Burundi: le régime de Pierre Nkurunziza en ruine

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Nov 23

Burundi: le régime de Pierre Nkurunziza en ruine

Après la défaite militaire de Murara, les contradictions internes du régime font surface dans tous leurs drames Révélations sur la guerre secrète du Rwanda au Congo

di Fulvio Beltrami

burundi, cndd-fdd, imbonerakure, fdlr, hutupower, fnl, forebu, red tabara, pierre nkurunziza, denise nkurunziza, prime niyongabo, alain-guillaaume bunyoni, cnared, anicent niyounkuru, agathon rwasa

Fulvio Beltrami 23/11/2019

Le Royaume mono ethnique Urundi (ancien nom du Burundi) béni par Dieu et dirigé par le pasteur-roi de l'Église de Rochet, Pierre Nkurunziza et sa prêtresse Denise Bucumi Nkurunziza, risque de ne pas se réaliser. La tristement célèbre aventure du Seigneur de la guerre, lancée en 1993, semble sur le point d'aboutir à une fin tragique, laissant en hérédité: pauvreté absolue, dégradation sociale, effondrement économique et une suite infinie de morts dont les premières victimes (en milliers) sont avant la crise politique d'avril 2015.

Beaucoup de personnes qui ont profité des fruits de ce régime insensé risquent d'être entraînées par le couple royal, y compris des acteurs européens bien connus vivant dans le petit pays africani ou en Europe qui, inexplicablement, ont adopté l'idéologie raciale et nazie à la sauce africaine.

Avant le 22 octobre (bataille de Bubanza), tous les signes d'involution du régime existaient: économie zéro, conflit croissant entre les différentes factions HutuPower au sein du CNDD-FDD, alternative politique offerte par le Conseil National de Libération - CNL d'Agathon Rwasa, guerre froide avec le Rwanda et maintenant avec le Congo, sanctions économiques, enquête judiciaire sur le crimes contre l’humanité conduite par la CPI, isolement diplomatique. La lutte de libération lancée par l'armée républicaine du Burundi a accéléré la fin dramatique qui est déjà esquissée depuis des mois.

Après la défaite militaire de Murara, les contradictions internes du régime font surface dans tous leurs drames. Le lieutenant-général Prime Niyongabo, chef d'état-major, et le général Alain-Guillaume Bunyoni, chef de la police nationale, sont maintenant sous les yeux du chef de guerre Nkurunziza. Ils sont sur le point d'être renvoyés. Niyongabo est un militaire corrompu et incompétent, auteur de la trahison au dernière minute perpétrée contre le général Godefroid Niyombare (commandant de la FOREBU) lors de la tentative de coup d'État de mai 2015. Bunyoni, un opportuniste astucieux qui a tiré parti de l'assassinat politique du général. Adolphe Nshimirimana devient le numéro deux du régime. Les deux sont soutenus par les terroristes FDLR. Bunyoni en tant que partenaire, Niyongabo en tant que simple pion facilement manipulable.

Les deux généraux sont maintenant aux prises avec Nkurunziza. Ils devaient être remplacés il y a un mois. Seule l'offensive inattendue de l'Armée Républicaine du Burundi - ARB (RED Tabara, FOREBU) a empêché le chef de guerre de les remplacer, craignant un coup d'État au sein du CNDD-FDD. Le désaccord entre les trois camarades de la guerre civile du 993 concerne la succession de Nkurunziza. Niyongabo et Bunyoni se sont résolument opposés à la candidature de Denise Nkurunziza à la présidence, ainsi qu'à la tentative de former un gouvernement d'union nationale avec la plate-forme politique d'opposition corrompue et opportuniste du CNARED.

Les deux généraux antagonistes pensent que Nkurunziza devrait laisser l'héritage à ceux qui ont combattu dans la forêt de 1993 à 2004 contre le gouvernement de l'ancien président Pierre Buyoya. S'il n'y avait pas eu l'offensive des rebelles RED Tabara et FORBU, les deux généraux sous la cible de Nkurunziza auraient certainement tenté un coup d'État. Plan actuellement difficile à mettre en œuvre car un changement violent au sein du régime n'empêcherait pas la libération du pays menée par la ARB avec l'appui des puissances régionales (Angola, Congo, Rwanda) et internationale (Belgique, Grande-Bretagne, États-Unis).

Nkurunziza, Niyongabo et Bunyoni ont abandonné leur résidence, changeant constamment de domicile par peur des attaques et des exécutions extrajudiciaires. Ils sont constamment sur leurs gardes, conscients que le plus grand risque ne vient pas du Rwanda mais au intérieur du régime. La guerre pour la succession au pouvoir diminue considérablement la capacité de résistance militaire à l'offensive de l'Armée Républicaine du Burundi.

On estime qu'environ 60% des forces armées (armée et police) n'ont aucune intention de défendre la patrie des "agresseurs" venus du Congo et du Rwanda. Cela ne pourrait être qu'une question de temps avant que cette résistance passive au régime ne se transforme en hostilité militaire manifeste envers l'opposition armée. Les milices Imbonerakure et les terroristes des FDLR restent fidèles au pasteur Nkurunziza. Les Imbonerakure sont formées par des sous-prolétaires burundais désespérés qui se sont trompés de pouvoir accéder au bien-être grâce à la possibilité de prendre possession des avoirs de leurs victimes tutsies et hutues. Les terroristes FDLR sont pour la plupart des jeunes chômeurs congolais qui ont adopté une idéologie de la mort étrangère à leur culture simplement pour pouvoir manger et survivre.

La population burundaise semble avoir abandonné l'attitude psychologique motivée du déni de la réalité et de l'acceptation passive du régime, utilisée comme une forme de survie. Maintenant, ils ont deux alternatives valables: le CNL d'Agathon Rwasa et l'Armée Républicaine. Il faut cependant ne pas avoir d'illusions. La fin du régime semble proche mais pas imminente. La libération du pays ne peut se concrétiser par une guerre éclair. Les tactiques d'encerclement et une campagne militaire anormale ne constituent que les seules armes de l'opposition politique et militaire burundaise pour éviter le risque toujours latent de génocide.

Parmi les tactiques utilisées, il y a la dissimulation du soutien des puissances régionales. Notamment le refus de l'armée rwandaise d'avoir participé à la récente attaque de Twinyoni et Marura, au nord-ouest du Burundi. Le lieutenant-colonel Innocent Munyengango, interrogé par Vox of America (section Kurundi et Kinyarwanda), a nié que les unités de l'armée républicaine burundaise ayant attaqué les bases militaires de Twinyoni et de Marura soient originaires du Rwanda. Il a également nié toute implication de soldats rwandais dans l'offensive de l'opposition armée burundaise contre le régime de Nkurunziza.

Le colonel Munyengango rejette les accusations portées contre son gouvernement, les qualifiant de rumeurs infondées et de délires des réseaux sociaux, en informant qu'aucune communication officielle du gouvernement burundais n'a été transmise par la voie diplomatique. "Nous sommes abusés par les accusations sans fondement du Burundi. Nous ne réagissons pas car ces accusations n’ont aucune substance ", a déclaré le ministre rwandais des Affaires étrangères, Olivier Nduhungirehe.

En fait, le gouvernement Gitega n'a pas officiellement accusé le Rwanda d'avoir attaqué le pays. Les charges ont été indirectement déplacées par onze partis de fausse opposition pro-pouvoir que ont sorti un communiqué au vitriol accusant le Rwanda d’avoir agressé le Burundi en orchestrant une attaque armée contre une position militaire burundaise à Mabayi. Communiqué diffusé jeudi soir à Bujumbura.

La participation du Rwanda aux récents événements de guerre au Burundi est un sujet très sensible. En fait, personne (encore moins le gouvernement de Gitega) a réussi à produire des preuves irréfutables de la présence de soldats rwandais au Burundi. Un autre problème est la présence d'au moins deux bataillons d'infanterie et des forces spéciales rwandaises dans l'est du Congo qui soutiennent l'armée congolaise dans ses offensives militaires contre les FDLR.

Une collaboration militaire tenue secrète par les gouvernements respectifs de Kinshasa et de Kigali, mais sujette à des fuites inévitables d'informations qui, étrangement, n'ont pas été démenties par les deux pays impliqués qui ont adopté la politique du silence. "Les militaires rwandais seraient déjà présents sur le territoire congolais avec deux bataillons de forces spéciales. Selon des sources locales, l'armée rwandaise porte des uniformes de l'armée régulière congolaise des FARDC et opère dans la région de Ruwenzori, dans le Nord-Kivu, près de la frontière ougandaise. Leurs objectifs sont les terroristes FDLR et le RNC (Conseil national du Rwanda) dirigé par l’opposant rwandais, le général Kayumba Nyamwasa. Ces opposants au président Kagame sont des Tutsis, mais dans l'est du Congo, ils sont alliés aux Hutus des FDLR et bénéficient du soutien de l'Ouganda ", explique la journaliste Colette Braeckman, experte dans la région des Grands Lacs, sur le blog consacré à l'Afrique," Le carnet de Colette Braeckman 'du journal belge Le Soir.

Contrairement à la prétendue participation de soldats rwandais à la guerre de libération au Burundi, il existe plusieurs preuves de leur présence dans l'est du Congo. En août dernier, les milices des FDLR ont présenté des preuves photographiques de la capture du lieutenant-colonel Pierre Karasira des forces spéciales rwandaises. En septembre, un hélicoptère militaire rwandais a atterri à l'hôpital militaire de Kanombe, où une douzaine de soldats blessés ont été hospitalisés pendant les combats.

La présence des troupes rwandaises dans l'est du Congo ferait partie d'une vaste opération militaire appelée "Opération Corridor Est " qui a débuté en mai dernier. L’opération est le résultat de l’alliance politico-économique entre Tshisekedi, Kagame et le président angolais Joao Lourenco. Le trois chef d’état africains ont créè un axe sans précédent entre le Congo, le Rwanda et l’Angola avec l’objective de nettoyer l’est de la RDC des différentes bandes armées, en premier lieu les FDLR.

La libération de l'est du Congo est jugée nécessaire pour stabiliser la région des Grands Lacs et pour renforcer l'émergence d'une hégémonie économique et politique régionale entre le Congo, l'Angola et le Rwanda. Un deuxième objectif aurait été associé: l'annihilation des FDLR également en territoire burundais et la démolition du régime de Pierre Nkurunziza. Ce deuxième objectif n'a jamais trouvé de confirmation officielle, même si des nombreux observateurs régionaux le considèrent comme hautement probable.

Les troupes rwandaises sont entrées dans le Congo le 30 mai 2019 à 1 h 30 du matin en franchissant la frontière congolaise de la ville de Manda, près de Kamanyola, dans le Sud-Kivu. En plus de la région de Ruwenzori, indiquée par Braeckman comme étant le principal théâtre d'opérations militaires, des soldats rwandais combattent les FDRL et le Conseil National Rwandais (groupe d'opposition armé tutsi) dans la province du Sud-Kivu.

Les opérations sont directement coordonnées par le général James Kabarebe. Une figure légendaire parmi les meilleurs officiers que possède le Rwanda. Sa carrière a débuté au cours de la première guerre panafricaine au Congo (1996-1997), parallèlement à la rébellion de l'Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo par Laurent Desire Kabila (père de Joseph Kabila) qui a brisé le régime de trente ans du sergent Mobutu Sese Seko, avec le soutien des armées angolaise, burundaise, éthiopienne, rwandaise et ougandaise.

Au cours de la deuxième guerre panafricaine au Congo (1998-2004), James Kabarebe a coordonné les troupes d'occupation rwandaises dans l'est du Congo, luttant contre Désiré Kabila, puis contre son fils Joseph. Le Rwanda était soutenu par le Burundi et l’Ouganda, tandis que la famille Kabila pouvait compter sur le soutien d’Angola et du Zimbabwe. Kabarebe a également joué un rôle de soutien dans les rébellions tutsies au Congo de Laurent Nkunda (2009) et du Mouvement du 23 Mars - M23 en 2012. Après avoir été ministre de la Défense, Kabarebe est devenu conseiller de la présidence pour la sécurité nationale jusqu’au 19 octobre 2018. La coordination entre le contingent rwandais dirigé par le général Kabarebe et les forces armées congolaises a été confiée au major général Jonas Luize Padiri, soupçonné ces dernières années de collaborer avec le gouvernement de Kigali contre l'ancien président Joseph. Kabila.

Depuis sept mois, une guerre non déclarée a lieu dans les provinces orientales du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, impliquant directement les FDLR, les RNC, des groupes d'autodéfense congolais appelés Mayi Mayi, les armées congolaise et rwandaise. Même des unités loyalistes au Nkurunziza de l’armée burundaise, entourés des FDLR et de la milice Imbonerakure, ont été impliqués dans les affrontements jusqu'en octobre dernier. La participation du Burundi visait à maintenir la confrontation avec le Rwanda au-delà des frontières burundaises. L'objectif a échoué depuis l'invasion du RED Tabara et FOREBU a débuté le 22 octobre 2019 avec la bataille de Bubanza. Aujourd'hui, les troupes loyalistes et la milice Imbonerakure opérant dans le Sud-Kivu sont rappelées à la maison pour défendre le régime.

Avant d'entrer au Burundi, le RED Tabara et le FOREBU étaient engagés dans des affrontements sanglants contre les FDLR, les forces loyalistes burundaises et les Imbonerakure de juin à septembre 2019. Les opérations des deux groupes rebelles burundais au Congo (désormais intégrées à l'Armée Républicaine du Burundi -ARB) ont été directement coordonnés par Alexis Sinduhije, chef de l'opposition burundaise et ami proche de Paul Kagame, Bill Clinton, Barak Obama et par le général Godefroid Niyombare, auteur du coup d'État manqué contre Nkurunziza en mai 2015.

Maintenant, Sinduhije et Niyombare coordonnent la guerre de libération du Burundi. Derrière les deux scènes de cette crise politique burundaise complexe et intrigante il y a des personnage très connus: l'ancien président Pierre Buyoya, qui occupe actuellement le poste de directeur politique des différentes missions de paix à Cad, en République centrafricaine, en Mauritanie auprès de l'Union Africaine et Agathon. Rwasa, ancien dirigeant du groupe armée HutuPower Forces des Libération Nationale - FNL et actuel dirigeant du parti hutu modere Conseil de Libération Nationale.

Les quatre dirigeants politiques et militaires (Sinduhije, Niyombare, Buyoya et Rwasa) joueront un rôle fondamental après la possible chute du régime de Nkurunziza. Le général (hutu) Godefroid Niyombare pourrait être appelé à devenir le président par intérim du gouvernement de transition chargé de stabiliser le Burundi, de réorganiser les forces armées, de relancer l'économie et, surtout, de créer les conditions nécessaires à la tenue d'élections démocratiques et libres prévues à 2021 ou 2022. Élections dans les quelles Agathon Rwasa a de grandes chances de remporter une victoire écrasante en tant que chef des masses hutu devenant le prochain président de la République. Pour contrebalancer son pouvoir, un vice-président tutsi pourrait être nommé et l'armée républicaine burundaise pourrait jouer le rôle de garant politique de la stabilité du pays. Alexis Sinduhjie et Pierre Buyoya, les deux Deux Machina du piano, restent dans les coulisses.

Les Banyamulenge tutsi congolais du plateau de Mulenge, au Sud-Kivu, ont également été impliqués dans cette guerre secrète rwandaise au Congo. Deux groupes armés Banyamulenge se sont alignés aux côtés du Conseil National Rwandais les FDLR et les Imbonerakure depuis la mi-mai. Les milices d'autodéfense sous le commandement du général Gumino et l'UFIDC (Union des Forces d'Innovation pour la Démocratie Congolaise) sous le commandement d'Alexis Byicaza.

La participation des Banyamulenge à la guerre à l'est du Congo est due au ressentiment de ce groupe ethnique contre le président Paul Kagame, accusé de les avoir exploités pendant la première et de la deuxième guerre panafricaine au Congo, puis de les avoir abandonnés à la colère et à la persécution du régime de Joseph. Kabila. Les combats les plus intenses se déroulent dans les villes d'Irumba, Kaseke et Minembwe, au Sud-Kivu. Tous les territoires Banyamulenge.

Les milices Gumino et Byicaza subissent une série de lourdes défaites militaires infligées par les armées congolaises et rwandaises. Human Rights Watch signale des preuves de massacres de civils Banyamulenge perpétrés par les forces armées congolaises et rwandaises afin de briser la résistance de ce groupe ethnique.

Le dernier signe révélateur de la volonté de la communauté internationale de s'orienter vers un changement de régime radical au Burundi est la déclaration officielle du président Donald Trump lors du congrès du 19 novembre. Selon le président américain, la situation au Burundi "est caractérisée par des meurtres et d'autres violences, l'incitation à la haine ethnique, la répression politique. Tous les indicateurs d’une menace pour la paix, la sécurité et la stabilité régionale ". Donald Trump a autorisé le renouvellement des sanctions économiques établies par son prédécesseur, Barak Obama, trois mois après leur expiration. Il est question d'instructeurs militaires américains en faveur de la rébellion burundaise.

La corde commence à se resserrer autour du cou de Nkurunziza et de ses alliés des FDLR, mais ce serait une erreur de décréter la défaite totale du régime maintenant. Les forces du HutuPower sont déterminées à résister jusqu'à ce que les derniers plans d'hommes et d'extermination déjà étudiés soient sur le point d'être mis en pratique. Des sources sûres nous informent d’un plan d’exterminations de tous les membres du parti hutu d'Agathon Rwasa dans la municipalité de Mutimbuzi, province de Bujumbura.

Le plan a été organisé par le dirigeant local du parti au pouvoir, le CNDD-FDD, en collaboration avec les Imbonerakure et les FDLR et avec l'approbation complète du régime. Le progrom de Mutimbuzi constituerait la preuve générale du génocide dirigé contre les Tutsis burundais et les Hutus modérés. Pour éviter ce scénario dramatique, l'armée républicaine burundaise a adopté une tactique militaire anormale visant à vaincre les forces HutuPower en empêchant l'holocauste. La population burundaise est sous le choc. Tous vivent dans la terreur et la peur, en particulier les habitants de Bujumbura.

Dans une tentative désespérée d'empêcher les médias indépendants de faire le point sur ce qui se passe au Burundi, le secrétaire permanent du ministère des Affaires étrangères, Isidore Ntirampeba, a publié des directives répressives à l'encontre des journalistes burundais et étrangers. "Le gouvernement burundais n'acceptera ni ne tolérera aucun média ayant l'intention d'abuser de la liberté d'expression dans le but de nuire à la sécurité publique", a déclaré Ntirampeba. Les médias burundais ont été détruits en 2015. Entre 2018 et 2019, les bureaux de Bujumbura et Voix of America de la BBC ont été fermés. Cependant, ces mesures répressives ne permettent pas d'éviter des informations sur la crise burundaise aux niveaux régional et international.

© Riproduzione riservata

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: