Coronavirus. La "maladie des blancs" est susceptible de créer une vague de xénophobie en Afrique

Frammenti Africani

Frammenti Africani è un resoconto giornalistico di tematiche complesse del Continente Africano, futuro epicentro economico mondiale, dove coesistono potenze economiche e militari, crescita economica a due cifre, guerre, colpi di stato, masse di giovani disoccupati e una borghesia in piena crescita.
Un mosaico di situazioni contraddittorie documentate da testimonianze di prima mano e accuratamente analizzate per offrire un'informazione approfondita sulla politica, economia e scoperte scientifiche di un mondo in evoluzione pieno di paradossi.

Fulvio Beltrami

Fulvio Beltrami
Originario del Nord Italia, sposato con un'africana, da dieci anni vivo in Africa, prima a Nairobi ora a Kampala. Ho lavorato nell’ambito degli aiuti umanitari in vari paesi dell'Africa e dell'Asia.
Da qualche anno ho deciso di condividere la mia conoscenza della Regione dei Grandi Laghi (Uganda, Rwanda, Kenya, Tanzania, Burundi, ed Est del Congo RDC) scrivendo articoli sulla regione pubblicati in vari siti web di informazione, come Dillinger, FaiNotizia, African Voices. Dal 2007 ho iniziato la mia carriera professionale come reporter per l’Africa Orientale e Occidentale per L’Indro.
Le fonti delle notizie sono accuratamente scelte tra i mass media regionali, fonti dirette e testimonianze. Un'accurata ricerca dei contesti storici, culturali, sociali e politici è alla base di ogni articolo.

TAGS

BLOGROLL

Newsletter
Frammenti Africani

Apr 7

Coronavirus. La "maladie des blancs" est susceptible de créer une vague de xénophobie en Afrique

Actes de xénophobie au Congo, au Burundi, au Zimbabwe et dans d'autres pays africains contre des Occidentaux accusés d'avoir amené du coronavirus en Afrique. La pandémie de Covid-19 est destinée à faire émerger des problèmes mondiaux dormants qui n'ont pas été résolus depuis des décennies. Parmi eux, la relation entre l'Occident et l'Afrique, historiquement basée sur une domination euro centrique souvent conflictuelle et violente. La contagion de Covid-19 met inévitablement en évidence les relations précaires Nord-Sud où se produisent des phénomènes de xénophobie dans les deux hémisphères

di Fulvio Beltrami

afrique, cornavirus, xenophobie, racisme, nord-sud, pandemie, covid19

Fulvio Beltrami - 05/04/2020

Les données fournies le 4 avril par l'Organisation mondiale de la santé font état de 1 051 635 cas de contagion et 79 332 décès dus au coronavirus au niveau planétaire. L'Afrique ne semble pas particulièrement touchée pour le moment. Le nombre total de cas d'infection confirmés est de 6 342 sur le continent, soit moins de 0,5% des infections dans le monde. Les pays d'Afrique du Nord ont été particulièrement touchés avec 68% des cas de contagion enregistrés sur le continent. Les pays d'Afrique de l'Ouest suivent (parmi eux de nombreux pays francophones) avec 21%.

En Afrique du Sud, la situation la plus grave. Seul, le pays enregistre 21% avec 1 505 cas de contagion. Les autres pays africains ne dépassent pas le quota de 100 à l'exception de la République Démocratique du Congo (134 infections) et du Kenya (122).

Les faibles pourcentages enregistrés en Afrique ne s'expliquent pas par les mesures de confinement mises en place par différents gouvernements. D'une part, il est vrai que la majorité des gouvernements africains ont fermé leurs frontières, lancé de vastes campagnes de sensibilisation et de prévention, réduit les activités commerciales, productives, bancaires et d'administration publique et imposé un couvre-feu le soir, une culture de socialisation et de les habitudes de la majorité de la population africaine sont enracinées et, malheureusement, facilitent la propagation de l'infection par COVID-19.

Les mesures de confinement nécessaires sont également difficiles à mettre en œuvre. Au moins 60% de la population africaine travaille (et survit) dans le secteur informel, composé de petits emplois et d'entreprises capables de supporter le pain quotidien mais ne permettant pas aux gens de sortir du cycle de la pauvreté. Avec ces pourcentages, il est impossible de procéder à convaincre le personnes de rester dans leurs maisons sans affronter le net refus de la population, au risque de révoltes populaires. «Avec le coronavirus, j'ai une chance de mourir. Si je ne travaille pas, je suis sûr. Mieux vaut risquer de contracter la maladie que de mourir de faim ». C'est la pensée commune de millions d'Africains.

Les vraies raisons du faible pourcentage de contagion mis en évidence par les données de l'OMS pourraient résider dans le climat africain (suspecté d'affaiblir ou d'inhiber le virus) et dans la faiblesse des systèmes de santé publique qui ne permet pas de lancer des campagnes de tests globaux sur la population pour identifier la taille réelle de l'infection.

Si en ce moment le coronavirus semble progresser au ralenti en Afrique, il y a une escalade inquiétante de la xénophobie dirigée contre les Européens et les Occidentaux en général. Malheureusement, les données relatives aux infections initiales montrent que le virus a été "importé" d'Europe. De nombreux Français et Italiens, par exemple, sont arrivés en Afrique avant que les différents gouvernements ne décident de fermer leurs frontières, emportant le virus avec eux. Certains ignoraient totalement leur état de santé. D'autres, malheureusement, étaient conscients d'avoir été infectés mais ont préféré partir en Afrique accusant de légers symptômes et refusant de subir une quarantaine dans leur pays. Une attitude complètement différente a été adoptée par les visiteurs chinois. La majorité d'entre eux, arrivés dans les pays africains, se sont placés en quarantaine volontaire pour éviter le risque de propagation du virus.

La contagion importée d'Europe a été la principale cause de la propagation de l'épidémie en Afrique. Face à ces preuves, la population réagit instinctivement, accusant les "blancs" d'avoir amené le virus et la mort dans leur pays. Cette pensée crée des phénomènes de xénophobie inquiétants. Les premières violences contre les Occidentaux ont déjà lieu. A Kinshasa, le vendredi 3 mars, un bus transportant des occidentaux vers l'aéroport international pour être rapatriés a été attaqué par des centaines de jeunes chômeurs, en colère contre les "transporteurs blancs du coronavirus".

La tentative de lynchage a échoué faite grâce à que quelques dizaines d'adultes qu’ils ont réussi à faire raison à la foule menaçante. La police n'est pas intervenue (partageant peut-être les sentiments des jeunes manifestants) alors que la défense des trois policiers à l'intérieur du bus était médiocre. Heureusement, il n'y a eu aucune victime. Seules des fenêtres du bus brisées par le jet de pierre. Les passagers occidentaux sont arrivés à l'aéroport en état de choc grave mais indemnes.

Au Burundi, un vol spécial a été organisé depuis la Belgique le samedi 4 mars pour rapatrier 112 occidentaux et leurs familles. Un geste dû au fait que le gouvernement (illégalement au pouvoir depuis 2015) pour des raisons politiques a choisi de nier les cas de contagion dans son pays en déclarant à la population et aux médias internationaux que "le Burundi est protégé par Dieu en vertu d'une sainte alliance et il sera donc épargné par la pandémie mondiale ». Cette décision de non-intervention se justifie par la nécessité de respecter le calendrier des élections présidentielles prévues pour mai qui devrait légitimer le parti au pouvoir depuis 2005, à travers un changement de composition à la présidence.

Les autorités burundaises ont réagi négativement au rapatriement des Occidentaux, considéré comme un manque de confiance en vers le gouvernement. À l'aéroport international, ils ont empêché des proches d'origine burundaise et des enfants métis de pouvoir quitter le pays. Des négociations difficiles sont actuellement en cours avec diverses ambassades occidentales, dont la Belgique. Les mêmes autorités ont décidé de ne pas appliquer les mesures préventives recommandées par l'OMS pour empêcher la propagation de l'infection et au même instant d’empêcher la société civile et les églises catholiques et protestantes de promouvoir des initiatives de sensibilisation qui n'ont pas été décidées par les autorités.

Alors que le parti au pouvoir organise des réunions et des concerts prévus pour la campagne électorale, répandant ainsi la contagion, de nombreux citoyens refusent d'aller à l'hôpital alors que des rumeurs circulent selon lesquelles des patients testés positifs risqueraient d'être arrêtés par la police politique. Cette information est difficile à vérifier en raison de la fermeture du pays au monde extérieur mise en place par le gouvernement depuis 2016. En tout façons cette nouvelle est devenue une vérité pour les réseaux sociaux et la population burundaise.

Les épisodes au Congo et au Burundi ne sont pas les premiers cas de xénophobie liés à la pandémie et aux relations entre le Nord et le Sud du monde. Le 14 mars, au Zimbabwe, le chef du portefeuille de la défense, lors d'une réunion politique à Chinhoyi (nord du pays) a accusé les États-Unis et l'Union européenne de maintenir des sanctions économiques malgré la pandémie mondiale.

"L'Occident nous impose des sanctions économiques depuis vingt ans pour nous forcer à nous plier à sa volonté. Même en ce moment difficile de crise sanitaire, les sanctions continuent, démontrant le vrai visage des blancs. " Les déclarations du responsable gouvernemental ont enflammé la population du Zimbabwe, extrêmement hostile aux Occidentaux même s'il n'y a pas encore eu de cas de violence.

L'attaque contre l'Occident est clairement instrumentale et cache des desseins politiques, étant donné qu'il n'y a à ce jour que 10 cas enregistrés au Zimbabwe, mais la haine raciale semble avoir brisé le cœur de la population. Les sanctions ont été imposées il y a dix ans en réponse à la brutalité du régime de Robert Mugabe, décédé en exil à Singapour le 6 septembre 2019. Son règne avait commencé avec le poste de Premier ministre en avril 1980 suivi du premier mandat présidentiel en décembre 1987.

Depuis, le «dinosaure africain» contrôlait le pays en le plongeant dans une dictature monstrueuse grâce à une propagande pseudo-africaine anticoloniale. Au cours de la première décennie de 2000, le Zimbabwe s'était effondré économiquement, augmentant la colère populaire qui avait conduit aux mouvements révolutionnaires de 2017. Le général Emmerson Mnangagwa, ancien fidèle dinosaure, qui a accédé à la présidence le 21 novembre 2017 avec un coup d'État contre Mugabe. L'ex-élève a été reconfirmé président l'année suivante grâce à des élections caractérisées par d'innombrables fraudes électorales.

L'attaque contre l'Occident dans le but de sortir de la crise économique et de renforcer le gouvernement Mnangagwa par la fin des sanctions a reçu le plein soutien de l'Union africaine. Le samedi 4 mars, le Bureau des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine a officiellement demandé aux États-Unis et à l'Union européenne de mettre fin aux sanctions économiques contre le Zimbabwe et le Soudan. Demande approuvée par le président de l'Union africaine, Cyril Ramaphosa, président de l'Afrique du Sud.

Lors d'une réunion tenue à Nairobi sur la gestion de la pandémie mondiale, divers experts ont tiré la sonnette d'alarme sur la vague de xénophobie contre les blancs qui se propage dans toute l'Afrique. Des cas mineurs de xénophobie se sont produits en Algérie, en Égypte, au Kenya, au Maroc, au Nigéria et en Afrique du Sud. Dans divers autres pays africains, la croyance que le coronavirus est la "maladie des blancs" augmente, augmentant la haine et le ressentiment que les Africains nourrissent depuis plus de 50 ans envers l'Occident.

Le ministre kenyan de la Santé, Mitahi Kagwe, a informé que des phénomènes sociaux inquiétants ont été observés au Kenya où les populations changent de comportement et de relations en fonction du profil racial de l'interlocuteur. Il y a de la peur et de la méfiance (qui peuvent entraîner un racisme ouvert) envers les Chinois mais surtout envers les Européens et les Italiens. Un phénomène inquiétant étant donné que l'industrie du tourisme au Kenya occupe une place importante dans l'économie nationale. Le long de la côte, des villes comme Malindi et Mombasa sont des destinations touristiques très populaires pleines de touristes italiens.

«Nous appelons tous nos citoyens à les exhorter à ne pas faire de discrimination raciale contre les étrangers, quelle que soit leur nationalité. Nous ne maltraitons pas nos invités, et nous nous comportons avec gentillesse et cordialité, comme nous l'avons toujours fait avant le coronavirus ", a demandé le ministre Kagwe dans un communiqué de presse.

La pandémie de Covid-19 est destinée à faire émerger des problèmes mondiaux dormants qui n'ont pas été résolus depuis des décennies. Parmi eux, la relation entre l'Occident et l'Afrique, historiquement basée sur une domination euro centrique souvent conflictuelle et violente. La tentative occidentale de bloquer les flux migratoires a été ajoutée à l'échec du développement et du vol des ressources naturelles (souvent mené en complicité avec les gouvernements africains indépendamment de leurs populations). Tentative qui n'a créè que des violations des droits de l'homme et une aggravation de la fracture entre les continents. Une véritable contradiction idéologique, considérant que l'Occident est structuré sur les idéologies du "marché libre" et du "village global" mais empêche en même temps les flux migratoires cycliques en créant la "Forteresse Europe".

La fermeture des frontières, adoptée par la majorité des pays africains pour tenter de prévenir ou de ralentir la contagion de Covid-10, met inévitablement en lumière les relations précaires Nord-Sud où se produisent des phénomènes de xénophobie dans les deux hémisphères. Nous sommes à une époque où le Sud du monde (grâce à l'émergence de nouvelles puissances mondiales telles que la Chine) revendique le droit au développement tandis que le Nord revendique le droit à la suprématie. Un droit devenu irréalisable car fondé sur l'exploitation des ressources naturelles des pays pauvres par le recours à la force, qu'elle soit militaire ou financière. Ce sont précisément ces forces et ces supériorités qui maintenant échouent en Occident, obstinées à maintenir une suprématie qui, peut-être, n'existe plus ou, au mieux, s'effondre progressivement.

En plus du fait que la pandémie en Afrique a été pour la plupart "importée" d'Europe, il y a des comportements et des déclarations aggravants et téméraires qui ne font que nourrir la xénophobie des Africains soutenue par le désir de vengeance et de sentiment de rancune contre ceux qui ont comploté (avec des complices locaux) pour empêcher le développement et une vie digne de millions de personnes.

Jean-Paul Mira, chef de l'unité de soins intensifs de l'hôpital de Cochin, Paris et Camille Locht, directrice de la recherche chez l'Institut national de la santé Inserm, ont proposé de transformer les Africains en cobayes de laboratoire pour tester un nouveau vaccin Covid-19. La proposition a agi comme un détonateur d'une situation explosive préexistante dictée par des décennies de non-développement et par la source de contagion en Afrique qui, malheureusement, est plus occidentale que asiatique.

Bien que ces affirmations infâmes aient été condamnées par les gouvernements européens et le monde médical et scientifique, elles ont rappelé à la mémoire des Africains les dizaines d'expériences illégales et souvent dangereuses menées sur des cobayes humains en Afrique précisément en exploitant leur pauvreté, leur désespoir et leur complaisance et la corruption de leurs gouvernements.

Depuis la fin des années 1990, des multinationales américaines et européennes ont expérimenté des dizaines de vaccins et médicaments de différents types en Afrique. Il est vrai que les gouvernements avaient donné les autorisations nécessaires et que les "cobayes" avaient été informés des risques en signant des décharges légales. Malheureusement, il est également vrai que les consentements accordés par les gouvernements étaient souvent le résultat de la corruption ou de l'assujettissement politique tandis que les cobayes subissaient des tests en laboratoire derrière une poignée d'argent pour pouvoir manger ou dans l'espoir de se sauver d'épidémies épouvantables comme Ebola.

En profitant des gouvernements dont l'ultime préoccupation est le bien-être de leurs populations et des centaines de femmes et d'hommes qui ont faim, les multinationales occidentales ont expérimenté des dizaines de vaccins et de médicaments contre le sida, le virus Ebola et diverses autres maladies. Loin des laboratoires européens et américains (strictement réglementés), des multinationales comme Bayer ont pu mener des recherches scientifiques sans contraintes légales et éthiques.

Souvent, les résultats de ces expériences n'étaient pas satisfaisants et divers vaccins ou médicaments étaient classés comme "non efficaces" ou "non compatibles avec le métabolisme humain". Seul détail: le nombre encore inconnu de victimes africaines de ces tests, qu'elles soient décédées ou souffrent de pathologies, de mutations génétiques et de maladies chroniques dérivant des «effets secondaires». Ces crimes (car il n'y a pas d'autre terme pour les définir) sont restés impunis. Les pauvres en Afrique n'ont pas l'argent pour payer un pool d'avocats internationaux pour amener ces sociétés multinationales devant les tribunaux.

Mira et Locht, dans leur proposition, ont oublié de dire que la société civile, les congrégations religieuses et les gens ordinaires en Afrique se sont rebellés contre les expériences imposées par les multinationales, mettant désormais tout dirigeant qui signe les autorisations nécessaires en face à un grave risque politique.

La situation a été aggravée par Twitter de l'Inserm, où Lotch travaille. Selon l'institut français, les condamnations des deux chercheurs ont été extrapolées du contexte général par les réseaux sociaux. Selon l'Inserm, le débat a tourné autour de l'utilisation potentielle du vaccin BCG (le vaccin contre la tuberculose) dans le traitement de Covid-19 à partir de l'observation que les populations qui ont subi des vaccinations de masse contre la tuberculose (comme en Afrique) semblent plus résistantes au virus.

En publiant ces Twitter, l'Inserm a introduit le hashtag #FakeNews, avec la claire intention d'assimiler les déclarations des deux chercheurs au monde du complot, de la désinformation. Aux yeux des Africains, cela s'est avéré être la dernière et intolérable insulte dirigée contre leur intelligence. "Nous serons également pauvres mais pas stupides", a déclaré un de mes amis professeur à l'Université de Makere à Kampala. Un cher ami qui me regarde maintenant avec des yeux différents...

© Riproduzione riservata

272 visualizzazioni

Commenti
Lascia un commento

Nome:

Indirizzo email:

Sito web:

Il tuo indirizzo email è richiesto ma non verrà reso pubblico.

Commento: