoyens d'origine ethnique tutsie ont été perpétrés par la police, des milices Imbonerakure et des terroristes rwandais des FDLR. La majorité des Hutus ont toujours désapprouvé le nettoyage ethnique et n’y ont pas participé.

Le manque d'enthousiasme des Hutus burundais pour déclencher un génocide trouve son origine dans la désillusion populaire face à la rhétorique HutuPower, alors que le régime tente toujours de proposer cette lecture idéologique de la situation politique actuelle dans le pays. Il suffit de penser que la majorité des participants aux manifestations populaires de 2015 étaient des Hutus. La tentative de coup d'État manquée de mai 2015 a été conçue par le général Hutu: Godefroid Niyombare

 Le fossé entre les masses hutu et le régime de Nkurunziza a atteint le point de non retour lorsque cette crise politique est devenue une crise économique. Le régime, isolé sur le plan international malgré les alliances avec la Russie, la Chine, l’Égypte, la Tanzanie et l’Ouganda, ne dispose que des fonds nécessaires pour survivre. Il a littéralement sacrifié les masses populaires que le CNDD-FDD prétendait représenter et pour lesquelles il s'était battu plus de 10 fois contre des régimes "dictatoriaux" tutsis afin de garantir la démocratie et le progrès.

Pour les masses rurales hutu, ces 4 dernières années sont un cauchemar. Les habitants des campagnes ont été réduits à manger des racines. Le détachement et la dissolution du CNDD-FDD et de Pierre Nkurunziza sont également remarquables parmi les masses hutu en milieu rural. Citoyens pauvres et semi-analphabètes, donc proies faciles de manipulations idéologiques. Depuis novembre 2015 et grâce au travail de certains intellectuels révisionnistes européens, le risque de génocide a été minimisé ou nié, de même que la présence de terroristes des FDLR, qui jouent désormais un rôle clé dans la situation au Burundi.

À la place du génocide, on a parlé de violence politique. Une version qui, pendant des années, a également été utile aux diplomates occidentaux, aux Nations Unies et à l'Union Africaine pour des raisons évidentes. Confirmer le risque de génocide signifie l’obligation de prendre des décisions fermes pour l’empêcher. Ce n'est que depuis janvier 2019 que les Nations Unies parlent ouvertement de ce risque dans le pays alors que l'Union européenne, les États-Unis et l'Union Africaine préfèrent toujours ne pas parler ouvertement de la possibilité fatale, malgré leurs analyses internes.

Shannon Ebrahim, journaliste sud-africaine spécialisée dans la politique pour Al Jazeera et d'autres médias concernés, ancienne directrice des relations internationales de la présidence sud-africaine et coordinatrice des politiques du gouvernement de Pretoria, a présenté une analyse intéressante sur le risque de génocide au Burundi il y a quelques jours. Shannon affirme que le génocide est en cours depuis au moins 2016, sinon depuis 2015, mais sous une forme subtile et discrète. Un génocide perpétré grâce à la communauté internationale qui voulait pas garder un œil sur ce qui se passe réellement dans ce petit pays africain et sur l’absence de médias indépendants au Burundi, systématiquement réprimés par le dictateur Nkurunziza.

"Il y a trois ans, j'ai interviewé un ministre burundais. Il m'a confié que les Hutus au pouvoir auraient liquidé la population tutsie non pas comme au Rwanda en 1994 par des massacres massifs mais lentement et silencieusement pendant une longue période », révèle le journaliste sud-africain.

"Les dirigeants burundais veulent empêcher les plans génocidaires de devenir un domaine public et un objet d'intérêt des médias internationaux. Cela obligerait l'Union africaine à faire une intervention militaire pour mettre fin aux atrocités en cours. Le régime de Pierre Nkurunziza gagne du temps pour mettre pleinement en œuvre ce jeu machiavélique alors que les dirigeants africains restent les bras croisés malgré le fait qu'ils parlent constamment de solutions africaines aux problèmes africains. "

 La journaliste est très critique envers son gouvernement. "L'Afrique du Sud semble avoir adopté une approche non interventionniste au Burundi, confiant la résolution du conflit à la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE). Malheureusement, la CAE s'est révélée incapable de faire pression sur Nkurunziza. Six sommets de la CAE sur la crise politique burundaise n'ont donné aucun résultat. Pas même les médiateurs: le président ougandais Yoweri Museveni et l'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa ont tenté de persuader Nkurunziza, mais il a refusé de participer à un véritable dialogue politique avec l'opposition.

Nkurunziza a manqué le processus de paix en traitant les médiateurs comme des imbéciles. Mkapa était tellement exaspéré par le manque de collaboration de Nkurunziza et l'inaction des dirigeants régionaux, qui ont démissionné de son poste en février dernier. "

Shannon souligne que les tensions entre l'Ouganda et le Rwanda affectent les négociations de paix au Burundi, rendant la solution régionale plus difficile à atteindre. "Le seul bien placé est Mkapa qui a joué un rôle décisif dans la rédaction des accords de paix d'Arusha en 2000 aux côtés de Nelson Mandela et Julius Nyerere. Mkapa disposait de la mémoire institutionnelle et de l'engagement politique nécessaire pour mener à bien le processus. Mais la résolution des conflits n’est possible que si les principaux protagonistes sont disposés à s’asseoir à la table des négociations. Nkurunziza à refuser de rencontrer ses adversaires. Il pense qu'il détient toutes les cartes du jeu dangereux qu'il mène sans être motivé à faire des compromis. Il essaie de consolider le pouvoir des Hutus ».

L’expert sud-africain s’accorde bien avec la milice paramilitaire Imbonerakure l’accusant d’avoir commis des atrocités de masse avec la police et les services secrets. "Nkurunziza, son entourage et les Imbonerakure sont responsables des crimes les plus graves: exécutions sommaires, arrestations et détentions arbitraires, actes de torture, violences sexuelles et disparitions forcées. Le rapport de la Commission des Nations Unies de 2018 confirme l'existence de fosses communes dans certaines régions du pays, ainsi que de listes de civils et de membres des forces armées destinés à être tués. »

Shannon soulève le doute sur un "génocide rampant". Doute déjà exposé par un autre observateur avant elle. "Les violences commises en 2015 sont devenues plus discrètes fin 2016. Depuis lors, de graves violations des droits de l'homme ont été secrètement commises sur ce que l'on appelle des" sites noirs ". Le rapport de l'ONU confirme l'existence de nombreux lieux secrets. de détention, torture, meurtre. Reportage d'actualité confirmé par les observateurs des droits de l'homme, reportages des médias (BBC) et témoignages d'anciens membres d'Imbonerakure.

Pour mieux mettre en œuvre son plan, Nkurunziza remplace progressivement les généraux tutsis qui prennent leur retraite avec ses loyalistes. Une tactique obligatoire car l'assassinat de l'un de ces anciens généraux déclencherait un tollé, car ils sont aimés de la population et de l'armée.

Shannon analyse l'incapacité de la Communauté de l'Afrique de l'Est à proposer une solution et la capacité de Nkurunziza à mettre fin à la menace de l'Union africaine d'envoyer une force de protection africaine de 5 000 hommes. Ce succès nous a permis de renforcer le règne de la terreur en toute impunité. En conclusion, l'auteur de l'analyse affirme que le génocide est déjà en cours, discret mais efficace. Un génocide dont nous ne connaîtrons l’étendue que lorsque la libération aura eu lieu.

Lectures recommandées

Un jeu machiavélique gagné: Le régime de Pierre Nkurunziza continue de perfectionner son plan de génocide loin du regard du monde - Shannon Ebrahim – 22 ottobre 2019 - Burundi Daily Net. https://www.burundidaily.net/single-post/2019/10/22/Un-jeu-machiav%C3%A9lique-gagn%C3%A9-Le-r%C3%A9gime-de-Pierre-Nkurunziza-continue-de-perfectionner-son-plan-de-g%C3%A9nocide-loin-du-regard-du-monde

Burundi: Kora Kora. Prove generali del genocidio – L’Indro – 5 novembre 2015 –

https://www.lindro.it/burundi-kora-kora-prove-generali-del-genocidio/

I media, la retorica del genocidio ed i profeti dello scontro etnico in Burundi – Frontiere – 22 novembre 2015

https://frontierenews.it/2015/11/i-media-la-retorica-del-genocidio-ed-i-profeti-dello-scontro-etnico-in-burundi/

Burundi: la calma del terrore prima del genocidio – L’Indro – settembre 2019

https://www.lindro.it/burundi-la-calma-del-terrore-prima-del-genocidio/

© Riproduzione riservata

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: