Burundi: le dilemme de Nkurunziza et de ses parrains occidentaux

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Nov 15

Burundi: le dilemme de Nkurunziza et de ses parrains occidentaux

Objectif: maintenir le pouvoir. Mais ce n'est pas si facile, parmi les gouvernements occidentaux qui se mettent à l'écart des constructeurs de la paix experts de la galaxie catholique, des attaques des rebelles et des plans de maquillage irréalisables. L’option gouvernement CNDD - CNARED est pleine d’obstacles et de difficultés. La plateforme politique d'opposition, en exil en Belgique, a été affaiblie par diverses divisions

di Fulvio Beltrami

burundi, elezioni, pierre nkurunziza, fdlr, cndd-fdd, cnared

Burundi. Pierre Nkurunziza, professeur d'éducation physique et d'extrémiste politique, est passé de "seigneur de la guerre", condamné à mort pour crimes contre l'humanité et tentative de génocide, à un respectable président de la République. La haute fonction de l'État ne l'a pas vaincu avec une "guerre de brousse" (guérilla) victorieuse contre un régime dictatorial, comme ce fut le cas pour Yoweri Kaguta Museveni en Ouganda ou Paul Kagame au Rwanda. À la tête des milices HutuPower FDD, Nkurunziza a semé la terreur et massacré des civils (la grande majorité d'entre eux sont des Hutus) mais n'a jamais réussi à vaincre l'armée républicaine.

Les accords de paix d'Arusha, promus par la communauté internationale, lui ont permis d'entrer au pouvoir sans avoir gagné la guerre civile et sans avoir affronté la volonté populaire dans les urnes. Il a été élu président par les membres du Parlement, qui avaient assumé les fonctions de collège électoral le 19 août 2005 et assumé les fonctions de chef de l'État le 26 août. Les cinq premières années de son mandat sans élections lui ont permis de structurer un système oligarchique et racial prenant progressivement le contrôle du pays. Son parti, le Conseil national pour la défense de la démocratie (CNDD), est devenu un parti populaire de masse avec une présence répandue sur le terrain, non par consensus populaire, mais par peur et par peur des représailles.

Alors que les promoteurs de la paix d’Arusha étaient convaincus qu’ils pouvaient le contrôler et le manipuler (conviction également partagée par les présidents Museveni et Kagame), Nkurunziza a été renforcée et a réussi à atteindre les premières élections après le conflit (2010) avec un tel contrôle de la population basé sur le terrorisme. transformer des élections libres et transparentes en une farce factice à laquelle l’opposition n’a pas participé. Les cinq autres années du second mandat présidentiel sont passées au cours desquelles le contrôle du CNDD-FDD sur le pays est devenu définitif.

Les événements d'avril mai 2015 qui marquent le début de la crise burundaise avec de graves répercussions régionales et internationales sont la conséquence directe de son travail politique. Timide vis-à-vis des puissants de la terre et impitoyable vis-à-vis de sa population, Nkurunziza n'a pas respecté les accords de paix d'Arusha, bloquant l'alternance ethnique au pouvoir et ignorant les quotas ethniques au sein des forces armées, du gouvernement et de l'administration publique. Au cours des dix premières années, il avait infiltré ses partisans dans l'armée, la police et l'administration publique pour la majorité des extrémistes HutuPower, réprimant progressivement les espaces démocratiques, la liberté d'expression et les médias nationaux.

Cela lui avait permis de créer un empire économique pour sa famille et ses hiérarchies aux dépens du progrès national. Le Burundi de 2014 était déjà un pays soumis à une oligarchie hutu avide d'argent, qui ne se concentrait pas sur le renforcement de l'économie et des plans de développement, mais sur le vol systématique de ressources nationales rares aux dépens d'une population, déjà à l'époque. , réduit à la faim.

L'annonce de vouloir entrer dans le troisième mandat présidentiel, ignorant les accords d'Arusha de 2000 et la Constitution, était un choix obligatoire pour le chef de guerre Nkurunziza. Elle devait protéger les multiples intérêts financiers acquis grâce au contrôle forcé de diverses sociétés publiques et privées, ainsi que les terres acquises par la tromperie, la violence et la contrainte. En 2015, la popularité de Nkurunziza était à son plus bas niveau et sa défaite à des élections libres et transparentes, oui.

Cet empire économique racial et mafieux risquait d’être démantelé par un gouvernement élu démocratiquement. L'impopularité du régime a été mise en évidence par les protestations massives et multiethniques qui ont suivi sa décision d'entrer dans un troisième mandat. Des manifestations réprimées dans un bain de sang.

Les massacres de civils, l'extermination des opposants politiques, des militants des droits de l'homme et de la société civile, des journalistes et des intellectuels critiques du régime, la transformation de l'aile jeunesse du CNDD, Le Imbonerakure, en une milice paramilitaire HutuPower, l'alliance du fer avec le groupe terroriste rwandais, les FDLR, il s’agissait d’outils indispensables à la conservation de l’énergie. Fort d'une opposition décimée et affaiblie, de forces armées décimées soumises à ses intérêts, Nkurunziza a convaincu les anciens alliés politiques (Afrique du Sud, Tanzanie, France, Communauté de Sant'Egidio) de le soutenir, malgré l'exacerbation de la dictature et la violence et a réussi à acquérir de nouveaux alliés, à savoir la Chine, l’Égypte, la Russie et la Turquie.

Le même besoin vital de préserver le pouvoir pour protéger ses intérêts financiers multiples pousse le dictateur burundais à étudier la meilleure stratégie pour accéder directement ou indirectement à un quatrième mandat.

La situation actuelle est complètement différente de celle de 2015. Le pays est techniquement en faillite à cause des sanctions imposées par l'Union européenne. Les masses hutu (sa base politique) l'abandonnent, s'adressant à un autre dirigeant hutu, Agathon Rwasa. L'isolement international et la dénonciation des atrocités du régime se sont multipliés. Une enquête pour crimes contre l'humanité a été ouverte devant la Cour pénale internationale. Sur le plan militaire, Nkurunziza fait face à des forces rebelles déjà établies au Burundi, sans armée dépendant uniquement de la force du FDRL et des Imbonerakure.

Nkurunziza fait simultanément face à une guerre non déclarée contre le Rwanda, qui se déroule au Congo voisin. Une guerre nécessaire pour engager la majeure partie des forces rebelles et de l'armée rwandaise hors des frontières nationales, mais qui consomme les dernières ressources économiques disponibles. Plusieurs courants sont nés au sein de votre parti. Tous veulent avoir accès au pouvoir et, difficilement, le dictateur parvient à éviter (pour le moment) une guerre civile entre extrémistes hutus.

"Cette crise confronte les camarades d'hier de Nkurunziza qui se sont retournés contre lui. Un dilemme extrêmement délicat a été créè pour lui. Il a juré de ne pas se présenter aux élections de 2020, mais comment parviendra-t-il à préserver ses intérêts financiers multiples? Dans diverses sociétés du pays où il détient des actions dans l'industrie minière et dans d'autres sociétés du pays, ou comment conservera-t-il les terres qu'il a acquises de manière plus que douteuse? et actionnaire de Radio Popolare Africana de Bob Rugurika et des stations de radio Bonesha et Isangarino. Tous ces médias travaillent en exil. Leur siège a été détruit en 2015 et nombre de leurs journalistes ont été assassinés par le régime.

"Actuellement, il y a un gros problème pour Nkurunziza: comment protéger ses intérêts économiques à l'avenir s'il n'est plus Président de la République. D'où la tendance à vouloir imposer sa femme Denise Nkurunziza à la présidence du CNDD-FDD. Un plan entravé par ses propres camarades politiques et ses généraux. Le dictateur tente de surmonter cette opposition en remplaçant les opposants internes. Toutes les personnes clés de son régime qui s'opposent à ses projets risquent d'être éjectées de leurs positions. " À qui Nkurunziza est-il désormais soutenu, sachant qu'il a perdu le soutien de la majorité de ses camarades? "Sur Imbonerakure et ses alliés étrangers: les FDLR. Si vous regardez les personnes qui ont remplacé les chefs rebelles, ils sont connus pour leur loyauté inconditionnelle envers les FDLR. "

Pour maintenir le pouvoir, Nkurunziza a été contraint de violer le pacte secret conclu avec ses camarades soldats pendant la guerre civile: un pacte qui oblige tout le monde à ne pas choisir de candidats à la présidence qui n'ont pas participé à la guerre de guérilla FDD. Seuls ceux qui ont combattu dans la forêt de 1992 à 2004 ont le droit de se porter candidat aux plus hautes fonctions de la République du Burundi. Un pacte avait déjà été violé en 2010, lorsqu'il avait placé Pascal Nyabenda à la direction du CNDD-FDD.

"Théoriquement, Nyabebenda a été choisi pour lui succéder. Un choix temporairement nécessaire pour acquérir le temps nécessaire pour imposer le véritable successeur: Denise Bucumi Nkurunziza. Le groupe de généraux de l'armée et de la police, ex-FDD, constitue une véritable force dans la mesure où ils se considèrent comme les gardiens du pacte conclu au cours des années de guerre de guérilla où il a été établi que seuls ceux qui s'étaient battus pouvaient hériter des rênes du parti et de l'État. 7 mois après les élections présidentielles, le temps d'agir était joué par Nkurunziza.

Pour neutraliser les hiérarchies rebelles, Nkurunziza s’appuie sur des loyalistes, Gervais Ndirakobuca, officier supérieur de la police, sur les Imbonerakure et les FDLR. Ndirakobuca a été placé à la tête des services secrets qui répondent au président. Il promeut également un groupe de jeunes officiers qui ont soif d'argent et de pouvoir et qui sont donc très actifs dans la répression de l'opposition. Parmi eux, Alfred Innocent Museremu, responsable des opérations de répression et Emmane Ndayikeza, originaire de Kayanza et prochain président, chargé de la surveillance nationale ".

Leurs rendez-vous sont loin d’être le résultat de choix aléatoires. "Ces hommes de confiance du président constituent une véritable machine répressive à utiliser contre la population, mais aussi contre les anciens camarades de combat qui se rebellent contre son plan de maintenir le pouvoir", explique le journaliste burundais Sé Patrick Mitabaro.

Si la reine des cœurs, Denise, ne suffisait pas pour remporter la main, Nkurunziza est propriétaire du Jolly: Anicet Niyonkuru, secrétaire exécutif de la plate-forme des opposants politiques exilés CNARED. Niyonkuru a rencontré à deux reprises des membres haut placés du régime. Le premier à Nairobi en août et le second à Bujumbura en septembre. Les réunions étaient organisées par la faction modérée du CNDD-FDD et portaient sur l'étude de faisabilité d'un gouvernement d'union nationale du CNDD-CNARED.

Le plan évoqué par le roi prêtre Nkurunziza semble être une variante du plan conçu par l'ancien président congolais Joseph Kabila, qui lui a permis de différer les élections de 2016 à 2018. Profitant de la présence des guérilleros RED Tabara et FOREBU sur le territoire national et après Après s'être assuré que la candidature de l'épouse n'est pas possible, Nkurunziza pourrait déclarer l'état d'urgence, reporter les élections, faire des "ouvertures" frontales et former un gouvernement d'union nationale avec le CNARED. Sur le plan international, une telle initiative pourrait lui être bénéfique.

Les concepteurs occidentaux de cette seconde option, experts en diplomatie internationale, avec le gouvernement d'union nationale, ont pour objectif de reconstruire une image du régime sur un ton modéré, donnant la fausse illusion d'un dialogue inclusif avec l'opposition et le désir d'un relâchement politique nécessaire au retour. progresser vers une démocratisation progressive du pays. En plus de sauver leur «enfant terrible», ces experts de la paix espèrent briser l’isolement politique et économique du régime burundais, en réduisant ou en annulant la prise des sanctions imposées par l’Union européenne, afin d’offrir le souffle économique vital.

L’option gouvernement CNDD - CNARED est en réalité pleine d’obstacles et de difficultés. La plate-forme politique d'opposition, en exil en Belgique, a été affaiblie par plusieurs divisions et l'exode de nombreux membres au cours des derniers mois, y compris l'aile la plus radicale qui a toujours demandé l'arrestation de Nkurunziza et son procès pour crimes pour crimes. l'humanité. Ces scissions ont transformé CANRED en une organisation dirigée par des leaders auto-représentatifs. Parmi les membres de la diaspora burundaise en Europe, le CNARED est perçu comme une fusion de politiciens opportunistes et corrompus, prêts même à prêter main-forte à ceux qui les ont forcés à l'exil pour obtenir un ministère.

Ce n'est pas un hasard si les dirigeants de la CNARED refusent de confirmer la possibilité d'entrer dans un gouvernement de transition. Ne pouvant nier les rencontres avec le régime, le CNARED affirme n'avoir traité que des questions relatives à la participation des partis de l'opposition aux élections de 2020 rendue possible par l'abrogation des mandats d'arrêt, la possibilité de revenir au Burundi en toute sécurité et le disponibilité d'espaces politiques gratuits pour promouvoir la campagne électorale.

Même les parrains européens essaient de garder ce plan secret pour empêcher Nkurunziza d'être conçu et promu par eux. Les mêmes parrains auraient organisé une rencontre entre le général Evariste Ndayshimiye, secrétaire général du CNDD-FDD, et le président de la Commission de l'Union africaine, dans le but de les convaincre de la volonté "sincère" du régime de surmonter la crise nationale avec des ouvertures opposition démocratique.

Les fuites ont compliqué la mise en œuvre de l'ouverture démocratique trompeuse à l'opposition, alertant à la fois l'opposition politique armée et non compromise avec le CNDD-FDD. Un gouvernement de transition hypothétique d'union nationale pourrait atténuer la pression internationale, mais ne pourrait pas résoudre la crise interne.

Le gouvernement éventuel ne serait pas accepté par les partis d’opposition, qui ne seraient pas en connivence avec le pouvoir et la société civile. Il ferait face à une guerre civile avec les groupes rebelles déjà présents dans le pays et devrait gérer la difficile cohabitation avec les milices génocidaires Imbonerakure et les terroristes rwandais, les FDLR. Ces forces radicales ont accru leur contrôle sur le pays, grâce aux récents remaniements gouvernementaux et militaires ordonnés par Nkurunziza il y a deux semaines. Le gouvernement CNDD - CNARED ne ferait que supprimer temporairement le dernier affrontement, aggravant ainsi la situation politique et militaire.

Après l'invitation douteuse faite à Nkurunziza de participer à la conférence Russie-Afrique lors des combats avec le RED Tabara et la FOREBU, la Russie a réaffirmé son soutien aux autorités burundaises. Mardi 5 novembre, le dirigeant de l'Imbonerakure, Ezekiel Nibigira, devenu ministre des Affaires étrangères, alors qu'il était à moitié analphabète, a rendu visite à son homologue, Sergueï Lavrov, à Moscou, pour discuter de la collaboration entre les deux pays. Les détails de la réunion ont été gardés secrets.

À la différence de la Russie, la Chine a choisi une politique prudente de silence afin d'éviter de compromettre la possibilité d'un partenariat économique avec de nouveaux gouvernements, après la défaite militaire du régime de Nkurunziza.

De grandes difficultés se posent également aux promoteurs du faux gouvernement d'union nationale. Membre actif et prestigieux de l'Église catholique, ces parrains de l'inciuccio salva Nkurunziza ont besoin du soutien des évêques et du nonce apostolique du Burundi. Les hiérarchies ecclésiastiques burundaises se sont alignées contre le régime et se préparent à assumer le rôle de leader de la manifestation, imitant les évêques catholiques du Congo qui ont dirigé les manifestations contre le président Kabila. Ce choix politique a déjà attiré la colère du régime.

Ces "bâtisseurs" de la paix burundaise suscitent l’intérêt des gouvernements occidentaux, soucieux de comprendre les véritables raisons de cette initiative diplomatique. Les gouvernements qui pourraient ne pas être d'accord avec la solution proposée par ces individus et organisations. Les parrains de l'enfant terrible agissent dans l'ombre, dans les coulisses, avec des visites périodiques chez le dictateur burundais, sans en informer les évêques et le nonce apostolique.

Leur diplomatie secrète les amène à craindre constamment que leur soutien à un chef de guerre et à un criminel international allié aux terroristes des FDLR devienne de notoriété publique, risquant ainsi de compromettre la réputation internationale acquise par la promotion de la paix dans divers conflits africains, de la Angola au Mozambique.

Le journal "La Repubblica" a lancé un premier signal d'alarme concernant la possibilité que le soutien à Nkurunziza et aux FDLR devienne public, dans un article du supplément hebdomadaire "Il Venerdì della Repubblica", qui fait de vives critiques à ces fabricants. la paix.

© Riproduzione riservata

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: