Burundi. L'armée abandonne Nkurunziza?

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Ott 31

Burundi. L'armée abandonne Nkurunziza?

Dans l'histoire dramatique du Burundi, de l'indépendance à nos jours, l'armée burundaise a toujours été républicaine. Pour cette raison, lors de la défense non pas du pays mais du régime Nkurunziza, l'armée pourrait choisir d'abandonner le dictateur en difficulté

di Fulvio Beltrami

burumdi, fdlr, imbonerakure, red tabara, forebu, pierre nkurunziza, willy nyamitwe, denise nkurunziza, genocide

Fulvio Beltrami le 31 Octobre 2019 (La vérité est révolutionnaire)

Dans l'histoire dramatique du Burundi, de l'indépendance à nos jours, l'armée burundaise a toujours été républicaine. Il a été accusé il y a vingt ans (pendant la guerre civile) par le CNDD-FDD d'être une armée de défense des Tutsis. Accusation en partie vraie et en partie fausse. C'est vrai parce que beaucoup de hautes gradues étaient d'origine tutsie et que ces derniers considéraient l'armée comme leur arme de protection contre les HutuPowers. Faux parce que l'armée défendait tous les citoyens, même les milliers de Hutus régulièrement victimes des milices Nkurunziza lorsqu'ils ont pu descendre des collines de Bujumbura Rural vers la périphérie de la capitale. Pendant la guerre civile (1993-2004), Nkurunziza a adopté la tactique de la terreur en tuant la population non armée, tutsie ou hutu.

Les seuls massacres ethniques perpétrés par les forces armées burundaises ont eu lieu en 1972 et 1993. Des massacres visant à éviter les plans de génocide élaborés par les forces burundaises du Hutupower avec le soutien de Habyarimana du Rwanda. Plusieurs présidents, même des Tutsis, ont été démis de l'armée qui a toujours assumé le rôle de garant de la République. Depuis le premier mandat présidentiel (obtenu en 2005), Nkurunziza a tenté d'annuler la caractéristique républicaine de l'armée en remplaçant progressivement les soldats et les officiers tutsis par ses miliciens et son camarade de méchanceté. L'objectif, facile à comprendre: transformer l'armée républicaine en une milice privée et ethnique.

Ce processus de démantèlement des forces armées a entraîné une détérioration drastique de l'efficacité et de la discipline militaire, réduisant l'une des meilleures armées de la région à une armée faible, non motivée et hostile. Le même processus s'est produit dans la police nationale. Des officiers comme Alain-Guillaume Bunyoni ont émergé, sans scrupules et avec des décennies de massacres ethniques derrière eux. Ces officiers ont exploité les divers corps d'armée sous leur commande, pour s'enrichir avec les trafics illicites et à renforcer leur pouvoir et leur prestige au sein du CNDD-FDD.

Le processus dégénératif final a commencé après le coup d'État manqué du mai 2015 tenté par le général Godefroid Niyombare. La majorité des auteurs du coup d'État étaient des officiers hutus, dont le général Niyombare lui-même. Le coup d'Etat devait être la dernière impulsion pour le régime du CNDD-FDD déjà sous pression en raison des manifestations populaires contre le troisième mandat de Nkurunziza. Des trahisons de la dernière heure ont entraîné l'échec du plan.

À partir de juin 2015, Nkurunziza a décimé l'armée républicaine. De nombreux soldats et officiers tutsis ont été assassinés. D'autres ont déserté et fui. Le coup d'État manqué et les décimations qui ont suivi ont empêché l'armée de jouer le rôle de défense de la population, laissée à la merci de la milice Imbonerakure et des terroristes rwandais des FDLR qui la contrôlent et font respecter la leur loi dans le pays.

Le mécontentement règne même parmi les anciens miliciens des FDD qui ont combattu pendant 10 ans pendant la guerre civile et qui sont maintenant intégrés aux forces armées républicaines. Leur confiance aveugle en HutuPower a été brisée par le fait que leurs commandants dans l'armée et la police ont récolté les fruits des longues années de guerre de guérilla, avec des postes de direction, de l'argent, des maisons, des voitures, du pouvoir et une vie bien remplie. Ces simples miliciens, fantassins de la révolution du peuple hutu, sont restés dans la misère. Intégré à l'armée et à la police mais considéré comme un soldat de la série B, une honte qui rappelle un passé sombre.

Même les soldats engagés dans l'opération de paix des Nations unies - L'Union africaine en Somalie: l'AMISOM en veulent à la corruption, aux détournements de fonds et aux spéculations qui tournent autour de leurs salaires versés en monnaie forte.

Maintenant, cette armée est appelée à la défense du président (illégitime) qui l'a précédemment décimé et humilié. Pas étonnant que les réponses des différents régiments aient été extrêmement faibles lors de la bataille de Bubanza et lors des affrontements ultérieurs dans le district de Kayanza. Un colonel a même refusé de lancer la contre-offensive sur le RED Tabaras à Bubanza, affirmant qu'il s'agissait d'un problème des FDLR et non du sien.

Le refus d'obéir aux ordres du colonel souligne le mépris des officiers de l'armée républicaine à l'égard de ces mercenaires étrangers qui essaient d'assumer le rôle de maîtres du pays. Il souligne également toute l'amertume et le ressentiment des officiers envers Nkurunziza en raison de la destruction de l'armée républicaine. Pour son refus, le colonel a été exécuté par les terroristes des FDLR, sans aucun procès. Une erreur fatale pour des troupes déjà démoralisées et pleines de ressentiment. Son identité n'est pas connue. Certaines sources disent que le régime la cache, car le colonel exécuté aurait été d'origine hutu.

Les combats contre le RED Tabara et le FOREBU sont maintenant menés par les mercenaires des FDLR et les milices Imbonerakure. Au cours de ces quatre derniers jours, diverses offensives ont été lancées par eux dans les districts de Bubanza et Kayanza, qui n'ont entraîné que des pertes énormes en hommes, armes et munitions. Actuellement, les offensives ont été suspendues. Les FDLR et les Imbonerakure se réorganisent. Pour éloigner les rebelles de la région, il faut de l'artillerie lourde, des unités blindées et de l'infanterie. Merveilleuse opportunité d'essayer l'immense arsenal militaire gracieusement offert par la Russie et la France.

Au contraire, l'armée ne bouge pas. Son inactivité est dictée par un mécanisme bien établi qui paralyse chaque décision. Nkurunziza hésite à utiliser l'armée équipée de nouvelles armes de peur de se retourner contre lui. Peur basée sur l'attitude de la majorité des soldats et des officiers. Des nouvelles de dizaines et de dizaines de déserteurs arrivent et s'intègrent dans des unités rebelles. Le régime hésite à utiliser l'artillerie et les véhicules blindés de peur que ces armes puissantes ne passent à l'ennemi.

Sur les 700 militants de la RED Tabara qui ont soutenu les premiers affrontements à Bubanza, dans les deux districts, se trouveraient encore 1000 rebelles de FOREBU et de groupes armés mineurs. Nous assistons à une entrée constante et constante des rebelles en provenance du Congo voisin. Au cœur du pays, un noyau d’assaut se forme, dont les objectifs sont Gitega et Bujumbura. Une force armée qui sape tous les projets du régime pour les élections de 2020, accélérant la crise interne du CNDD-FDD.

Ces miliciens sont guidés par des esprits raffinés dotés d'une grande connaissance de la tactique militaire et de l'autorité nécessaire pour imposer une discipline visant à éviter les massacres parmi les civils. Il existe déjà dans les cercles diplomatiques des noms de personnes qui auraient organisé l’offensive et l’auraient dirigée. Des noms que ne sont pas à publier pour éviter les spéculations et les rumeurs dans cette phase délicate que traverse le Burundi, à deux pas de la libération ou du génocide. Un risque réel. Parmi la population, beaucoup craignent que le régime ne déclenche le génocide comme dernier acte désespéré en cas de défaite.

Les rebelles RED Tabara et FOREBU portent des uniformes de l'armée burundaise régulière, tous nouveaux et bien pressés. Pas un choix aléatoire. Vêtus d'uniformes réguliers, les rebelles veulent être identifiés par la population comme la véritable armée républicaine. Une attention particulière est accordée aux civils de toutes origines ethniques. Les rebelles veillent à ce que les civils ne soient pas maltraités et à ne pas être impliqués dans des affrontements contre les milices Imbonerakure et les mercenaires des FDLR.

Dans une tentative désespérée de se sauver à la dernière minute, Nkurunziza a promis lors de la réunion régionale tenue à Goma, dans le Nord-Kivu, que le Burundi participerait à la force panafricaine organisée par le président Felix Tshisekedi pour assainir l'est du Congo par les différentes milices ils infestent, à commencer par les FDLR. Il est évident que la promesse a été faite par l'un de ses porte-parole, car Nkurunziza n'est certainement pas un imbécile de quitter le Burundi à cette heure-ci, même à l'invitation du président Vladimir Poutine. Une promesse non crédible étant donné que les mercenaires des FDLR sont les seules forces laissées au régime pour se défendre.

Même les Twitter du «rongeurs», Willy Nyamitwe, deviennent plus prudents et se félicitent moins. Le maître de la propagande HutuPower essaie d’ignorer la réalité en publiant des vidéos insensées sur les activités caritatives de la Première Dame Denise Nkurunziza. Les personnalités du régime infâme semblent évaluer la possibilité ou non d’obtenir une victoire militaire, et de préparer la voie de sortie au cas où les événements se dérouleraient mal. Les activités des conseillers militaires français présents au Burundi aux côtés du régime en raison d'accords secrets signés entre Bujumbura et Paris en octobre 2018. Dans la situation actuelle, leur tâche consistant à conseiller et à former des unités de combat pourrait être difficile en raison de de la collaboration manquée de l'armée. Une chose est d'aider les soldats professionnels, une autre d'organiser une foule de militants haineux et terroristes FDLR, même si ces derniers ont été créés par la France en 2000 au Congo.

Certes, la cellule africaine de l'Elysée ne sera pas en mesure de renouveler l'aide apportée au régime nazi de Juvenal Habyrimana au Rwanda. Aucun contingent français n'interviendra au Burundi pour arrêter l'avancée des rebelles, comme ce fut le cas en 1991 au Rwanda. Si les gardes présidentiels du Congo entraient au Burundi, ils ne seraient pas les mêmes que ceux envoyés par Mobutu en 1991 au secours de son ami Habyrimana, qui s'affrontaient avec les rebelles de Paul Kagame.

La seule carte que la France puisse jouer pour défendre le régime et éviter une défaite militaire définitive est d'imposer une force de maintien de la paix de l'ONU pour mettre fin à la guerre de libération et tenter la voie d'un gouvernement national d'union difficile. Un contingent de Casques bleus serait l’idéal pour geler la situation et donner le souffle coupé à Nkurunziza et aux forces génocidaires. Un piège que les Burundais doivent refuser, compte tenu de l'expérience des Casques bleus au Congo voisin.

Le 29 octobre, le journal en ligne rwandais Taarifa a annoncé la démission du parti CNDD-FDD de Festus Ntanyungu, ancien ministre du gouvernement Nkurunziza jusqu'en 2015, chiffre estimé pour le CNDD-FDD et un parlementaire. En 2015, Ntanyungu s'est opposé au troisième mandat en prenant ouvertement parti contre les souhaits du dictateur. La lettre de démission est simple, concise mais pleine de signification politique.

"Je vous écris pour vous présenter ma démission en tant que membre du CNDD-FDD aujourd'hui, le 29 octobre 2019. Mais comme décidé en 1969, je continuerai à lutter pour la paix de tout le peuple burundais. " Les raisons de la démission révèlent une accusation adressée à Nkurunziza mais aussi une autre difficulté à gérer. Ntanyungu était le représentant de l'aile modérée du CNDD-FDD avec laquelle Nkurunziza avait récemment entamé un dialogue à la recherche d'un gilet de sauvetage.

"Au cours des cinquante premières années de son indépendance, notre pays était connu dans le monde entier comme le pays du massacre cyclique. Le refus de Nkuruniziza de céder le pouvoir ouvre la voie à de nouveaux massacres. Je ne sais pas ce que je vais faire en dehors du parti maintenant ", a-t-il déclaré lors d'une interview avec les médias rwandais. Ntanyungu était en danger depuis qu'il s'était opposé au troisième mandat. Son escorte a été retirée et il n'a pas été victime d'exécutions extrajudiciaires uniquement pour le poste de grand prestige qu'il occupait au sein du CNDD-FDD.

Ntanyungu a défini le Burundi comme un pays de mensonges. "Il y a eu des milliers de morts et quand on pose la question" Qui les a assassinés? " la reponse que on entend est:" Personne. "Le Burundi est le pays du mensonge. Nous tuons des gens mais nous ne trouvons pas les tueurs qu’ils sont nous-mêmes. "

© Riproduzione riservata

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: