Coronavirus et aide internationale à l'Afrique avec de nombreuses conditionnalités

Behind The News

Dagli anni Novanta i media italiani hanno subito un'involuzione sulla qualità delle notizie estere a causa delle esigenze finanziarie di tagliare i costi per i corrispondenti ed inviati nel principali Paesi e nei principali teatri di guerra.
La mancanza delle grandi firme dei Reporter Italiani ha costretto i media italiani ad affidarsi a notizie delle principali agenzie stampa internazionali che monopolizzano l'informazione standardizzandola.
Questo sistema riduce i costi ma priva il lettore di un'informazione pluralista e di analisi approfondite sui principali temi di politica ed economia mondiale.
Behind the News (dietro la notizia) intende ripristinare questo essenziale servizio destinato al lettore proponendo informazioni ed analisi inedite sui principali avvenimenti mondiali andando oltre la semplice notizia per capire le ragioni celate dietro il sipario.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

Newsletter
Behind The News

Apr 4

Coronavirus et aide internationale à l'Afrique avec de nombreuses conditionnalités

Le FMI et la Banque mondiale sont enclins à suspendre le recouvrement des créances et à octroyer des fonds pour l'aide à la santé, mais tous conditionnés par l'accélération des privatisations et le libre marché

di Fulvio Beltrami

coronavirus, covid19, afrique, fmi, banque mondiale, dettes, allégement de la dette, pandémie, turbo capitalisme, jubilee dept campaign, overseas development institute

DI FULVIO BELTRAMI 04/04/2020

Après la décision prise par la Côte d'Ivoire, le Sénégal et le Soudan de déclarer l'état d'urgence pour tenter de contenir la propagation de la contagion au COVID-19, comme nous l'avions prévu, d'autres pays ont évolué vers la seule mesure possible, compte tenu de la fragilité des systèmes de santé nationaux en Afrique. La République Démocratique du Congo et l'Égypte ont décrété un couvre-feu pour deux semaines. Le Rwanda, sans déclarer l'état d'urgence, a effectivement mis en œuvre le confinement de ses citoyens. Kigali, la capitale et les grands centres urbains sont désormais des villes fantômes. Dans les prochains jours, d'autres pays africains se joindront à nous, car il est désormais clair que la disposition relative à la fermeture des aéroports et des frontières n'est plus efficace pour éliminer le risque de contagion.

Entre la dernière semaine de février et les deux premières semaines de mars, de nombreux pays africains ont été victimes de la contagion de citoyens européens en visite pour le tourisme ou les affaires, y compris divers travailleurs italiens. Contrairement aux Chinois arrivés en Afrique qui se sont enfermés pendant les 14 jours de quarantaine, les visiteurs occidentaux ont souvent négligé cette mesure, devenant sans le savoir les locuteurs de COVID19. Ils ont également été rejoints par les Africains de la diaspora européenne en visite dans leur pays.

L'état d'urgence, qui s'étendra vraisemblablement à presque tout le continent, nuira gravement au développement socio-économique. Malheureusement, même si l'Afrique parvient à contenir la pandémie à temps, son économie subira un coup sévère qui pourrait bloquer la croissance économique extraordinaire enregistrée au cours des dix dernières années et empêcher le continent de devenir le quatrième bloc industriel et commercial au monde. Nous sommes au début de la crise en Afrique (qui a éclaté le 15 février avec le premier cas enregistré au Caire, en Egypte), pourtant la Banque mondiale estime que le continent a déjà perdu 29 milliards de dollars à cause de COVID-19. Une somme effrayante, égale à l'ensemble du PIB annuel de l'Ouganda.

Et nous commençons à peine. La CEA (Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique) dans son dernier rapport économique prévoit que le coronavirus détruira 1,4% du PIB continental de 2,1 billions de dollars par an. La croissance économique annuelle de nombreux pays africains devrait diminuer de 3,2% d'ici avril, et des scénarios bien pires peuvent être envisagés dans les mois à venir si la contagion éclatera dans toute sa violence, toujours selon la CEA.

Pour éviter l'effondrement économique, la plupart des gouvernements africains ont demandé à la communauté internationale de suspendre le paiement de la dette extérieure contractée. La Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont exprimé leur soutien à cette demande visant à contribuer au renforcement des systèmes de santé du continent qui doivent relever le difficile défi de gérer une pandémie.

Lors d'une conférence des ministres du G20 tenue le lundi 23 mars, Kristalina Georgieva, directrice des opérations du FMI, a proposé d'appliquer une suspension du recouvrement de créances et d'octroyer des fonds pour l'aide à la santé, suivant le même mécanisme utilisé en 2014, lors de l'éclatement de L'Ebola a éclaté en Afrique de l'Ouest, qui a impliqué 5 États africains avec 28 610 cas de contagion et 11 308 décès.

Bien que la mortalité du COVID19 soit nettement inférieure à celle du virus Ebola (qui varie entre 70 et 90%), le coronavirus a un potentiel de propagation plus important. Compte tenu de l'état de santé publique, de la pauvreté généralisée de la population, des nombreux cas de maladies invalidantes telles que le paludisme, la tuberculose et le VIH et, dans certains pays, de la malnutrition des enfants et des adultes due aux guerres ou aux crises politiques (Soudan du Sud, République centrafricaine, Mali, Est du Congo, Burundi), il a été calculé que COVID19 récolterait au mieux près de 1,4 million de personnes en Afrique.

Le soutien du FMI à la proposition de suspension du paiement de la dette est également partagé par la Banque mondiale. Les deux institutions financières internationales semblent orientées vers un lien entre la suspension des paiements et la demande d'accélération des privatisations et le libre marché en Afrique. Cela a été clarifié par David Malpass, chef de la Banque mondiale, qui lors de la conférence du G20 a précisé que la suspension du paiement des dettes pour les pays pauvres doit être associée à la promesse d'appliquer pleinement les politiques de libre marché, en supprimant le dernier le protectionnisme et les subventions pour les couches les plus pauvres de la population, comme la nourriture de base, le carburant, l'éducation et... la santé!

Une proposition inacceptable pour de nombreux pays africains, car ils sont les partisans de la thèse selon laquelle les logiques du turbo-capitalisme dictées par l'idéologie ultra-libérale qui a détruit la santé publique en Afrique, plaçant désormais la majorité des pays africains dans la situation difficile de face à une pandémie avec des systèmes de santé quasi inexistants.

La position du FMI et de la Banque mondiale contraste avec la demande des ministres africains des finances de révoquer le paiement de la dette effective pour les États les plus fragiles, où les populations sont les plus vulnérables à la pandémie. Le FMI et la Banque mondiale ne parlent que de gel temporaire des paiements d'intérêts, sans parler de la dette globale. La charge du paiement des intérêts sur la dette serait assumée une fois la crise terminée. Dans ce scénario, les pays africains qui sortiront affaiblis de la contagion au COVID19 se retrouveront à payer la dette, les intérêts actuels et passés gelés pendant la crise sanitaire.

Tim Jones, directeur de la campagne internationale d'allégement de la dette Jubilee Dept Campaign, a jugé les positions du FMI et de la Banque mondiale immorales et honteuses. «La communauté internationale doit agir rapidement pour un moratoire sur la dette afin de fournir aux pays africains les liquidités nécessaires pour faire face à la crise sanitaire des coronavirus. Cette résolution doit prévoir l'annulation ultérieure des dettes pour permettre aux pays africains de récupérer économiquement après la fin de la crise ", a déclaré Jones.

Le diktat de la Banque mondiale du FMI (suspension des paiements d'intérêts en échange de politiques plus ultra-libérales) est en nette contradiction avec la tendance en cours dans divers pays occidentaux (dont la Grande-Bretagne) où l'intervention de l'État sur l'économie est plus importante. En Angleterre, le transport ferroviaire a été temporairement renationalisé et l'État finance diverses subventions aux travailleurs et aux entrepreneurs pour surmonter la crise économique provoquée par COVID19.

"Il est scandaleux que le directeur de la Banque mondiale, David Malpass, essaie d'utiliser la crise sanitaire et la pandémie pour pousser à l'extrême l'application de l'idéologie du turbo-capitalisme à l'Afrique, juste au moment où l'intervention de l'État est nécessaire. pour faire face à la pandémie et surmonter la crise économique prévisible post-coronavirus », explique Tim Jones.

"Il est maintenant temps que les dirigeants mondiaux agissent rapidement pour aider l'Afrique sans tenter de mettre en place des conditions politiques pour allouer une aide à la pandémie. Plusieurs pays africains devraient être durement touchés par un ralentissement économique déjà prévisible mais qui sera accéléré par la pandémie de COVID19. Les prix à la consommation augmenteront, la production et les échanges risquent de s'effondrer, tout comme les régimes fiscaux. Ajoutant à cela l'obligation d'accélérer les politiques économiques ultra-libérales, cela signifie demander aux pays africains de se suicider ", explique Jesse Griffiths, directeur des programmes de l'Overseas Development Institute – ODI

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a demandé au G20 d'allouer un fonds d'urgence COVID19 de 150 milliards de dollars à l'Afrique, car la pandémie constitue une menace directe pour la vie de millions de personnes sur le continent. Il a également appelé à l'annulation de toutes les dettes des pays africains les plus pauvres. Les réponses obtenues sont vagues. Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, a fait allusion à un paquet d'aide de l'Union européenne, en faisant très attention à ne pas entrer dans les détails. Le seul geste concret vient de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique qui a mis à disposition 100 millions de dollars pour les pays africains les plus touchés par la pandémie.

Outre les dommages économiques prévisibles auxquels le continent devra faire face à la fois pendant la crise sanitaire émergente et dans la période post-coronavirus, il existe un drame moins visible mais tout aussi destructeur qui a déjà des effets immédiats et dévastateurs sur une grande partie de la population des pays qui ont décrété l'état d'urgence. Les mesures de confinement préventif, dans l'espoir de prévenir la propagation de l'infection, ont des effets graves sur la vie quotidienne de la partie la plus faible de la population du continent. Les centaines de milliers de jeunes chômeurs qui se livrent à un commerce informel (mais honnête) risquent de voir leurs chances de gagner leur subsistance quotidienne réduites à zéro. Pour les familles à revenu unique et les familles pauvres, il sera de plus en plus problématique d'assurer une alimentation de base, à la fois pour les mesures restrictives de mouvement et pour la hausse des prix due à la spéculation du marché, à moins que l'État n'intervienne contre les spéculateurs comme cela se produit. au Rwanda. Pour des centaines de milliers d'Africains, le vrai risque n'est pas de mourir du coronavirus mais de... la faim.

Selon les calculs effectués par Jibilee Debt Campaing, avant la crise sanitaire, les pays africains devaient dépenser 18,1 milliards de dollars pour payer la fraction de la dette et les intérêts de l'année 2020 aux institutions multilatérales et aux créanciers privés. Selon la logique du FMI et de la Banque mondiale, cette somme colossale s'ajouterait à celle attendue pour 2021 à condition que les dernières traces de l'économie publique et des subventions publiques soient détruites.

© Riproduzione riservata

569 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: