Burundi. Coronavirus. Expulsé le représentant de l'OMS

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Mag 18

Burundi. Coronavirus. Expulsé le représentant de l'OMS

Le régime a expulsé toute l'équipe de l'OMS chargée d'aider le gouvernement contre la pandémie pour avoir critiqué la décision du dictateur Pierre Nkurunziza de considérer la pandémie comme un canular des hommes blancs. La victoire du sanglant Général Evatiste numéro deux du parti HutuPower a déjà été annoncée à 2 jours de l'ouverture des sièges

di Fulvio Beltrami

burundi, coronavirus, covid-19, pandemia, oms, elezioni. hutupower, violences électorales

 FULVIO BELTRAMI 18 MAI 2020

Le gouvernement du Burundi a déclaré le Dr Walter Kazadi Mulombo, un représentant de l'Organisation Mondiale de la Santé au Burundi «Persona Non Grata», l'expulsant du pays. La mesure a été prise par le ministère des Affaires étrangères sur ordre direct du dictateur Pierre Nkurunziza avec l'accord tacite du Général Evariste Ndayishimiye, secrétaire général du CNDD-FDD et candidat à l'élection présidentielle qui se tiendra le mercredi 20 mai. Le Dr Jean-Pierre Mulunda Nkata, le Dr Ruhana Mirindi Bismwa (employés de l'OMS au Burundi) et le chercheur Daniel Tarzy (consultant externe de l'OMS au Burundi) ont également été expulsés.

Avec cet acte administratif, le régime a expulsé toute l'équipe de l'OMS chargée d'aider le gouvernement à trouver les réponses les plus appropriées pour contenir la pandémie de Covid-19, fermant de facto les bureaux de l'OMS au Burundi. L'accusation porte sur "une ingérence inacceptable dans la gestion des coronavirus au Burundi". Ce n'est pas la première fois que l'OMS souffre de ce type de mesure. En avril dernier, le régime a expulsé quatre experts engagés comme consultants par l'OMS.

La Commission d'Enquête des Nations Unies au Burundi (chargée de surveiller les crimes contre l'humanité commis par le régime depuis avril 2015) a condamné la mesure en se déclarant très préoccupée par la gestion de la pandémie qui met gravement en danger la vie des citoyens Burundais. Une condamnation identique vient d'AFRICA-CDC, le Centre de prévention et de contrôle des maladies de l'Union Africaine.

«Quant à la situation pandémique au Burundi, je définirais sa gestion catastrophique. Le pays est à haut risque de contagion et a besoin de l'expérience technique et des possibilités financières de l'OMS. Au contraire, le gouvernement a expulsé toute l'équipe OMS qui travaillé au Burundi pour des questions évidemment politiques ", a déclaré le directeur du CDC, le Dr John Ngengasong.

Plus de tonalités diplomatiques viennent de l'OMS, directement affectée par la mesure. Directeur de l'OMS pour l'Afrique; Le Dr Matshidiso Moeti a demandé au gouvernement de Gitega de clarifier les véritables raisons de la décision prise, déclarant que l'OMS était toujours disposée à collaborer avec le Burundi pour contenir la pandémie. Faisant le choix de ne pas ouvrir une confrontation directe avec le régime, le Dr Moeti informe qu'elle est en contact avec les autorités afin de clarifier et de comprendre les raisons de la décision prise.

Officiellement, le gouvernement ne déclare que 27 cas de contagion et 1 décès. La situation serait beaucoup plus grave selon divers médecins burundais qui accusent le régime de cacher l'étendue de l'infection à Covid-19 en attribuant les hospitalisations et les décès liés au virus à d'autres maladies ou formes graves de pneumonie. Des sources de santé ont informé l'Agence Française de Presse (AFP) d'un grand nombre de personnes hospitalisées qui présentent des symptômes de coronavirus mais qui ne peuvent pas bénéficier des tests de diagnostic et des traitements associés.

«Six patients présentant tous les symptômes du coronavirus sont morts la semaine dernière aux urgences de deux hôpitaux privés de Bujumbura. La situation est grave. Nous sommes dans une phase de forte contagion et les autorités arrêtent les yeux », explique un médecin à l'AFP protégé par l'anonymat.

Selon des sources locales, il y a déjà des centaines et des centaines de patients de Covid-19 mais la population n'est pas allée à l'hôpital après que certaines rumeurs ont circulé concernant des patients positifs arrêtés par la police et «disparus». Le Burundi risque de devenir une bombe virologique pour toute la région des Grands Lacs. Pour aggraver la situation vient la campagne électorale dont le candidat de l'opposition Agathon Rwasa a indirectement soutenu la volonté du régime de déclarer la menace de la pandémie inexistante afin de participer aux élections.

Selon nos sources, les experts de l'OMS ont été expulsés du pays pour deux raisons. La première réside dans les critiques sévères adressées au gouvernement qui ignore la propagation dramatique de la contagion pour des raisons dictées par le cynisme et la commodité politique. Le second est l'impossibilité de mettre en œuvre le plan post-électoral lié à Covid-19 avec la présence de ces experts dans le pays.

En effet des fuites à l'intérieur du régime (de plus en plus de cadres du CNDD-FDD se rendent compte de la folie et cherchent des moyens de proposer des informations vitales dans l'espoir d'un sauf-conduit ou d'une immunité), au lendemain des élections, jeudi 21 En mai, l'état d'urgence sanitaire et de confinement serait déclaré, augmentant artificiellement le nombre d'infections.

Il est probable que le nombre d'infections soit déjà alarmant mais une augmentation soudaine de 17 cas à environ 1250 en une seule journée et sans avoir effectué de tests diagnostiques serait incroyable aux yeux des experts de l'OMS. Ces yeux ont donc été détournés. Le véritable objectif du verrouillage serait d'empêcher les manifestations populaires face à la victoire artificielle du candidat du régime: le général Ndayishimiye (appelé Le Petit Evariste).

On apprend que la CENI (Commission électorale nationale indépendante) aurait déjà établi le pourcentage des voix d'Evariste avant même l'ouverture des sièges. Le pourcentage serait compris entre 52 et 47%.

La campagne électorale du CNDD-FDD s'est terminée samedi 16 mai par un grand rassemblement auquel Nkurunziza et le Général Ndayishimiye étaient présents pour symboliser l'unité du parti. Au contraire, le régime est divisé à l'intérieur. La lutte pour le pouvoir entre le dictateur et le «réformiste» est plus vive que jamais même si Nkurunziza a été mis en position minoritaire pour le moment par l'équipe des Généraux qu’ils soutiennent Evariste.

Des sources signalent la possibilité que le dictateur tente un coup de main en créant une fausse attaque des rebelles RED Tabara afin de déclarer l'état d'urgence et de reporter les élections au dernier moment tout en restant président en exercice. Des mercenaires congolais Mai Mai aurait entrer au Burundi via la frontière tanzanienne dans les derniers jours.

 Selon divers observateurs régionaux, les taux de réussite de ce plan subversif sont très faibles. La majorité du CNDD souhaite que les élections obtiennent une légitimité démocratique ou pseudo.

Les derniers sondages donnent à Aghaton Rwasa 55% du consensus de l'électorat alors que le CNDD serait de 40%. Les sondages sont confirmés par la foule océanique qui a assisté à tous les rassemblements du chef de l'opposition, contribuant malheureusement à faciliter l'infection pandémique et à créer les conditions d'une probable urgence sanitaire nationale.

 La participation des rassemblements présidés par le régime a été si faible que l'appareil de propagande du CNDD-FDD a été contraint de publier des photos des rassemblements apparemment retouchés. Pour le dernier rassemblement à Bujumbura, le régime a forcé la population à participer. Il a également envoyé des invitations à toutes les missions diplomatiques du pays. Les invitation ont été manifestement décliné à la fois pour des raisons politiques et pour éviter la contagion pandémique.

La popularité du régime a expiré pour trois raisons: la faillite et la gestion violente du pays au cours des 15 dernières années qui ont conduit le Burundi à surmonter la crise économique avec peu de chances de reprise; l'intimidation et la violence flagrantes menées par les Imbonerakure et les FDLR pendant la campagne électorale et l'assassinat de Jackson Simbananiye, un échangiste de devises tres populaire tué pour des raisons économiques sur ordre de Nkurunziza.

Sur le plan économique, le régime a subi un coup sévère en raison de l'arrestation en France du multimillionnaire rwandais Félicien Kabuga qui en 1994 a financé les préparatifs du génocide au Rwanda. Kabuga, 80 ans, réfugié en France, a financé le régime burundais via un réseau souterrain désormais bloqué par les autorités judiciaires françaises.

Malgré les résultats déjà préparés et préfabriqués par la CENI, et le confinement sanitaire qui devrait débuter jeudi 21 mai, le régime s'apprête à réprimer toute manifestation populaire dans un bain de sang suite à la fraude électorale déjà claire et évidente.

Grâce aux purges effectuées entre 2016 et 2018, 70% de l'armée est contrôlée par le CNDD-FDD même s'il n'est pas certain que les soldats soient prêts à massacrer des civils. Cette tâche ingrate reviendrait aux réservistes Imbonerakure, FDLR et FDD qui ont participé à la guérilla (1993-2004) qui étaient armés de fusils automatiques, de bâtons à pointes et de machettes.

Ces équipes de «défense de la démocratie» courent dans les quartiers de Bujumbura, Gitega, Ngozi et d'autres villes, forçant la population à voter pour le Général Evariste. Dimanche 17 mai à 21h00 heure locale, les Imbonerakures ont lancé une série d'attaques dans les collines de Gisovu, Kabumba, Buzigee Rubizi adjacentes à Bujumbura. Les attaques, toujours en cours, ont été rapportées par Radio Haguruka et viseraient à briser la résistance des militants du CNL Rwasa.

Le bilan de la violence pendant la campagne électorale est impressionnant. Plus de 200 arrestations de militants du CNL, 80 personnes tuées, 140 blessées. Deux attaques avec grenades à Bujumbura où des immigrants congolais sont également morts. La violence, dénoncée par l'opposition, a été confirmée par des enquêtes indépendantes menées par des ONG internationales comme l'explique Radio France International.

La détermination du régime à maintenir le pouvoir par la violence a été clairement exprimée dans un communiqué de presse du porte-parole de la police nationale, Pierre Nkurikiye, qui a paradoxalement accusé le chef de l'opposition d'organiser une `` fraude électorale ''. Nkurukiye affirme également que Rwasa tente un soulèvement populaire similaire à celui de 2015, déclarant que si cela se concrétise, il sera sévèrement réprimé pour défendre la «démocratie».

La situation au Burundi est explosive et préoccupe vivement l'ONU, l'Union Européenne et les États-Unis. Le sénateur Jim Risch, président de la commission des affaires étrangères du Sénat américain, a publié une condamnation sévère des violences perpétrées par le régime lors de la campagne électorale, exhortant les autorités rwandaises à stopper la vague de violence des Imbonerakure, afin de garantir des élections libres, limiter le risque de contagion de la part de Covid-19 et respecter le verdict des urnes. Identiques condamnations ont été émanés par la Commission des Droits de l'Homme de l'ONU.

Ces dernières semaines de mai seront cruciales pour le Burundi. La victoire du général Evariste a déjà été annoncée. Des affiches du CNDD circulent déjà sur les réseaux sociaux proclamant sa victoire. Le candidat de l'opposition, Agathon Rwasa, a clairement indiqué qu'en cas de fraude électorale, la population descendrait dans la rue. Le confinement sanitaire est prêt à partir, tout comme la police, les Imbonerakure, les FDLR et les mercenaires congolais sont prêts à massacrer ceux qui osent protester.

Les puissances régionales et occidentales semblent déterminées à faire respecter le résultat des urnes (en faveur de Rwasa) en utilisant toutes les options possibles. Les forces d'opposition armées pourraient intervenir. Le régime joue le plus gros match pour sa survie et est également disposé à régner sur une pile de cadavres.

De façon moqueuse, le ministère de la Santé a déclaré aujourd'hui que "toutes les mesures nécessaires seront prises pour éviter la contagion de Covid-19 lors du vote du 20 mai"...

© Riproduzione riservata

253 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: