Burundi: le calme de la terreur avant le génocide

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Set 15

Burundi: le calme de la terreur avant le génocide

Selon la commission d'enquête des Nations Unies sur le Burundi, les facteurs susceptibles de conduire au génocide ont été détectés. Le concept de génocide fait partie intégrante de la pensée politique de Pierre Nkurunziza, la peur de Bujumbura s'est étendue à la campagne

di Fulvio Beltrami

burundi, pierre nkurunziza, genocide cndd-fdd, fdlr, imbonerakure, hutupower

Fulvio Beltrami 02 Septembre 2019

La Commission d'enquête des Nations Unies sur le Burundi (COIB) a déclaré qu'il pouvait y avoir un risque de génocide dans le pays. "En analysant l'escalade de la violence depuis 2015, nous avons été en mesure d'identifier toutes les atrocités et la haine raciale, indicateurs d'un futur génocide", "Il s'agit jusqu'à présent d'une crise politique avec des éléments ethniques", selon les déclarations des membres de la Commission. - Doudou Diène (Sénégal), Lucy Asuagbor (Cameroun) et Françoise Hampson (Royaume-Uni) - en marge de la publication du rapport, le 4 septembre dernier.

La Commission a été créée le 30 septembre 2016 par la résolution 33/24 du Conseil des droits de l'homme des Nations unies, chargée de mener une enquête approfondie sur les violations des droits humains commises au Burundi depuis avril 2015, identifier les auteurs présumés et faire des recommandations. Le rapport sera présenté officiellement le 17 septembre au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève.

Le Bureau de la prévention du génocide des Nations Unies, face à des preuves irréfutables de génocide, a le pouvoir d'ordonner l'intervention militaire offensive immédiate des Casques Bleus en vertu du principe de la responsabilité de protéger les civils. Seul un veto lors du vote du Conseil de sécurité peut arrêter l'intervention. Ceux qui s’opposent au droit de veto assument leurs responsabilités en cas de génocide.

Les facteurs pris en compte par la Commission sont différents. Instabilité politique, crise économique, climat de haine ethnique, impunité pour les violations des droits de l'homme, faiblesse du système judiciaire, absence de médias indépendants et de la liberté d'expression, formation de milices ethniques.

Froncoise Hampson, membre de la Commission, parle d'un climat de terreur et de peur qui s'est propagé de Bujumbura à la campagne. Les discours faisant l'éloge de la haine raciale, les Imbonerakure, la chasse à l'opposition et les violences commises ont atteint des dimensions ethniques. "L'analyse et les conclusions tirées de l'étude sur la situation actuelle au Burundi ne permettent pas de prédire si et quand un génocide se produira, de quelle manière et sous quelle forme. Cela ne peut que vous alerter que le risque de génocide est réel ", explique Hampson. En substance: les facteurs susceptibles de conduire à un génocide ont été détectés, il est impossible de prédire si le génocide va éclater.

Le rapport s'inquiète des élections de 2020 qui, dit-il, "représentent un risque sérieux", ainsi que du fait que le gouvernement exerce un contrôle accru sur les organisations non gouvernementales et qu'il n'existe pas de véritable système multipartite, la plupart des partis d’opposition a été "infiltré et divisé". De même, le président et dictateur Pierre Nkurunziza pourrait restaurer la monarchie. "Le thème de l'origine divine du pouvoir du président est de plus en plus courant dans les discours officiels prononcés par le président et son épouse", indique le rapport. C'est l'histoire du "roi-prêtre" et de la révision de l'histoire du pays mise en œuvre par Nkurunziza qui est mise en évidence dans le rapport.

Les premières réactions officielles du Burundi viennent de Willy Nyamitwe, qui est rentré au Burundi après le tentative d’assassinat subis en 2017. "Le Burundi n'est plus intéressé par les mensonges et les manipulations de la réalité par certaines puissances occidentales qui veulent déstabiliser le Burundi ", une arme de défense coutumière du complot néocolonial contre les Hutus... Le dictateur burundais a crié à haute voix :" Je mefiche de l'ONU! "

Le concept de génocide fait partie intégrante de la pensée politique de Pierre Nkurunziza, formée pendant la guerre civile et renforcée au cours de la première décennie du pouvoir. Pendant la guerre civile, les miliciens FDD placés sous son commandement ont massacré les civils tutsis, puis se sont échappés lorsque l'armée régulière est arrivée. Jusqu'à présent, Nkurunziza n'a jamais exprimé d'opinion sur le génocide. Cependant, Nkurunziza admet indirectement cette possibilité en utilisant la possibilité d'un tel geste comme arme pour empêcher une intervention militaire de la communauté internationale.

En novembre 2015, le CNDD-FDD a tenté de déclencher le génocide, échouant face à la réaction négative de la majorité des masses paysannes hutu. Sans un travail animé de haine ethnique, le génocide n’est pas possible. Maintenant, la situation a changé. Les effectifs sont disponibles: les Imbonerakure.

La situation est aggravée par la présence du groupe terroriste Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), responsable du génocide de 1994. En tant que mercenaires, les FDLR sont devenus les partenaires de Nkurunziza et ont progressivement acquis beaucoup de pouvoir et d'influence. Le régime, isolé et au point mort financier, laisse un espace libre à la milice Imbonerakure contrôlée par les FDRL. Les frontières entre le régime, les Imbonerakure et les FDLR sont trop labiles. La situation actuelle au Burundi nous empêche de déterminer clairement qui détient vraiment le pouvoir.

Ce choix a créè un paradoxe dangereux. Ces miliciens des couches les plus pauvres parmi les Hutu sont conscients de leur pouvoir, mais ils n’ont pas amélioré leurs conditions de vie. À quoi sert de combattre les Tutsis si vous ne pouvez pas prendre possession de leurs biens? Tuer un Tutsi sans gagner de l'argent n'a pas de sens. Les nettoyages ethniques effrénés qui ont eu lieu depuis 2015 ont toujours été associés au pillage de biens et des biens des victimes. C'est une incitation à convaincre les miliciens Imbonerakure de commettre des meurtres à grande échelle.

Depuis un mois, plusieurs femmes tutsies dans les villages sont victimes du viol ethnique commis par les Imbonerakure. Rien d'étonnant à ce que ces milices l'aient promis à haute voix lors des premiers manifestations en 2017. Les miliciens de Nkurunziza ont utilisé le viol comme arme ethnique dans la guerre civile. La femme tutsie violée a donné naissance à un Hutu qui a grossi les rangs des Hutu au détriment des Tutsis, selon la mentalité primitive de ces miliciens. Le problème est que la récente vague de viols ethniques met en évidence une évolution horrible du viol ethnique. Le destin de procréer un Hutu n'est pas réservé à la victime. Elle est tuée après le viol. Ce sont des femmes avec des maris ou des frères précédemment assassinés ou qui ont fui. Les propriétés de ces femmes tuées sont réparties entre les auteurs de viols et de meurtres, sans opposition des autorités.

Les Imbonerakure comptent environ 30 000 membres. Un nombre suffisant pour déclencher un génocide des Tutsi. Considérant la possibilité de prendre possession des biens et des biens des victimes, divers agriculteurs hutu pourraient rejoindre les Imbonerakure, augmentant ainsi la capacité génocidaire de cette milice paramilitaire. Le seul signe positif est que les autorités n'ont pas encore fermé les frontières. En juillet dernier, en Ouganda, il y avait une augmentation de 861 réfugiés burundais plus que les autres mois. La plupart d'entre eux sont des Tutsis. Tous confirment l'état de terreur établi par Nkurunziza et craignent tous le génocide.

Après l'échec de l'invasion du Rwanda tentée en août, le Burundi et le Rwanda reprennent timidement leurs échanges, bloqués depuis 2017. Un assouplissement inattendu, alors que le régime de Nkurunziza maintient ses hostilités contre Kigali. L'une des deux colonnes des FDLR qui avaient envahi le Rwanda en août dernier était entrée dans la forêt de Kibira au Burundi. La suspension du commerce a le plus endommagé le Rwanda. On parle d'une perte de 4 millions de dollars par trimestre. Le Ruanda exporte au Burundi principalement du ciment, des boissons alcoolisées ou non, des produits alimentaires finis et des produits manufacturés. Le Burundi a perdu 1 million de dollars par trimestre, mais a été lourdement pénalisé par la pénurie de carburant normalement fournie par le Rwanda. Le Burundi n'exporte que des produits alimentaires vers son pays frère et représente 0,8% des importations régionales du Rwanda.

La réouverture du commerce semble avoir été un choix forcé pour l’économie rwandaise, mais il semble destiné à ne pas provoquer de changements substantiels dans la politique étrangère des pays ennemis respectifs. Le Rwanda pour Nkurunziza reste un pays hostile qui soutient les rebelles burundais et un complot visant à renverser un gouvernement "démocratiquement", a-t-il déclaré, élu. Pour Kigali, le Burundi reste un pays HutuPower qui accueille les terroristes rwandais FDLR. La réouverture du commerce constitue un souffle d'oxygène pour l'économie burundaise en voie de disparition, et le gouvernement exploite la décision de la représenter comme première étape de la normalisation des relations avec le Rwanda.

© Riproduzione riservata

201 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: