Burundi: escalade militaire de la nouvelle Armée Républicaine du Burundi

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Nov 19

Burundi: escalade militaire de la nouvelle Armée Républicaine du Burundi

RED Tabara et FOREBU, auteurs de l'attaque contre le régime de Bujumbura, Ils ont fusionné dans la nouvelle et unique Armée Républicaine du Burundi, lancement d'une offensive militaire qui inflige de lourdes pertes aux soldats loyalistes du dictateur Nkurunziza. La libération du Burundi repose sur un plan militaire complexe visant à prévenir le génocide dans le pays. Ce n'est pas et ne sera pas une campagne militaire classique. Ce sera très inhabituel

di Fulvio Beltrami

burundi, red tabara, forebu, imbonerakure, fdlr, cndd-fdd, pierre nkurunziza, ruanda, congo, angola, felix tshisekdi, paul kagame

La nouvelle qui nous parvient de nos sources burundaises est double et revêt une réelle importance stratégique pour l’évolution de la situation. Le premier est celui de l'escalade des affrontements militaires, le second est que RED Tabara et FOREBU (les groupes armés rebelles qui - le 22 octobre dernier, seuls Red Tabaras, puis le 24 octobre avec FOREBU - ont lancé l'attaque contre le Bujumbura) sont en fait des groupes armés qui n'existent plus, car ils ont fusionné dans la nouvelle et unique Armée Républicaine du Burundi (ERB).

Commençons par les affrontements. "Un groupe d'hommes armés de fusils venus du Rwanda a lancé une attaque contre les positions de l'armée burundaise sur le mont Twinyoni et dans la ville de Marura, dans la municipalité de Mabayi, dans la province de Cibitoke. L’attaque a eu lieu le 17 novembre à deux heures du matin. L'armée a réussi à repousser les assaillants, leur infligeant de lourdes pertes. Le groupe armé s'est retiré au-delà des frontières avec le Rwanda ". Ceci est la brève déclaration du commandant Emmanuel Gahongano du ministère de la Défense, publiée à la radio et à la télévision nationales RTNB. C’est la première fois que le Gouvernement communique la nouvelle de ses combats contre les forces rebelles burundaises. Les affrontements précédents, y compris la bataille de Bubanza, avaient été méticuleusement censurés.

Une série de vérifications croisées effectuées par des correspondants italiens et africains du journal italien L’Indro dans la région des Grands Lacs donne un tableau totalement différent de celui proposé par le régime burundais. L'attaque contre les postes militaires de Twinyoni et de Marara a eu lieu aux premières heures du 17 novembre, surprenant les unités du 46ème bataillon d'infanterie burundaise stationnées dans la région. Les forces rebelles n'ont pas subi de pertes significatives, comme le déclare le major Gahongano, et ne se sont pas repliées au Rwanda. Au contraire, ils ont détruit les deux postes militaires. On parle de 40 morts parmi les soldats burundais. Un budget prévisionnel qui pourrait encore s'aggraver.

De puis le 17 novembre au matin, l'état-major général a perdu tout contact radio, téléphonique et satellitaire avec les 112 soldats de la garnison de Marara. Le commandant Revelian Ngomirakiza, du 46e bataillon, a été tué pendant la bataille. Au moins deux douzaines de soldats blessés du mont Twinyoni ont été transportés à l'hôpital du district de Mabayi. Au contraire, aucun blessé n'est venu du détachement de la base militaire de Marara. Ceci suggère que les 112 soldats en poste ont été annihilés. Il est fort peu probable que certains d'entre eux aient été faits prisonniers ou soient passés du côté des côtes, car les unités attaquées étaient composées de loyalistes de Nkurunziza et de divers mercenaires rwandais des FDLR vêtus d'uniformes réguliers.

L'attaque contre les postes militaires de la municipalité de Mabayi représente une grave défaite militaire pour le régime du seigneur de guerre Pierre Nkurunziza, d'une gravité et d'une importance plus grandes que la bataille de Bubanza et les affrontements qui ont suivi dans la province de Kayanza et la forêt de Kibira.

En analysant les derniers événements militaires, une tactique militaire compliquée de libération du pays fait son apparition. Les premiers à entrer au Burundi sont les départements RED de Tabara. Interceptés par les forces de défense du régime, ils ont été forcés de se livrer à de violents affrontements près de Bubanza le 22 octobre, remportant ainsi une victoire écrasante. Une victoire rendue possible par le manque d'intervention de l'armée burundaise régulière. Un colonel hutu, dont l'identité est encore inconnue, a été assassiné par les Imbonerakure pour avoir refusé de lancer son département pour attaquer les RED Tabaras au soutien de la police et des unités mercenaires des FDLR l'affrontement contre les rebelles. En bref, l'armée a immédiatement compris qu'elle abandonnait le régime. Et Pierre Nkurunziza a eu de graves problèmes.

Les unités RED Tabara sont venues du Congo voisin. Après la bataille, ils se sont installés dans la forêt de Kibira, reprenant la tactique employée par la milice FDD de Nkurunziza lors de la guerre civile précédente (1993-2004). La forêt de Kibira, située entre les frontières du Congo et du Rwanda, est un point stratégique d’importance vitale. Son contrôle permet de lancer des offensives dans tout le pays et dans les principales villes: Ngozi, Gitega, Bujumbura. Il ne faut pas oublier que la superficie du territoire burundais est légèrement supérieure à celle de la région d'Émilie-Romagne. Le Burundi est un pays minuscule, doté toutefois d'un excellent réseau routier permettant des mouvements militaires rapides.

Les contre-offensives des jours qui ont suivi la bataille de Bubanza ont été mises en œuvre par des unités de la milice Imbonerakure et des terroristes FDLR rwandais avec peu de soutien de la part de l'armée régulière. En soutien aux rebelles RED de Tabara, qui gardent toujours le contrôle de la forêt de Kibira, des unités de FOREBU, le deuxième groupe armé burundais commandé par le général Godefroid Niyombare, auteur du coup d'État manqué contre Nkurunziza en mai 2015, sont également arrivées. FOREBU vient du Congo.

RED Tabara et FOREBU non seulement gardent le contrôle total de la forêt stratégique, mais ont également renforcé la semaine dernière le contrôle des provinces de Bubanza et Kayenza, en l’étendant à diverses zones des districts de Bubanza et Kayanza. Pendant 10 jours, les rebelles seraient également présents dans les collines de Citukura, Kibande, Gasebeyi, Rihororo, Gafumbegeti et Rutorero, dans la province de Cibitoke. Les rebelles reçoivent de la nourriture, des armes et des munitions du Congo et du Rwanda.

Dans la nuit du 8 au 9 novembre, des unités loyalistes du 212ème bataillon d'infanterie burundaise, avec l'appui des FDLR et des Imbonerakure, ont pénétré au Rwanda, attaquant les bases militaires adjacentes de l'armée rwandaise, qui devraient servir de bases logistiques au RED Tabara. et FOREBU. L'offensive échoua et le 212ème bataillon subit de lourdes pertes.

Le vendredi 15 novembre, un nombre impressionnant de mercenaires des FDLR et de miliciens Imbonerakure, portant l'uniforme de la police nationale, ont procédé à des arrestations massives dans le district de Nyakabiga 3 à Bujumbura, avec l'appui de la CMIR, une unité d'intervention rapide de la police burundaise. En quelques heures, 150 personnes ont été arrêtées, dont beaucoup de jeunes filles accusées de soutenir l'opposition armée. En réponse, deux jours plus tard, les forces rebelles ont anéanti les unités du 46ème bataillon d'infanterie burundaise stationnées à Twinyoni et à Marara.

Les événements de guerre de ces dernières semaines montrent qu'une guerre de libération est en cours au Burundi, déjà tentée en 2017 et 2018. Les offensives précédentes étaient ancrées dans l'œuf en raison de la situation régionale et internationale défavorable. À l'époque, la communauté internationale avait tenté de résoudre la crise burundaise sans recourir à la force, par la pression diplomatique, les sanctions économiques et l'isolement international du régime. Une tactique complètement supplantée en mai dernier par l’initiative conjointe des présidents Felix Tshisekedi et Paul Kagame. Les forces armées des deux pays ont lancé des attaques terrifiantes contre les FDLR dans les provinces congolaises du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, dans le cadre de l'opération du corridor est, appuyée par l'Angola, les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Selon la maigre nouvelle ayant coulé (l'opération est protégée par le secret de l'État), cette campagne militaire a pour objectifs la destruction du groupe terroriste FDLR dans l'est du Congo et la neutralisation ultérieure et définitive sur le territoire burundais, associée à l'anéantissement milice Imbonerakure et le limogeage du régime du CNDD-FDD.

La guerre de libération au Burundi montre que l'armée burundaise, décimée par le chef de guerre Nkurunziza, adopte une position d'hostilité latente contre le régime. Il y a de nombreuses désertions en faveur de l'opposition armée. La plupart des départements refusent de défendre le territoire national et certains d'entre eux garantissent aux rebelles la fourniture de nourriture, d'armes et de munitions.

Le dictateur Pierre Nkurunziza, condamné à mort en 1998 pour crimes contre l'humanité par le tribunal de Bujumbura (condamné abrogé par Nkurunziza lui-même en 2006), et protagoniste d'une enquête minutieuse devant la Cour pénale internationale, s'est progressivement opposé «victime» d'un plan régional visant à stabiliser la région des Grands Lacs, promu par des géants tels que l'Angola et le Congo et par des puissances économiques militaires telles que le Rwanda, et que tout soutien extérieur échoue.

Le pression militaire sur les FDLR et le régime HutuPower burundais est soutenu par une intense activité diplomatique du président congolais Tshisekedi. Ses compétences en diplomatie internationale (Félix a étudié en Europe et a une mentalité occidentale) ont même réussi à convaincre la France de soutenir l’Opération du Corridor Est, actuellement limitée au seul Congo. Le président Emmanuel Macron n'a fait mention d'aucun soutien aux plans militaires pour la libération du Burundi.

Pour de nombreux observateurs, le Burundi est entré dans la phase la plus cruciale et la plus délicate de la crise, qui a éclaté en avril 2015. Nkurunziza, sa hiérarchie, le CNDD-FDD, les Imbonerakure et les FDLR se sentent étroitement liés. Toutes ces forces HutuPower sont conscientes qu'il n'y a pas de place pour la négociation et aucune possibilité de se rendre. La tactique adoptée jusqu'ici par les forces armées congolaises et rwandaises dans l'est du Congo montre que la lutte menée est sans fin. Les directives émises par les principaux États des armées respectives sont claires. Aucune arrestation de commandants des FDLR. Pour eux, seules des exécutions sommaires. Des directives non officielles mais réelles, comme en témoignent les exécutions extrajudiciaires de deux commandements suprêmes consécutifs des FDLR, le général Sylvestre Mudacumura (septembre 2019) et son successeur, le général Juvenal Musabvimana (9 novembre 2019). On suppose que le même sort est réservé à Nkurunziza, au commandant de la police et aux chefs militaires de la milice Imbonerakure.

Le dictateur burundais est très inquiet. Il épuise la rhétorique "révolutionnaire" de l'époque de la guérilla (1998 - 2002) vantant la résistance des Hutu devant la tyrannie rwandaise des Tutsis. "Ces forces de terreur, auxquelles certains membres du CNDD-FDD ont adhéré, tentent en vain de renverser le gouvernement démocratique du Burundi. L’honnêteté, le courage, la loyauté et le patriotisme des défenseurs de la démocratie, comme à l’époque de la guerre de libération contre le tyran Tutsi Pierre Buyoya, vont à l’encontre de leurs projets subversifs ".

Ce discours a été prononcé à la veille de la défaite militaire de Twinyoni et Marura, lors de la cérémonie de clôture de la semaine des FDD Freedom Fighters, organisée par le parti CNDD-FDD dans la vallée de Buhunda, municipalité de Mubimbi, province de Bujumbura. En plus de promettre la défaite des «forces du mal», Nkurunziza a annoncé l’élaboration d’une nouvelle constitution (dictée directement par Dieu comme les dix commandements de Moïse) et d’un plan de développement national sans aide étrangère.

Nkurunziza a même annoncé la construction d'un temple de l'alliance avec Dieu, qui devrait se lever à Bujumbura. Une œuvre pharaonique qui, selon certaines sources, pourrait être identique à la méga salle du congrès régional, un projet mis en place en collaboration avec des entrepreneurs italiens résidant dans le pays et d'anciens hommes politiques italiens qui se méfient de l'origine des fonds nécessaires à sa réalisation.

Selon des sources fiables, la libération du Burundi repose sur un plan militaire complexe visant à prévenir le génocide dans le pays. "Vous ne vous attendez pas à une campagne militaire classique. Ce sera très inhabituel. Nous prenons toutes les précautions pour empêcher les Imbonerakure et les FDLR de déclencher le génocide. Les événements des mois à venir seront décisifs pour la renaissance du Burundi ", explique un représentant politique de l'opposition burundaise armée qui lance un appel à tous les partisans du CNDD-FDD.

"Essayez de comprendre que durant ces 14 années, vous avez été trompé par le dictateur et son groupe de criminels. Ils ont acheté votre soutien avec de fausses promesses de progrès et de prospérité qui ne se sont jamais concrétisées. S'il vous plaît, ne continuez pas à soutenir ce régime monstrueux. Le nouveau Burundi a besoin de vous plus que jamais. Nous sommes tous les enfants d'un avenir différent pour notre pays. Votre contribution à la renaissance burundaise est d’une importance vitale ".

Les forces de RED Tabara et de FOREBU ne sont pas en train de devenir des forces rebelles. Ils portent des uniformes de l'armée régulière burundaise et sont soumis à une discipline militaire stricte qui interdit absolument toute violence à l'encontre de civils, y compris de tous les partisans hutu du régime, à condition de ne pas s'opposer à la résistance armée. Nos sources nous informent que les RED Tabaras et FOREBU sont en réalité des groupes armés qui n’existent plus, car ils ont fusionné avec la nouvelle et unique Armée républicaine du Burundi (ERB).

© Riproduzione riservata

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: